Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

La France insoumise vise 185 députés

brève

Mardi 25 avril 2017 / La rédaction

C'est ce qu'explique dans un communiqué Gabriel Amard, candidat de la France insoumise aux législatives à Lons-le-Saunier, et secrétaire national du PG aux radicalités concrètes locales et municipales.

Secrétaire national du PG et candidat de la France insoumise aux législatives dans le Jura, Gabriel Amard a adressé ce communiqué aux rédactions :

« République, à bout de souffle. Jean-Luc Mélenchon et les candidats FI porte l'idée d'une assemblée constituante pour une 6ème République et l'instauration d'une règle verte . Ces 2 questions n'ont pas de candidat au second tour. La 1ère occasion de rompre avec la monarchie présidentielle et de stopper de dérèglement climatique n'a donc pas aboutie.

Une seconde occasion s'offre à nous. L'article 11 alinéa 3 de la Constitution de la 5e République permet à 185 parlementaires soutenus par 4,5 millions de citoyens de soumettre à référendum du peuple francais une proposition de loi pour la convocation d'une Assemblée Constituante.

Jean-Luc Mélenchon a d'ores et déjà réuni plus de 7 millions de voix à l'élection présidentielle. La France insoumise finit en tête dans 67 circonscriptions et est en seconde position dans 167 circonscriptions.
Avec 7 millions de voix qui reste mobilisés les 11 et 18 juin nous sommes en mesure d'être présent au premier et au second tour dans 451 circonscriptions.

Si chaque électeur de Jean-Luc Mélenchon porte ses voix sur les candidats de la France insoumise à l'élection législative, il est à notre portée d'élire au moins 185 parlementaires à l'Assemblée Nationale pour en finir avec la 5ème République. »

Barbara Romagnan : « Engager dès à présent la recomposition de la gauche »

brève

Lundi 24 avril 2017 / La rédaction

Barbara Romagnan a fait parvenir le communiqué suivant aux rédactions :

« Nous avons échoué à inverser le scénario annoncé depuis quelques semaines et qui, au fond, était programmé de plus longue date : dans la succession de défaites électorales depuis 2014 et avec le bilan du quinquennat. Benoît Hamon en assume pleinement sa part de responsabilité.

Aujourd’hui, comme il l’a dit lui-même, l’urgence est de battre le plus fortement et le plus puissamment possible l’extrême-droite en votant Emmanuel Macron. Il ne faut pas confondre un adversaire politique avec une ennemie de la République.

L’élimination de la gauche pour la seconde fois en quinze ans est une lourde défaite. C’est pourquoi la reconstruction d’une gauche sociale et écologiste est plus que jamais une priorité. Elle passe par des débats de fond et par la rénovation des partis politiques : ils doivent radicalement repenser leur fonctionnement, s’ouvrir sur la société afin de tenir leur rôle indispensable en démocratie.

Il faut engager dès à présent cette recomposition de la gauche et de l’écologie pour les élections législatives. Ce sera difficile, mais nous sommes des militants : nos convictions ne varient pas au gré des résultats électoraux et nous savons que les rénovations commencent parfois en étant minoritaires. Les électeurs qui ont soutenu Jean-Luc Mélenchon, dont le résultat doit être salué, doivent être associés à cette perspective.

Le projet original et novateur initié par Benoît Hamon sur la conversion écologique, les bouleversements du travail, la réforme de la construction de l’Europe, l’ouverture au monde, le renouveau démocratique, est plus que jamais nécessaire. Nous sommes déterminés à nous engager dans cette histoire qui commence.

Merci à Benoît Hamon d’avoir porté avec courage, constance et humilité cette ambition collective.»

