Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Société

Mercredi 29 juin 2016 / Daniel Bordür

Le Comité interprofessionnel de gestion du comté avait contesté sa condamnation en première instance à payer des dommages et intérêts solidairement avec la coopérative de Pierrefontaine-les-Varans qui a été contrainte de collecter le lait d'une ferme utilisant deux robots de traite. Décision le 27 septembre.

Vendredi 17 juin 2016 / Daniel Bordür

Thierry Navarro s'était retrouvé au chômage en septembre 2013 après que le ministre du travail, Michel Sapin, ait autorisé son licenciement par l'union régionale que l'inspecteur du travail avait refusé. Le tribunal administratif a annulé la décision du ministre, mais une nouvelle procédure de licenciement est lancée... et trois syndicats ont quitté la CFDT.

Vendredi 10 juin 2016 / Daniel Bordür

Marisol Touraine parle de « véritable révolution pour l'hôpital » quand la CGT redoute la création d' « usines à soins ». Le décret publié le 29 avril impose que les conventions réunissant plusieurs établissements sous la houlette d'un hôpital support, soient entérinées le 1er juillet. Besançon intègre Dole et Gray, la Haute-Saône échappe à la fusion avec l'Aire urbaine... La psychiatrie a un regroupement thématique.

Mercredi 8 juin 2016 / Daniel Bordür

La préfecture de Besançon accueille chaque année trois à quatre cérémonies de remise de décrets de naturalisation à une cinquantaine de personnes qui ont dû remplir un épais dossier. Cet exercice qui se tient depuis dix ans conclut un parcours parfois semé d'embûches.

Mardi 7 juin 2016 / Daniel Bordür

Seconde « semaine morte » dans les services pénitentiaires d'insertion et de probation. Après un rassemblement mardi devant la prison de Besançon, les conseillers sont jeudi 8 juin pour la deuxième fois devant le palais de justice pour réclamer des moyens.

Jeudi 26 mai 2016 / Daniel Bordür

Les conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation réclament des moyens pour bien travailler. « Au-delà de 60 ou 80 dossiers, on ne fait plus du bon travail. Quand on a plus de 150 dossiers - j'en ai 160 en ce moment -, le cerveau ne peut pas tout emmagasiner, on n'est plus disponible pour les gens », explique une professionnelle.

Mercredi 18 mai 2016 / Daniel Bordür

Une cinquantaine de policiers se sont rassemblés devant la commissariat de Besançon pour dire leur « ras-le-bol de la haine anti-flic ». Leur mouvement montre surtout que les forces de l'ordre, dont les effectifs ont été rognés sous Sarkozy, sont épuisées par six mois d'un état d'urgence qui leur fait reporter leurs congés... Une trentaine d'étudiants rieurs, anti loi-travail, ont « protégé le droit de manifester des policiers ».

Pages