Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

reportage

Evolution du prix de différents laits, en euros par 1000 litres. En vert, le prix des AOP franc-comtoises, en rouge de l'ensemble des laits en Bourgogne-Franche-Comté, en bleu les laits standards de Bourgogne-Franche-Comté, en bleu pointillé l'ensemble des laites français... Document FRCL

/ Daniel Bordür

A Frasne, la fédération régionale des coopératives laitières du massif jurassien se félicite de l'insolente réussite de la filière comté tout en craignant une « rupture d'équilibre ». Les risques sont la fuite en avant productiviste qui mettrait à mal la gestion collective de la production, et une image dégradée provenant de la lenteur des réponses apportées aux pollutions de l'eau ou aux enjeux climatiques.

/ Daniel Bordür

Pas de Trafalgar entre les alliés de 2014. Unis sur le vote politique principal, ils restent pluriels et les divergences d'analyses sont flagrantes. L'opposition de droite se partage entre votes contre (LR) et abstention (MoDem, AGIR-UDI)… Les élus LREM, Alauzet en tête, ne votent pas la motion contre les perturbateurs endocriniens proposée par les groupes PS, PCF et EELV…

/ Toufik-de-Planoise

Après le médiatique coup de matraque de la semaine précédente, l’acte XXI des Gilets jaunes s’est déroulé à Besançon sans escorte policière ni incident majeur, ce samedi 6 avril. Environ 750 participants ont défilé dans le centre-ville, avant d’envahir pacifiquement les centres commerciaux Pasteur et Lafayette. Un cortège de tête autonome s’est illustré alors que le mot d’ordre initial appelait à un habillement en noir et à la dénonciation illustrée de la répression.

/ Guillaume Clerc

Loin des cortèges qui sillonnent de nombreuses villes le samedi, des gilets jaunes continuent d’occuper tous les jours des points fixes au bord des routes, là où tout a commencé. Un peu moins nombreux et malgré la répression que eux aussi subissent, ils tiennent à rester visibles. Après un hiver passé dehors, ils sont déterminés à tenir jusqu’au bout, et même à monter d’un cran, à recommencer les péages gratuit et l’occupation des ronds-points. Nous les avons rencontrés à L’isle-sur-le-Doubs et à Autechaux, juste avant le troisième incendie de leur campement.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

À Lure, le débat consacré à l’organisation des services publics aura donné lieu à des échanges intéressants. Mais il n’y a presque que le député LREM Christophe Lejeune présent dans la salle pour adhérer à la démarche du grand débat national. Cette méfiance n’a pas empêché les autres participants d’exposer leur colère et le sentiment d’abandon qu’ils ressentent. Et presque tous préviennent dans une atmosphère parfois lourde : le retour de flamme risque d’être terrible si des réponses concrètes n’émergent pas rapidement.

/ Daniel Bordür

Le débat de l'assemblée générale de la Confédération paysanne du Jura portait sur la notion de modernité, décortiquée par une sociologue travaillant sur les paysans sans terre du Brésil, Yannick Sencébé. Elle évoque les impasses de l'idéologie du progrès linéaire qui conduit aujourd'hui à un « verrouillage socio-technique » bien tenu par l'industrie alors que l'enjeu du renouvellement des générations est crucial. 

/ Guillaume Clerc

Les instituteurs et les professeurs étaient présents en nombre lors de la manifestation interprofessionnelle du 19 mars à Besançon. Ils protestent contre le projet de loi Blanquer qui prévoit notamment de regrouper administrativement les enseignements de la maternelle au collège et la création d’écoles publiques d’élite. Ils craignent des disparitions de classes et l’instauration d’une école à deux vitesses.

Pages