Besançon : cinq familles Rom campent au kiosque Granvelle

brève

Vendredi 14 avril 2017 / La rédaction

Cinq familles réunissant une trentaine de personnes, dont des enfants et des bébés, Roms originaires de Bosnie et du Kosovo, sont arrivées à Besançon en début de semaine en provenance d'Allemagne. Ils dorment sous des tentes installées sur le kiosque Granvelle. Le collectif Solmiré a sollicité le 115 afin qu'elles puissent être hébergées, ce qui est une obligation légale de l'Etat, mais il lui a été répondu qu'il n'y avait aucune place. Les militants ont notamment fourni à manger et des kits d'hygiène de base.

Ce vendredi en début d'après-midi, un petit cortège regroupant les trente migrants et quelques militants du collectif, a cherché refuge pour ces personnes en errance à l'église Saint-Pierre, sans succès, d'autant qu'il n'y a ni eau ni sanitaires. Parmi les accompagnants, certains ayant de la place chez eux, expliquent avoir accueilli des personnes...

Un bref échange, rendu compliqué par les difficultés de langage et l'absence d'interprète, nous a permis de comprendre que ces migrants ont fui des violences avec armes tuant des proches, et des destructions d'habitations...

Campement de fortune.

 

Ils ont laissé des proches tués par des violences...

 

SOS Racisme appelle à barrer la route à Marine Le Pen

brève

Mardi 11 avril 2017 / La rédaction

Le mouvement lance une campagne nationale pour faire voter la jeunesse. Elle passe à Besançon par deux expositions à la bibliothèque universitaire Proudhon de la face de droit-sciences éco à la Bouloie : une sur les élections jusqu'au 23 juin, une avec des photos de Betina Rheims jusqu'au 12 mai.

SOS Racisme a lancé mardi 11 avril, partout en France, une campagne nationale destinée à faire barrage à Marine Le Pen à l'élection présidentielle, dès le premier tour. « Un 21 avril bis entrainerait des conséquences dramatiques pour notre pays... Un score important de Marine Le Pen au premier puis au second tour dégraderait le climat extrêmement délétère dans notre pays sur le plan du vivre ensemble », explique le président de l'association Dominique Sopo.

La campagne se décline d'abord en direction des 15-25 ans qui sont invités à se photographier avec des amis avec un élément commun, et à la publier sur les réseaux sociaux avec le hashtag #OnEstPareil grâce à une application disponible sur le site d'SOS Racisme. Une seconde action, plus classique, consiste en affichage, tractage et « événement surprise », explique Paul Schmitt, le porte-parole du comité bisontin de SOS Racisme.

A Besançon, la campagne est relayée essentiellement en milieu étudiant, avec deux expositions à la bibliothèque universitaire Proudhon de la Bouloie : une consacrée aux élections, l'autre est constituée de 21 photos de Betina Rheims. Dominique Sopo se rendra à l'inauguration jeudi 13 aril à 18 h. Une intervention musicale est également annoncée samedi 15 sur le marché du centre-ville.

Cette intervention inhabituelle dans la campagne électorale fait suite à l'Appel des solidarités lancé par 80 associations dont SOS Racisme, Attac, le CCFD, la LPO ou le collectif Roosevelt. Il s'agit là aussi de peser sur le futur locataire de l'Elysée dans cinq directions : inégalités, discriminations, nature, sans-voix, coopération. « Séparément on est faible, ensemble, on peut peser », souligne Paul Schmitt, le porte-parole du comité bisontin de SOS Racisme.

Le but de la campagne est de se montrer sur les réseaux sociaux, mais il a aussi un but pédagogique : « la campagne est tournée vers la jeunesse pour qu'elle prenne conscience de qui est Marine Le Pen. beaucoup votent pour elle par défoulement, sans connaître l'historique du parti », souligne Paul Schmitt. « On ne pensait pas qu'elle avait une chance d'être élue, mais c'est possible, c'est le dernier moment pour agir. J'ai peur de l'abstention si elle est au second tour, de la part d'électeurs de droite su Fillon est éliminé, d'électeur de gauche si Macron ou Mélenchon sont éliminés ».

