Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Ferroviaire : les écolos franc-comtois font cinq propositions

brève

Vendredi 24 octobre 2014 / La rédaction

Mots-clés: TGVTER

Les élus écologistes du Conseil régional estiment que cinq projets nécessaires aux déplacements quotidiens doivent être financés dans le cadre du prochain Contrat de Plan Etat-Région. Ils concernent les lignes des Hirondelles, des Horlogers, du Revermont, l'axe Dijon-Besançon-Belfort, et le Paris-Bâle. Dans un communiqué, ils rappellent que le rapport Mobilité 21 de juin 2013 a « précisé les priorités du schéma national des infrastructures de transports (SNIT) et préconisé l’arrêt de la plupart des projets de ligne LGV au profit de l’amélioration du réseau ferroviaire classique. Ainsi la continuité de la branche Est de la LGV Rhin Rhône (Petit-Croix / Lutterbach) doit être envisagée après 2030, les branches sud et Ouest reportées aux calendes grecques ».

Le texte pousruit « la Cour des Comptes dénonce la gabegie des nouvelles lignes LGV (jusqu’à 66 millions d'euros le km), dont aucune n’a atteint les objectifs de rentabilité annoncés » et reprend à son compte la formule du député Gilles Savary (PS) et grand connaisseur du ferroviaire : les lignes à grande vitesse sont un joujou français qui ne fonctionne qu’en dégradant les comptes de la SNCF et en endettant RFF ».

Dans ces condistions, les élus EELV considèrent qu'il « serait déraisonnable de persévérer dans l’erreur en demandant la réalisation de l’extrémité de la branche Est de la LGV Rhin Rhône, alors que des projets ferroviaires urgents et nécessaires aux déplacements quotidiens des franc-comtois sont sur la sellette faute de fonds publics :

- la ligne des Hirondelles (Dole – Saint Claude) pour préserver la desserte du Haut Jura et renforcer ainsi une liaison de l’axe Sud (avec un accès pour Genève à Nurieux). La région Rhône Alpes est prête à jouer le jeu. Son financement : 30 millions sur les 5 prochaines années, soit moins d’1 km de construction de la branche TGV Petit Croix – Lutterbach.

- la ligne des horlogers qui souffre d’un manque d’équipement moderne particulièrement entre Besançon – Valdahon et Morteau-Le Locle. Il s’agit de renforcer son trafic et supprimer les terribles bouchons du col des Roches, entre autres.

- la ligne du Revermont (Besançon – Bourg en Bresse) pour l’optimiser à 160 km/h avec les aménagements nécessaires à cet axe Sud conformément à la pertinente étude menée par la région Franche-Comté sur cet axe. Cela permettrait de mettre à moyen terme un TER-GV entre Mulhouse et Lyon (Mulhouse- Belfort TGV - Besançon Viotte - Lons - Bourg en Bresse - Lyon) rapide et beaucoup moins couteux que la folle branche Sud du TGV.

- la principale ligne régionale Dijon-Dole-Besançon Viotte – Belfort, dont il faut poursuivre et accélérer la remise en état optimum.

L’Etat se doit également d’investir dans le renouvellement des rames TET (trains d’équilibre du territoire) de la ligne Belfort-Vesoul-Paris (ex ligne Paris Bâle) et maintenir ainsi ses 5 aller/retour actuels. »

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Saint-Claude accueille samedi les rencontres franco-suisse de l'économie sociale et solidaire

brève

Mercredi 22 octobre 2014 / Daniel Bordür

Mots-clés: ESS

Les Rencontres transfrontalières franco-suisses de l’Economie Sociale et Solidaire sont organisées samedi 25 octobre à la Maison du Peuple de Saint-Claude par les quatre chambres régionales de l’ESS de Franche-Comté, Rhône-Alpes, des cantons de Vaud et de Genève. Il s'agit d'une journée d’échanges, de réflexions, de présentation de travaux, destinée à provoquer des rencontres entre entreprises de l’ESS et partenaires institutionnels suisses et français. Ce sera l'occasion de lancer le site de l'observatoire socio-économique résultant du partenariat instauré en 2012 et se présente comme un répertoire d’acteurs de l’ESS des quatre régions du programme.

