Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

tribune

/ Invité.e.s

Plus de 2600 étudiants étrangers ont choisi Besançon et représentent 22% des inscrits à l'Université de Franche-Comté, soulignent Thibaut Bize, adjoint aux relations internationales au maire de Besançon, et Anthony Poulin, conseiller municipal délégué vie étudiante. Ils considèrent que le projet du Premier ministre d'augmenter les frais d'inscription de 1500% pour les étrangers va les « dissuader d'accéder aux études supérieures en les sélectionnant par l'argent, fragiliser nos universités, notre pays et notre ville. »

Accès libre

/ Invité.e.s

Dans une tribune que Factuel publie, le député et conseiller municipal LREM de Besançon, s'en prend vivement à « l'extrême-gauche » et aux « biens-pensants, démagogues et extrémistes » qu'il accuse de visées « politiciennes »... Il tente de construire un en même-temps macronien où « solidarité et fraternité » cohabitent avec « maintien de l'ordre » et « refus des dérives délinquantes ».

Accès libre

/ Invité.e.s

Le collectif SOS Loue et Rivières comtoises s'interroge sur le bien fondé des travaux d'urgence effectué dans le lit à sec du Doubs dans le défilé d'Entreroche. Un regard de 90 centimètres, dont le fond est qui plus est obstrué, empêche l'alimentation de la faille... Quid également des relations entre eaux de surface et eaux souterraines ?

Accès libre

/ Invité.e.s

Plusieurs associations suisses (Pro Natura, Fédération de Pêche, WWF) et françaises (France Nature Environnement 25-90, APPMA Doubs-Franco-Suisse, Fédération de pêche et de protection des milieux aquatiques du Doubs, CPEPESC, SOS-Loue et Rivière Comtoise, Association Nationale de Protection Eaux et Rivières-TOS Doubs) demandent la « libre-circulation pour les poissons sans le barrage du Theusseret » sur le Doubs frontière.

Accès libre

/ Invité.e.s

L'adjoint à l'éducation du maire de Besançon qui faisait partie des candidats socialistes à la succession de Jean-Louis Fousseret, explique dans une lettre un brin désabusée sa double décision de ne pas briguer la mairie et de quitter le PS. Le contexte politique national et local, le manque de débat dans le groupe socialiste et de vision de « l'astre mort » du PS sont au nombre de ses raisons...

Accès libre

Pages