Un temps soupçonné de complaisance avec certaines formes de communautarisme, le comité bisontin d'SOS Racisme avait été dissout par les instances nationales à la suite de la condamnation pour violences conjugales de son ancien président. Il a été relancé il y a un an et demi et compte une vingtaine d'adhérents, la présidente locale étant Fabienne Schmitt. Le compagnonnage avec le PS - SOS Racisme a été créée en 1984 par Harlem Désir, aujourd'hui discret secrétaire d'Etat aux affaires européennes, et Julien Dray - appartient au passé, selon les animateurs actuels du mouvement qui se revendique laïc et n'intervient pas dans le débat religieux.   

Turquie : une déclaration commune des magistrats, avocats et journalistes européens

brève

Vendredi 7 avril 2017 / La rédaction

« A l’heure actuelle, environ 2000 juges et procureurs (sur les 4088 destitués), 350 avocats et 150 journalistes et professionnels des médias sont en détention, et 867 autres avocats sont poursuivis. » Ces quelques mots sont extraits de la déclaration commune de l'Association européenne des magistrats, de la Fédération européenne des journalistes et du Conseil des barreaux européens sur « la répression continue de l’état de droit en Turquie » qui exhortent le gouvernement turc à :
- restaurer un système judiciaire indépendant conformément à l’état de droit ;
- garantir la liberté d’expression et des médias ;
- garantir à tous les citoyens le droit fondamental d’accès à la justice et à un avocat ;
- respecter ses engagements internationaux à protéger les droits de l’homme, tels que garantis par la Convention européenne des droits de l’homme et d’autres accords internationaux ;
- faire prévaloir l’état de droit et la démocratie dans le pays ;
- libérer tous les juges, procureurs, avocats et journalistes détenus de manière indue pour avoir exercé leurs activités professionnelles ;
- mettre fin à la persécution des juges, des procureurs, des avocats et des journalistes.

La déclaration est à lire ici.

Des élus socialistes et écologistes pour Benoît Hamon

brève

Vendredi 7 avril 2017 / La rédaction

Soixante douze élus socialistes et écologistes du Doubs signent un texte de soutien à Benoît Hamon qui commence gravement : « Dans la campagne présidentielle actuelle s’exprime un profond désarroi de la part de l'électorat, et singulièrement de l'électorat de gauche. Cet électorat ne trouve pas auprès de ceux vers lesquels il se tourne traditionnellement, les réponses et la volonté de remédier à la crise morale, politique et idéologique que traverse notre pays. »

On note par eux les députés Barbara Romagnan et Frédéric barbier, le sénateur Martial Bourquin, l'ancienne secrétaire d'Etat Paulette Guinchard, des adjoints, des conseillers régionaux et départementaux... La plupart sont dans les agglomérations bisontine et montbéliardaise. 

On note aussi l'absence de la signature du député Eric Alauzet face à qui En Marche ne devrait pas présenter de candidat. L'élu écologiste a pourtant représenté Benoît Hamon pas plus tard que jeudi soir lors d'une table ronde organisée par seize associations...

La liste des signataires et le texte sont ici.

Marie Guite Dufay vote Macron

brève

Jeudi 6 avril 2017 / La rédaction

Après Jean-Louis Fousseret, Yves Krattinger, Denis Sommer et quelques autres élus socialistes, la présidente de région participe à l'hémorragie qui affaiblit son parti.

La présidente du conseil régional Bourgogne-Franche-Comté annonce sur son compte Facebook qu'elle votera Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle. Elle explique notamment : « En prenant cette décision, je crois être conforme aux valeurs qui ont toujours été les miennes. Je suis consciente que les chemins différents pris par les militants et les élus issus du parti socialiste créent une situation inédite. Je redis ici ma fidélité à l’équipe que j’ai la fierté de conduire au conseil régional. »

Le fil de discussion qui suit montre qu'elle est loin d'avoir convaincu parmi ceux qui ont fait campagne derrière elle lors des élections régionales...

Voir ici.