L’économie sociale et solidaire représente plus de 12% de l’emploi et progresse de façon constante. Des coopératives agricoles et artisanales à l’agriculture contractuelle de proximité, des entreprises d’insertion aux banques coopératives et solidaires, des magasins du commerce équitable aux mutuelles et coopératives d’assurance, des magasins bio aux librairies indépendantes, l’ESS est dans quasiment tous les domaines d'activité.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Marie-Guite Dufay cosignataire de la contribution de Martine Aubry pour les Etats généraux du PS

brève

Dimanche 19 octobre 2014 / Daniel Bordür

La présidente du Conseil régional de Franche-Comté, Mari-Guite Dufay, fait partie des 34 premiers signataires de Pour réussir, la contribution de Martine Aubry pour les États généraux du PS qui se tiendront le 6 décembre à Paris. Il y est notamment question d'une « nouvelle social-démocratie ». Quant à la politique économique immédiate, le texte propose, comme Martine Aubry l'a indiqué au Journal du dimanche, de consacrer à un « plan de soutien à la croissance qui touche les ménages et les collectivités locales » 20 des 41 milliards d'euros que le gouvernement entend mettre dans le soutien aux entreprises.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Baptiste Séréna créé une association

brève

Samedi 18 octobre 2014 / Daniel Bordür

Un temps responsable des jeunes militants UMP du Doubs, Baptiste Séréna vient de créer l'UCA, l'union des citoyens pour l'avenir. Elle ne veut pas être un parti mais un « groupe de réflexions et de propositions ». L'UCA a notamment pour objet d'«organiser des débats avec des acteurs économiques, scientifiques et culturels », et de « faire de propositions sur les enjeux de demain tant au niveau local, national et international ».

Contact ici.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La fusion, étape vers une région Grand-Est pour le CESER de Bourgogne

brève

Vendredi 17 octobre 2014 / Daniel Bordür

Le conseil économique, social et environnemental de Bourgogne a rendu son rapport sur le projet de fusion des régions Bourgogne et Franche-Comté. On peut lire ici, chez nos confrères de Traces Ecrites, l'analyse de cet avis, adopté par 57 voix pour, 12 contre et 3 abstentions. Pour les Bourguignons, le fait que Dijon soit la capitale ne souffre aucune discussion, même si ni Dijon ni Besançon n'ont la dimension métropolitaine...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Bien Urbain : un court métrage explique la démarche de quatre artistes

brève

Jeudi 16 octobre 2014 / Daniel Bordür

Le collectif vidéo Sofarida a réalisé un intéressant petit film de 26 minutes dans lequel quatre artistes, intervenus sur l'édition 2013 de Bien Urbain à Besançon, expliquent leurs démarches. Du graffiti à l'intervention dans l'espace public, de l'empreinte qui prend le pas sur les codes, on retrouve la ville et des oeuvres en train de se créer... A voir ici.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les élus EELV dénoncent les effets sur la région de l'abandon de l'écotaxe

brève

Jeudi 16 octobre 2014 / Daniel Bordür

Pour le président du groupe EELV du Conseil régional, Marc Borneck, la décision de Ségolène Royal d'« abandonner la taxe poids lourds » est d'autant plus « incompréhensible » qu'elle remet en cause des « possibilités de financement de nouvelles infrastructures de transport ». Il ajoute que l'Etat a « déjà pris beaucoup de retard dans les co-financements » et se retire de projets franc-comtois comme « l'accessibilité des gares ou la ligne [ferroviaire] des Hirondelles » qui dessert le Haut-Jura.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La fermeture de la prison de Lure ne passe pas

brève

Jeudi 16 octobre 2014 / Daniel Bordür

Mots-clés: prison de Lure

Le Comité de Vigilance et de défense des Services Publics en Haute-Saône estime « totalement déconcertante » la décision de fermeture de la prison de Lure, « dans la mesure où les dernières rencontres entre les élus lurons et le ministère laissaient plutôt entrevoir une solution favorable permettant la réouverture et donc le maintien de cet établissement pénitentiaire ». Le comité considère la fermeture « intolérable car allant à l’encontre des critiques adressées aux prisons françaises de grande taille où la population carcérale s’entasse au détriment de la qualité de sa détention, mettant un terme à une maison d’arrêt aux conditions d’accueil de qualité et humaines - tant au plan des locaux que des personnels - propices à une meilleure réinsertion des détenus ».

