Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Société

/ Daniel Bordür

Le jeune couple avait quitté l'Arménie après avoir été dépossédé de son outil de travail, une station service, par la mafia. Le centre d'accueil d'urgence des demandeurs d'asile lui a demandé de partir sans qu'une solution de relogement ne soit proposée. Le collectif A la rue s'est saisi du problème.

/ La rédaction

«Je n'ai jamais manqué un Premier mai... Je viens par tradition, pour l'émotion, il faut y être pour faire le nombre...» Jeune retraité de la fonction publique hospitalière, Gérard résume assez bien le soulagement de plusieurs participants de ce défilé marqué par la division syndicale.

Espace Santé

/ Daniel Bordür

Issus des dispensaires anti-tuberculose au début du 20e siècle, les réseaux de santé ont été créés par des militants de la réappropriation de son propre corps par chacun, dans les années 1980, se sont développés au tournant du siècle, avant d'être sévèrement rattrapés par la maîtrise comptable des dépenses de santé.

/ Daniel Bordür

Six semaines après l'audience, les juges d'appel de Besançon ont rendu leur délibéré : la condamnation en première instance du transporteur bisontin pour travail dissimulé et prêt illégal de main d'oeuvre est confirmée, ainsi que sa relaxe pour exercice illégal de transport. Nous publions des extraits de l'arrêt.

Isabelle et e-love

billet

Lundi 25 mars 2013

/ Michèle Tatu

Drôle de semaine. Alors que nous débattions sur comment vivre sans énergie nucléaire, 25 000 personnes  ont subitement été privées d’Internet.

/ Daniel Bordür

« Le mot énergie m'énerve... Les enfants parlent de points, les professeurs d'argent, la société d'énergie. C'est du langage de camé ! Il faut arrêter de se demander par quoi on va remplacer le nucléaire. On arrête et on verra. » Alain de Halleux ne fait pas que des films sur le nucléaire, c'est aussi un militant et un débatteur. Il était mercredi à Besançon pour la première projection française de Welcome to Fukushima.

Pages