Il y aura une 4ème édition du festival du Bitume et des Plumes

brève

Vendredi 31 mars 2017 / Etudiant

L'édition 2015. (photo d'archives Daniel Bordur)

La faible fréquentation enregistrée lors de la troisième édition, en 2016, a suscité de nombreux questionnements au sein de l’équipe en charge du festival, quant au renouvellement ou non du festival Du Bitume et des plumes. Après de nombreuses réunions, la décision a été prise de réitérer l'événement. Une décision mûrement réfléchie et compréhensible au vu du statut de Festival.

La gestion de cet événement repose sur une équipe de bénévoles qui évolue d’une édition à l’autre. Créé il y a 3 ans, c’est un festival indépendant rassemblant les arts du cirque, de la danse, du théâtre et de la musique. Il souhaite réunir des compagnies locales dans les rues bisontines, fait émerger des compagnies amatrices, de même qu’il offre une nouvelle expérience aux compagnie professionnelles. C’est un moment de partage qui est proposé, entre passion et contemplation.
Il se déroule à Besançon, dans le quartier de centre-ville excentré de Tarragnoz que l’association, le trouvant trop calme, a décidé d’« animer ».

En tout, 2000 personnes, professionnels et bénévoles, y participent. Les animateurs souhaitent rapprocher les habitants, insistent sur le côté collectif et gratuit. C’est avec 500 euros en poche qu’ils ont mis en place la première édition. Ce fut un succès, suivi l’année suivante, d'une seconde édition. Le festival a obtenu l’aide des collectivités, mais il vit essentiellement de dons allant de 1 à 20 euros portant des noms en accord avec l’esprit de l’association : plume, oreiller, édredon et couette !

Le festival encourage la population à faire du vélo pendant l’événement, les précédentes éditions ayant coïncidé avec une vélorution.

Marie-Carolyn GERMAIN & Lonella PERONNET
2e année IUT information et communication

Pollens : risque allergique « élevé » selon Atmo-Franche-Comté

brève

Vendredi 31 mars 2017 / La rédaction

Le risque allergique prévisible atteint le degré 4 sur une échelle de 0 à 5 pour les pollens, notamment de frêne, cyprès, bouleau et orne, à Besançon. C'est ce qu'indique le bulletin publié le 31 mars et valable jusqu'au 4 avril.

A voir ici.

La Région et la Caisse des Dépôts signent un accord-cadre sur l'aménagement et l'économie

brève

Mercredi 29 mars 2017 / La rédaction

« Renforcer le potentiel touristique de la région en déployant l’hébergement dans les massifs », l'un des aspects de l'un des sept axes de l'accord, laisse entrevoir le soutien aux projets de Center parcs...

Dans un communiqué publié ce mercredi 29 mars, le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir signé avec la Caisse des Dépôts « un accord-cadre en faveur de l’aménagement durable du territoire et du développement économique » :

« Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, et Antoine Bréhard, directeur régional de la Caisse des Dépôts, ont signé, ce jour, un accord pluriannuel de partenariat en faveur des projets du territoire centrés autour de deux enjeux majeurs :
- la promotion d’un aménagement équilibré et durable du territoire régional, objet du futur schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires ;
- le soutien à l’emploi et au développement économique, selon les orientations définies par le schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation.

7 axes principaux de collaboration définis

- Accompagner un aménagement durable du territoire, qui prend en compte le développement de l’entrepreneuriat et la redynamisation des centres-bourgs.
- Accélérer la transition écologique et énergétique en soutenant la mise en œuvre d’un outil régional en faveur des projets d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique des bâtiments publics et des logements.
- Soutenir le développement économique et l’économie sociale et solidaire. 
- Renforcer le potentiel touristique de la région en déployant l’hébergement dans les massifs et en valorisant le patrimoine historique, gastronomique, œnologique, thermal et fluvial du territoire.
- Consolider l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation, en particulier autour de la Société d’accélération du transfert de technologies (SATT) et des incubateurs.
- Développer les transports et les nouvelles solutions de mobilité.
- Favoriser l’aménagement numérique du territoire. »