Le Comité « dénonce » un « mauvais coup frappant à nouveau un service public de la ville de Lure, qui depuis plus de 30 ans voit ses services publics réduits comme peau de chagrin ». Il « exige que tout soit entrepris pour une réouverture rapide » et « mobilisera ses adhérents et les Lurons pour exiger l’annulation » de la décision.

De son côté, Stéphane Kroemer, adjoint au maire de Luxeuil et président du groupe UMP du Conseil régional, ironise sur le « fatalisme » du député Jean-Michel Villaumé (PS) qu'il trouve « lamentable et révoltant » : « pour un parlementaire qui a fait campagne sur l'importance du maintien des services publics, on peut dire qu'il a bien travaillé ! » Et M. Kroemer de rappeler cruellement que le précédent député de la circonscription, le maire de Luxeuil Michel Raison (UMP) avait convaincu l'administration, qui voulait déjà fermer la prison luronne, de ne pas le faire.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La CGT annonce 500 manifestants franc-comtois pour la « défense de la Sécurité sociale »

brève

Jeudi 16 octobre 2014 / Daniel Bordür

Organisée ce jeudi 16 octobre alors que l'Assemblée nationale examine le budget 2015 de la Sécurité sociale, la journée nationale d'action de la CGT a mobilisé, selon le syndicat, environ 500 Franc-Comtois. Outre des distributions de tracts à Besançon, le syndicat signale 100 participants au rassemblement de Lons-le-Saunier, 50 à Dole, 150 à Belfort et 100 à Vesoul. En outre, deux bus sont montés de Besançon et Montbéliard à Paris pour participer à la manifestation nationale.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Besançon, cinquième au baromètre des grandes villes sur les réseaux sociaux

brève

Mercredi 15 octobre 2014 / Daniel Bordür

Après les classements sur le nombre de mètres carrés d'espace vert par habitant, le palmarès des lycées, des universités, des hôpitaux ou des villes où il fait bon vivre, voilà la cinquième édition du baromètre semestriels des grandes villes sur les réseaux sociaux de Christian Bensi, consultant en « diffusion d'informations, réseaux sociaux et connaissance des usages numériques grands publics ».

A ce petit jeu de plus connecté que moi tu meurs, Besançon n'est pas la plus manchotte en matière de tweet ni la moins suivie sur Facebook et se classe cinquième sur trente. En tout cas, la capitale de ce qui est encore la Franche-Comté est devant Dijon qui fait partie des cinq villes de plus de 100.000 habitants à ne pas être sur ce baromètre...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Prison de Lure : le ministère annonce la fermeture. Le président du Conseil général Yves Krattinger proteste

brève

Mercredi 15 octobre 2014 / Daniel Bordür

Mots-clés: prison de Lure

Le ministère de la Justice a décidé la fermeture administrative de la maison d'arrêt de Lure, indique un communiqué du député de Haute-Saône Jean-Michel Villaumé (PS). Le parlementaire écrit notamment que « le rapport technique relatif à l'état du sol, du bâtiment et de ses fondations, indique que le risque d'écroulement d'une partie du bâtiment est avéré » et que « l'état d'affaissement du sol ne permet pas de consolider de façon pérenne » l'édifice qui n'accueille actuellement aucun détenu.

Jean-Michel Villaumé ajoute ne pouvoir, « en tant que député, que se plier à la décision ». Il dit « attendre que lors de la venue des équipes [de la ministre», le personnel pénitentiaire soit écouté et orienté de la meilleure façon ». Il attend aussi que « la situation des détenus examinée au cas par cas », et que leur soit « proposée la possibilité de changer de maison d'arrêt ».

Le président du Conseil général de Haute-Saône, Yves Krattinger (PS), considère que la décision est « sans fondement », porte un « nième coup au monde rural encore sacrifié pour des raisons économiques et budgétaires », et se base sur des études « apparaissant comme un prétexte très peu crédible, l'établissement ayant fait l'objet d'investissements récents de sécurisation ».

Il estime que les personnels « impliqués et performants » ont contribué à faire de la maison d'arrêt un « établissement à taille humaine ou les relations avec les détenus étaient exemplaires ». Il critique la poursuite du « déménagement du territoire par l'aristocratie politico-administrative parisienne alors que chaque jour je me bats avec les élus du département pour aménager, équiper et développer la Haute-Saône ».

