Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Michel Antony et les figures comtoises du socialisme utopique

Mercredi 19 novembre 2014 / Daniel Bordür

Les mots ont une histoire. Ils n'ont pas toujours le même sens selon l'époque, le contexte, les événements. Historien spécialiste de l'anarchie, Michel Antony sait bien que son objet - l'anarchie - n'a plus bonne presse alors que l'anarchiste, né au tournant de la Révolution française, n'est « que celui qui ne veut pas de pouvoir institué ». Du coup, le mot libertaire, a pris le dessus, inventé par opposition à libéral, par Joseph Déjacque qui a créé  au 19e siècle Le Libertaire, « journal de l'ordre » ! Son livre important s'intitule L'Humanistère : « il y critique la misogynie de Proudhon ». Il est aussi l'auteur d'un pamphlet tout en finesse programmatique : A bas les chefs !

Sourires dans la salle où l'écoutent une trentaine de personnes. Michel Antony précise : « un ordre différent de l'ordre transcendantal ! » Il est venu parler à l'invitation du Cercle Condorcet des socialistes utopiques franc-comtois, il continue à situer les mots dans leur époque : socialisme aux « items très variés », communisme qui vient non du marxisme mais « du 18e siècles des Lumières ». Il y a tant de variétés, tant d'écoles, de propositions, de théoriciens, que pour les caractériser Michel Antony les affuble d'un adjectif. Quel rapport en effet entre « communisme autoritaire » et « communisme libertaire » ? Quant aux relations entre « socialisme marxiste » et « socialisme anti-autoritaire », elles ont fourni une grande part des débats internes à l'Association internationale des travailleurs jusque vers 1866-67...

Des mots accompagnent ces trois grandes notions contemporaines de la naissance du mouvement ouvrier. Le syndicalisme peut être « révolutionnaire, tenant de l'anarcho-syndicalisme et venant de la tradition libertaire, mais aussi agricole, chrétien, réformiste... » Avec toutes les nuances locales, notamment entre Besançon et le pays de Montbéliard... Des mots mais aussi des idées et des projets, comme l'université populaire dont le CCPPO est selon Michel Antony un bon exemple bisontin, les Maisons du peuple dont la fameuse école de Saint-Claude. On ne peut passer sous silence l'urbanisme novateur de la saline d'Arc-et-Senans venant de « l'utilitarisme britanique » ou de la chapelle de Ronchamp du Corbusier aux « écrits d'utopiste »...

« Inventeur social » plutôt que socialiste, Fourier veut tenir compte de la diversité en faisant se rencontrer « capital, travail et talent contre la civilisation capitaliste », la civilisation étant entendue très différemment de celle qu'on défend aujourd'hui, ayant plutôt un caractère péjoratif car éloignant l'homme de la nature, des passions... Il entend « prendre les gens tels qu'ils sont et les mettre en symbiose, construire un maelstrom dont sort l'unité... » Michel Antony souligne qu'il est l'un des « rares socialistes féministes » de son temps, qu'il considère le mariage comme « l'asservissement de la femme et des enfants ». Défendant une sexualité libre, il est aussi le précurseur, sinon « l'ancêtre des cités-jardins, de l'écologie, de la défense des milieux naturels » et dans son phalanstère, « l'individu ne doit pas être écrasé par le collectif »...

A l'inverse de Fourier, Proudhon est « un des rares penseurs socialistes d'origine populaire ». Il se revendique anarchiste et pose la théorie du fédéralisme sensé « équilibrer les pouvoirs par des structures horizontales ». Son analyse de la propriété (c'est le vol) porte sa critique globale, mais il « évoluera et ne sera pas contre les petits propriétaires pour peu qu'ils n'exploitent personne ». Sa pensée et sa personnalité font que les proudhoniens « dominent le mouvement ouvrier français jusque dans les années 1870... Il a pensé la capacité politique de la classe ouvrière, son autonomie, a apporté aux marxistes des notions comme la force collective ou la valeur travail... » Reste que Proudhon aux yeux de Michel Antony porte la double « tare indélébile », la « contradiction crasse » de l'antisémitisme et de la misogynie. Ayant par exemple écrit qu'une femme « n'a que deux solutions : ménagère ou courtisane », il s'est fait remettre en place par Jenny d'Héricourt qui l'a attaqué dans La Revue philosophique.

Exécuteur testamentaire de Fourier, Considerant est « un socialiste jurassien pragmatique » doublé d'un polytechnicien. Favorable au vote des femmes, dénonciateur de « l'école-caserne », il a expérimenté - en échouant - le phalanstère au Texas... Il a surtout « incarné l'unité du socialisme » divisé entre ses nombreuses chapelles qui toutes étaient représentées lors de ses obsèques.

Ces penseurs comtois ont-ils influencé les luttes sociales de la région ? Michel Antony ne tranche pas la question. Il souligne que la bataille des Lip avait certains caractères fouriéristes : « l'horizontalisme, s'emparer de l'outil de travail, s'ouvrir à la diversité  interne et externe : ils ont autogéré leur lutte, la communication, ont autoproduit... même s'ils n'ont pas cherché à construire un îlot d'autogestion au mlieu du siècle, ils cherchaient un patron ! » Bien loin des collectifs espagnols de la république espagnole de 1936...

Dans le débat qui suit et cherche des liens entre ces philosophies et des actes, on cite des événements bisontins tels que les Castors qui construisirent leurs maisons en s'entraidant, le clair-foyer qui accueillit 300 adolescentes en rupture et se fracassa en appliquant les conventions collectives, la naissance à Montbéliard sur fond de militantisme protestant d'oïkocrédit, l'aventure du cirque Plume, les jardins de Cocagne... Un universitaire s'appuie sur l'idée du fédéralisme pour suggérer que « la vraie alternative, c'est la coopérative ». Plusieurs en évoquent les dérives, notamment par la taille.

Recommander cet article
0

Commentaires

Bonjour. Il y a un lien direct entre la muflerie dont fit preuve Proudhon dans sa "réponse" (en fait : refus de réponse) à Jenny d'Héricourt, en 1857, et la création consécutive du mot 'libertaire'. Ce mot fut donc créé par Déjacque dans la brochure qu'il publia alors à ses frais, à La Nouvelle-Orléans, tant il avait été indigné : "De l'être-humain mâle et femelle". Cordialement

Soumis par luc nemeth le 14 mar 2015 - 17:16.