Une pétition pour que Jean Josselin ait une retraite de sportif de haut niveau

brève

Jeudi 23 mars 2017 / La rédaction

Voisin de Jean Josselin, ce Bisontin de 76 ans célèbre pour avoir été champion de France et d'Europe de boxe, finaliste d'un championnat du monde à Dallas en 1966, Luis Simon est révolté que l'ancien sportif n'ait que 600 euros par mois pour vivre. Ancien président de la CPAM de Besançon, il est l'origine d'une pétition - papier - réclamant que l'Etat, la région, la ville, la CARSAT œuvrent ensemble afin que Jean Josselin puisse obtenir d'urgence « une retraite de sportif de haut niveau ». 

La pétition est accessible et téléchargeable ici en pdf.

Tous les candidats aux législatives en Franche-Comté

brève

Mardi 21 mars 2017 / La rédaction


Doubs

1ère circonscription (Besançon ouest et nord)

Barbara Romagnan (PS), députée sortante. Suppléant : Régis Aubry
Françoise Branget (LR), vice-présidente du conseil départemental, conseillère régionale, suppléant : Guillaume Bailly
Pascal Routhier (DVD), maire de Saint-Vit, suppléante : Sophie Peseux
Laurent Croizier (MoDem), conseiller municipal de Besançon, suppléant Jean-Paul Michaud
Habiba Delacour (France insoumise). Suppléant : José Gahona
Fanette Charvier (LREM), suppléant : Arnaud Grosperrin
Alain Robert (100% Citoyens, écolo), suppléant Stéphane Auriol
Claudine François-Wilser (MEI, adjointe au maire UDI de Thann, Haut-Rhin), suppléant : Clément Waechter
Anna Romano (FN), suppléante : Chrystel Hudry
Nicole Friess (LO), suppléant : Antony Rué
Kevin Meillet (Parti animaliste), suppléant Jérôme Vanderhaeghe
Emmanuel Guerrin (UPR), suppléant : Boris Gentelt

2e circonscription (Besançon est et sud)

Eric Alauzet (majorité présidentielle), député EELV sortant, suppléante : Michèle De Wilde
Ludovic Fagaut (LR), vice-président du conseil départemental, conseiller municipal de Besançon, suppléante Sylviane Cuenot
Christophe Lime (PCF), adjoint au maire de Besançon, suppléante : Elsa Maillot
Claire Arnoux (France insoumise). Suppléant : Daniel Conversy
Alain François (MEI), suppléante Léa Rosenfield
Nadine De Maio (Parti animaliste), suppléante : Sylvie De Maio
Jean-Claude Chomette (DLF), suppléante Danièle David
Christine Latournerie (UPR), suppléant Jérôme Nozet
José Da Cruz (Résistons !1), suppléant Eric Quemeneur
Fabrice Delacambre (LO), suppléante Brigitte Vuitton
Julien Accard (FN), suppléant Dominique Leclercq

3e circonscription (Montbéliard, Baume-les-Dames, Maîche)

Sidonie Marchal (PS), suppléant Jean-François Mougenel
Denis Sommer (LREM), maire de Grand-Charmont, vice président de PMA, conseiller régional, suppléante Laure Thiébaut
Christophe Espolio (France insoumise), suppléante : Morgane Paulet
Bruno Patois (100% Citoyens), suppléant François Delseau
Frédéric Cartier (LR), maire de Sancey-le-Grand, suppléant Philippe Duvernoy
Odile Johannès (EELV), suppléant Bernard Lachambre
Loup Viallet (FN), suppléante Sylviane Schott
Christian Driano (LO), suppléante Annie Mougin
Karine Comas (UPR), suppléant Dominique Issenlor

4e circonscription (Audincourt)