Cet article a été complété par la réaction de M. Krattinger.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Précarité énergétique : vers l'interdiction des factures de plus d'un an

brève

Mardi 14 octobre 2014 / La rédaction

Plusieurs amendements ont été adoptés dans la nuit de vendredi à samedi par les députés pour renforcer la lutte contre la précarité énergétique, malgré l'avis défavorable du rapporteur du texte. Présenté par Barbara Romagnan l'un d'eux vise à interdire les rattrapages de factures opérées par les opérateurs énergétique au-delà d'un an. 

Il s'agit pour la députée du Doubs de « répondre à l'augmentation constante de précaires énergétiques dans notre pays ». Certains se voient présenter des notes de plusieurs milliers d'euros, correspondant parfois à plusieurs années de consommation, ce qui « favorise leur basculement dans la précarité ».

Un autre amendement fait entrer dans le conseil national de la transition énergétique des associations luttant contre l'exclusion. Ces associations ont « contribué à faire émerger dans le débat public » la question de la précarité énergétique qui touche plus de 11 millions de personnes.

La parole est maintenant au Sénat... Barbara Romagnan entend mener bataille « pour que ces avancées ne soient pas détricotées par les sénateurs ».

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Ferme des 1000 vaches : des bus franc-comtois pour le procès des démonteurs

brève

Mardi 14 octobre 2014 / La rédaction

La Confédération paysanne affrète des bus au départ de Besançon, avec arrêts dans le Doubs et le Jura, pour le procès de ses neuf militants, le 28 octobre à Amiens. Ils sont poursuivis pour avoir participé au démontage de la Ferme des 1000 vaches le 28 mai dernier. Parmi eux, Dominique Henry, paysanne dans le Haut-Doubs, dont on peut lire ou relire le témoignage à chaud . Ils comparaissent pour refus de prélèvement ADN, dégradation en réunion et incitation à la dégradation en réunion. Ils risquent de la prison et jusqu'à 375.000 euros d'amende.

Ils entendent faire de l'audience le procès de l'industrialisation de l'agriculture. Ils mettront de l'animation devant le tribunal : marché paysan, projection de films, procès théâtralisé de l'agriculture industrielle, marche dans la ville...

Contact : 03.81.26.05.97 et page Facebook ici.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La médaille des Juste à titre posthume pour une San-Claudienne

brève

Mardi 14 octobre 2014 / La rédaction

Rosine Schiari, entourée de sa fille et de Mina Grobel (à g).

La médaille des Justes parmi les Nations doit être remise dimanche 19 octobre à la petite fille de Rosine Schiari. Décédée en 1999 à l'âge de 92 ans, Mme Schiari, ouvrière à Saint-Claude, avait récupéré et caché pendant deux ans une jeune Polonaise, Mina Grobel, dont les parents venaient d'être arrêtés lors de la rafle du 26 août 1942. 

Rosine Schiari a été nommée Juste parmi les Nations en 2012 par le comité français pour Yad Vashem. Les Justes reçoivent un diplôme d'honneur et une médaille gravée de cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Au 1er janvier 2014, le comité mentionnait 25.271 Justes dans le monde dont 3.760 Français.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les anti TAFTA peu visibles à Besançon

brève

Samedi 11 octobre 2014 / La rédaction

Quelques dizaines de militants, 500 flyers imprimés, des conversations engagées avec les passants... Parmi 300 initiatives européennes, le rassemblement anti-TAFTA de Besançon de samedi 11 octobre n'a pas mobilisé autant que les organisations composant le collectif comportent d'adhérents. « J'ai reçu des mails invitant au rendez-vous de la part de plusieurs personnes qui ne sont pas là », regrettait mi amusé mi consterné un activiste présent.

Une poignée de Jurassiens a apporté un sourire à cette manifestation conventionnelle dénonçant le désormais fameux projet de partenariat transatlantique, en cours de négociation. Dans « l'impasse », titre à la une le mensuel Alternatives économiques. Est-ce ce sentiment que les choses sont aussi mal barrées que l'ancien accord multilatéral sur l'investissement, qui fait que la mobilisation paraît faible ?

A suivre...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages