Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Abandon du service des correspondants de nuit à Besançon

Lundi 18 mai 2015 / gviennet

Deuxième rassemblement des correspondants de nuit, ce lundi 11 mai devant l'Hôtel de Ville à 16h30, juste avant la réunion mensuelle du Conseil municipal. La fermeture du service des correspondants de nuit,  géré par l'ADDSEA (1), à la fin de l'année 2015 est la raison de la présence des syndicats CGT et CFDT de l'ADDSEA d'une délégation CGT de cheminots et d'une vingtaine de personnes venus apporter leur soutien à ces employés.
 
Le 27 mars déjà Danièle Poissenot, adjointe au Maire en charge de la sécurité et de la tranquillité publique, confirmait la fermeture fin de l'année 2015 du service des correspondants de nuit et n'envisageait à la suite qu'une ou deux embauches dans les services municipaux sur la vingtaine d'employés que compte ce service.
 
La présence et les interventions des « gilets jaunes » dans la ville de Besançon au centre comme dans les quartiers n'aura pas d'équivalent avec un système de vidéo-surveillance dont on n'a pas vu la preuve qu'il ait favorisé une tranquillité accrue. Il serait de fait fort indécent de mettre dans la balance l'efficacité de l'action des correspondants de nuit et leur intervention rapide un quart d'heure après la demande, avec celle des caméras de surveillance ! Ce sont des choix politiques qui sont ici en cause. Une analyse sur le travail de prévention, sur la gestion des conflits - avec les organismes bailleurs en particulier -  participeraient alors à la création au maintien et à la  réparation du lien social pour permettre le mieux vivre ensemble qui constitue le cœur de la politique territoriale.
 
Au moment où la municipalité envisage une augmentation des effectifs de police municipale et alors que ces agents demandent une arme, n'allons-nous pas tomber dans l' opposition, un peu systématique, entre les besoins en matière de médiation et  la répression ? Or, plus nous lutterons préventivement,  avec toutes les aides possibles dont font partie intégrante les correspondants de nuit, plus nous limiterons les traumatismes liés à un renforcement policier. Il n'est pas certain d'autre part que la population bisontine comprenne cette décision et n'ait pas le sentiment aigu d'un abandon alors même que certains quartiers,  Planoise,  les  408 subissent de plein fouet une aggravation des incivilités.
 
Daniella Chaillet, Gaby Viennet
 
(1) ADDSEA : Association Départementale du Doubs de Sauvegarde de l'Enfant à l'Adulte  
Recommander cet article
0

Commentaires

Voila bien, effectivement, une décision absurde ! La vie nocturne du centre de la ville est bruyante, grossière, de plus en plus alcoolisée au fur et à mesure que l'on avance dans la nuit. Et franchement, à entendre certains "beuglements", on se dit qu'il ne fait pas bon être une femme, dans la rue, la nuit. Et que dire des fameux jeudis noirs, où les étudiants (parait-il) s'alcoolisent à qui mieux-mieux, pour le plus grand profit, sans doute, des "limonadiers".

Je trouve que cette ville est de moins en moins "bien tenue".

Soumis par Danièle Secrétant le 18 mai 2015 - 17:17.

Jeudi 21 mai marche nocturne contre les agressions faites aux femmes, en soirée. A l' appel de solidarités femmes rendez-vous place de la révolution á 21h

Soumis par Vermot Desroches Roberte le 18 mai 2015 - 22:55.