Frédéric Barbier (LREM), député PS sortant, conseiller départemental, suppléante Martine Voidey, maire de Voujaucourt, conseillère départementale
Valère Nèdey (LR), conseiller régional, suppléant Didier Klein
Christine Besançon (DLF), suppléant Michel Mussot
Nadia Barznica (France insoumise), suppléant : Christian Millet
Yusuf Cetin (PEJ), suppléant Fath Elmas
Antonio Sanchez (Communistes), suppléant Wilfrid Garing
Michel Treppo (LO), suppléant Georges Kvartskhava
Anna Maillard (EELV), suppléant Jean-Roger Loup
Sophie Montel (FN), suppléant Jacques Ricciardetti
Corinne Riquet (PCF), suppléant Vincent Adami

5e circonscription (Haut-Doubs)

Annie Genevard (LR), députée sortante, maire de Morteau, suppléant Eric Liégeon
Antony Poulin (EELV), conseiller municipal de Besançon, suppléante Nina Bataillard
Martine Ludi (France insoumise), suppléant : Ivan Bouday
Sylvie Le Hir (LREM), conseillère départementale LR, suppléant Renaud Perrin
Evelyne Ternant (PCF), suppléante Françoise Monnier
Jérémy Navion (FN), suppléant Jim Prenel
Yannick Ardiet (UPR), suppléant Antoine Marques
Emmanuel Chabeuf (Parti animaliste), suppléante Karine Gaillard
Myriam Springaux (LO), suppléant Claude Cuenot
Jean-Marie Pietoukhoff (Le Trèfle, écolo), suppléante Christine Morzier

Jura

1ère circonscription (Lons-le-Saunier)

Cyrille Bréro (LR), conseiller départemental suppléant Veronique Lambert
Marc-Henri Duvernet (PS), conseiller municipal de Lons-le-Saunier, suppléante Anne Perrin (EELV)
Gabriel Amard (France insoumise), suppléante Géraldine Revy
Gérard Dobelli (100% Citoyens), suppléant Zakaria El Ahmadi
Johanne Morel (LO), suppléant Julien Thévenin
Benjamin Marraud des Grottes (LR dissident), suppléant Christian Nicolas
Gilles Moriconi (DLF), suppléant Nicolas Caire
Jean-Paul Ecard (FN), suppléant Eric Sylvestre
Alain Janiaux (UPR), suppléant Thibaut Frere
Danielle Brûlebois (LREM), suppléant Michel Fischer
Ramazan Ipek (PEJ), suppléant Nagat Stutzmann
Michel Lapierre (DVD), suppléante Micheline Lapierre

2e circonscription (Haut-Jura)

Marie-Christine Dalloz (LR), députée sortante, conseillère départementale
Julie Lançon (France insoumise), suppléant Bruno Ragot
Isabelle Marchal (LO) suppléant Claude Couratier
Dominique Oudin (100% Citoyens) suppléant Jean Grand
Anne-Prost-Grosjean (LREM) suppléant Bernard Girardot
Jean-Daniel Maire (DVG), conseiller départemental, maire de Viry suppléante Nelly Durandot
Francisque Bailly-Cochet (DVG), suppléante Anne Janvier
Dominique Bichlé (MEI), suppléant Jacques Lançon
Nathalie Desseigne (FN), suppléante Ghislaine Fraisse
Frédéric Jaillet (UPR), suppléant Stéphane Garcia
Larbi Laabid (PEJ), suppléant Fatih Civil
Christophe Masson (EELV), supléant Sébastien Mignottet (PCF)
Jean-Louis Millet (DVD), supléant Noêl Ratte

3e circonscription (Dole)

Jean-Marie Sermier (LR), député sortant, maire de Dole. Suppléante : Chantal Torck, maire de Chaussin, conseillère départementale.
Jean-Bernard Marcuzzi (France insoumise), suppléante Claudine Roueff
Dominique Revoy (LO) suppléant Jacques Maréchal
Stéphane Poutignat (100% Citoyens)
Paul-Henri Bard (LREM), suppléante Sylvette Vilcoq
Laurence Bernier (PCF), suppléant Grégoire Durant (PS)
Véronique Henry (UPR), suppléant Gilbert Marceau
Ali Kurt (PEJ), suppléante Maraux Barthelemy
Stéphane Montrelay (FN), suppléant Luc Bejean
Sylvie Viard (DLF), suppléant Claude Petit

Haute-Saône

1ère circonscription (Vesoul-Gray)

Marie Breton (LR, non investie, première adjointe au maire de Gray), suppléante du député sortant Alain Chrétien qui est son suppléant...
Dimitri Doussot (LR), suppléante : Anne-Laure Breuiilard-Fléty (UDI, adjointe au maire de Gray, conseillère régionale)
François Froidurot (France insoumise), suppléante : Elisabeth Faivre-Morel
Barbara Bessot Ballot (LREM), suppléante Stéphanie Pini
Martine Buffet (UPR), suppléant Fouad Amri
Corinne Guyonnet (EELV), Suppléante Annick Marechal
Léonie Cugnot (FN), suppléant Hugo Deloche
Thérèse Garret (LO), suppléant Noël Hennequin
Laurent Ricard (PS), suppléante Nathalie Musard
Philippe Bazeau (MEI), suppléante Francine Stauffer
Marc Montovani (DLF), suppléant Christian Annequin
Cyril Morlot (PCF), suppléante Clarisse Puisset
Rémi Breney (SE), suppléante Estelle Bourdier

2e circonscription (Lure-Luxeuil-Héricourt)

Isabelle Haismann-Febvay (FI), suppléant David Dornier
Isabelle Géhin (LR), suppléant Loïc Laborie
Patrick Adam (DLF), suppléant Valérie Bougaud
Christophe Lejeune (LREM), maire de Baudoncourt, suppléante Béatrice Py
Maurice Monnier (FN), suppléant Patrice Lombard
Christophe Devillers (Parti de la France), suppléant Pierre-Elie Pheulpin
Mario Gheza (Alliance écologiste indépendante, 100% citoyens), suppléant Florentin Corduant
Fatih Guvenc (Parti égalité justice), suppléant Abdelmagid Amghar
Claude Marconot (SE), suppléant Patrick Gentilhomme
Hélène Petitjean (UPR), suppléante Myriam Ricci
Daniel Rouillon (LO), suppléant Isabelle Apro
Marie-Claire Thomas (EELV, élue municipale à Lure), suppléant Vivien Marchand
Quentin Hakefost (PCF), suppléant Maryse Portaz

Territoire-de-Belfort

1ère circonscription

Bastien Faudot (MRC), suppléant : Christian Rayot
Ian Boucard (LR, conseiller municipal de Belfort), suppléant Damien Meslot (maire de Belfort, député sortant)
Anaïs Beltran (FI), Suppléant : Emmanuel Petitjean
Christophe Grudler (MoDem, LREM, conseiller départemental et municipal de Belfort), suppléant Thierry Besson
Sabine Verdant (PCF), suppléant Francis Gérard
Mustafa Cetin (Parti égalité justice), suppléant Karim Khamassi
Jean-Raphaël Sandri (FN), suppléant Manuel Chanteranne
Romain Lagache (Divers), suppléant Julien Staszewski
Philippe Legros (DVD, macroniste), suppléant Thibaut Vaquier
Christiane Petitot (LO), suppléant Yves Fontanive
Jonathan Vallart (UPR), suppléant Olivier Murro

