Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Société civile

/ Toufik-de-Planoise

Jusqu’à 1.500 personnes ont battu le pavé samedi 18 mai à Besançon, dans le cadre d’un appel national baptisé  Ultimatum I. Pour les six mois du mouvement, on aura remarqué une convergence avec la Marche contre l'homophobie et la persistance du lien avec la Marche pour le climat, des divergences tactiques, un pique-nique raté et une nième confrontation avec les forces de l'ordre… 

/ Daniel Bordür

Plusieurs dizaines de personnes, dont des militants CGT et FSU, se sont relayées devant la compagnie de gendarmerie en soutien durant tout le temps des auditions, effectuées dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet à la suite d'une plainte du maire de Rochefort-sur-Nénon pour dégradations lors d'un blocage d'entrepôts commerciaux. Sous l'effet d'un feu de palette, le goudron de la chaussée a fondu sur 300 m² selon lui, moins de 2 m² pour les Gilets jaunes…

Accès libre

/ Toufik-de-Planoise

Retour sur les trois derniers « actes XXIV, XXV, et XXVI » du mouvement, moins suivis que les précédents, à la veille d'une mobilisation du 18 mai que ses initiateurs espèrent de grande ampleur à Besançon. Son appellation, « Ultimatum I », suggère une suite… 

/ Guillaume Clerc

Les deux filles de Jonathan Le Bris, figure des Gilets jaunes de Belfort, avaient été placées suite à une perquisition à son domicile. Cela avait suscité beaucoup de réactions, et nombreuses étaient les personnes à condamner une mesure politique contre ce militant déjà impliqué dans la cause indépendantiste bretonne. Le procureur de la République évoque des « faits objectifs » et assure que les deux affaires n’étaient pas liées. Suite à la décision du juge des enfants, le couple a récupéré ses deux filles.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Quelle n'a pas été notre surprise d'entendre dans les gros titres de la presse nationale et locale que le commissariat de Besançon a été la cible d'une attaque de la part de 200 à 300 Gilets jaunes à l'occasion de la manifestation du 1er mai. En réalité, une petite dizaine de personnes ont pénétré dans l'enceinte du parking du commissariat, dont la barrière était ouverte, et où se tenait au fond un groupe de policiers.

Accès libre

/ Daniel Bordür

Le chef-lieu jurassien était samedi 27 avril un lieu de convergence de manifestants venus de tout le Jura, du Haut-Doubs et de l'Ain. Près de trois cents personnes ont parcouru la ville pour dire que le discours présidentiel ne les pas convaincus, que mobilisés depuis novembre, ils n'allaient pas lâcher maintenant…

/ Toufik-de-Planoise

Après le médiatique coup de matraque de la semaine précédente, l’acte XXI des Gilets jaunes s’est déroulé à Besançon sans escorte policière ni incident majeur, ce samedi 6 avril. Environ 750 participants ont défilé dans le centre-ville, avant d’envahir pacifiquement les centres commerciaux Pasteur et Lafayette. Un cortège de tête autonome s’est illustré alors que le mot d’ordre initial appelait à un habillement en noir et à la dénonciation illustrée de la répression.

Pages