Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

reportage

/ Daniel Bordür

Quatre ans après l'enterrement symbolique de la Loue à Ornans, un mois après la seconde conférence consacrée aux rivières, les défenseurs de l'environnement et les pêcheurs ont fait une démonstration de force, venant de tout le département, de la région et de Suisse voisine. La ministre de l'Environnement a été saisie par Martial Bourquin, Marie-Guite Dufay défend un pôle karst, Sandrine Bélier une directive européenne « sols ».

Reculée de Baume-les-Messieurs : à quelques centaines de mètres de sa source, le Dard souffre manifestement d'eutrophisation...

/ Daniel Bordür

Le président du Conseil général du Doubs, Claude Jeannerot, l'a admis lors de la deuxième conférence départementale sur la Loue et des rivières comtoises : « il faut des moyens supplémentaires pour dépasser les obligations légales ». Le préfet de région a renforcé les règles d'épandages et de stockage des lisiers. Les environnementalistes plaident pour une reconversion en 10 ans de la filière comté en bio.

Jacques Rigaudiat, forum social Dole

/ Daniel Bordür

Incertitude quant au retour en régie publique de l'eau et fermeture du service réanimation de l'hôpital à Dole, opposition au projet de Center parc de Poligny, le quatrième forum social de la sous-préfecture du Jura a été l'occasion de critiquer le néolibéralisme. Pour l'économiste Jacques Rigaudiat, il y a 250 milliards d'euros de marge de manoeuvre...

Thierry Roquefeuil, Xavier Beulin, Martial Marguet

/ Daniel Bordür

« C'est pas pour nous ! On doit faire dans la différenciation, sinon on est mort », répond Philippe Monnet, le président de la FDSEA du Doubs, quand on lui demande son avis sur la fameuse ferme des 1000 vaches de Picardie. Claude Vermot-Desroches, le président du CIGC (filière comté) est tout aussi catégorique : « ce n'est pas adapté chez nous », tout en rappelant que les richèmistes avaient, en leur temps, « le projet d'une étable par village »...

Accès libre

/ Daniel Bordür

« On n'est pas masoschiste », « N'inschistez pas, dégazez ! », « L'eau est vitale, la polluer est fatal », « Bonjour forage, adieu fromages », « No gazaran »... Des slogans souriant ont fleuri samedi 19 octobre dans les rues de Saint-Claude où 2000 personnes venues de Savoie, de Suisse et de Franche-Comté ont défilé lors de la journée mondiale anti-fracking.

Pages