2e circonscription

Maude Clavequin (PS), conseillère régionale, suppléant Brahim Mahi
Michel Zumkeller (UDI), député sortant, suppléante Marie-France Cefis
Laurent Soler (FI), suppléante : Anastasia Sivan
Jean-Christophe Muringer (DLF), suppléante Nolwenn Pontier
Bruno Kern (LREM, adjoint au maire de Belfort), suppléante Marie-Pierre Lévêque
Marc Archambault (extrême droite), suppléante Christine Nieswand
Vincent Jeudy (EELV), suppléante Marie Bringard
Leila Leroy (FN), suppléant Christian Chevry
Nourredine Lemqaddeh (Parti égalité justice), suppléant Salih Aktas
Philippe Marceau (UPR), suppléante Aurore Mace
Jean Parenty (PCF), suppléante Régine Curti
Jean-Marie Pheulphin (LO), suppléante Estelle Rousseaux

  • 1. Mouvement de Jean Lassalle

Porfirio Diaz n'est plus

brève

Lundi 6 mars 2017 / La rédaction

Porfirio Diaz s'en est allé dimanche 5 mars, il avait 68 ans. Arrivé en France après le coup d'Etat militaire qui renversa le président socialiste Salvador Allende le 11 septembre 1973, Porfirio Diaz s'installa à Besançon en1979. Etudiant en psychologie à Santiago, il préparait avec des camarades un éventuel coup d'Etat, en 1972, quand la dynamite dont ils expérimentaient l'usage leur sauta au visage, faisant perdre la vue à Porfirio.

Poète, musicien, militant associatif, il put revenir au Chili en 2003, voyage dont sa nièce a tiré un beau film Y Volveré, Et je reviendrai...

Une cérémonie est prévue jeudi 9 mars à 9h45 au cimetière de Saint-Ferjeux de Besançon où il sera inhumé.

Sylvie Laroche quitte le PS

brève

Mardi 21 février 2017 / La rédaction

Vice-présidente du conseil régional, en charge notamment de la formation professionnelle, à la tête d'un budget de 270 millions d'euros, Sylvie Laroche quitte le PS. Celle qui a été adjointe au maire de Dole durant le mandat de Jean-Claude Wambst (2008-2014), échoué aux législatives de 2012, ne rejoint pas Emmanuel Macron (« j'aime bien savoir où les gens habitent ») et se dit intéressée par le mouvement Bleu Blanc Zèbre fondé par l'écrivain Alexandre Jardin qui promeut les « faizeux » de la société civile par rapport aux « diseux » que seraient les politiques.

Sylvie Laroche avait rejoint le PS dans les années 1990 pour contrer le FN : « force est de constater que nous avons échoué », reconnaît-elle dans un entretien à La Voix du Jura.

Champagnole : plus de 600 soutiens pour une famille kosovar menacée d'expulsion

brève

Mardi 21 février 2017 / La rédaction

En France depuis deux ans et à Champagnole depuis 18 mois, la famille Kozmaqi, originaire du Kosovo, vient d'être déboutée de ses demandes de statut de réfugiés et a reçu l’ordre de quitter le territoire. Des amis, des voisins, des enseignants ainsi que tous ceux qui sont mis au courant de cette histoire et sont solidaires de la famille, ont créé un Comité de soutien et tente d'agir pour qu'elle reste en France.

Plus de 600 Jurassiens soutiennent la famille Kozmaqi et ont signé la pétition papier qui peut également être signée en ligne (cliquer ici). Vu l'urgence, le comité de soutien propose l'envoi en nombre de lettre aux personnalités pouvant agir (Préfet, Président de la république, Président du conseil départemental, élus, Évêque et autres personnalités religieuses…) afin d'appuyer une demande de mesure humanitaire au Préfet du Jura.

Selon le comité de soutien constitué autour du Collectif citoyens résistants, la famille a été victime d'un système mafieux et risque gros si elle retourne au Kosovo où la maman a subi un enlèvement. Le comité de soutien explique que le père, Enver, qui parle un français correct, a reçu deux offres d'emploi en CDI « grâce à ses compétences en électricité, plomberie et menuiserie ». Les deux grands enfants, 11 et 10 ans, sont scolarisés et parlent le français couramment. Le petit dernier, un an et demi, est né en France. La maman suit des cours intensifs de français.

Pages