Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Lons-le-Saunier emprunte 3,4 millions selon la loi sur la « croissance verte »

brève

Mardi 23 septembre 2014 / La rédaction

Le premier prêt appliquant en Franche-Comté la nouvelle loi sur la « Croissance verte » sera être signé vendredi 26 septembre à Lons-le-Saunier par le maire, Jacques Pélissard, et le directeur régional de la Caisse des Dépôts, Antoine Bréhard. D’un montant de 3,4 millions d'euros et d'une durée de 20 ans (taux 1,75%), il doit permettre de financer la rénovation thermique de huit bâtiments municipaux dont la réalisation a a été déléguée à EDF Optimal Solutions, filiale d'EDF, dans le cadre d'un « marché public de performance énergétique » de 6,8 millions d'euros.

Cinq écoles sont concernées (groupes scolaires Fançois-Rollet, Jacques-Prévert et Richebourg, maternelle Françoise-Dolton primaire Georges-Brassens), ainsi que le centre social René-Feit, la maison des associations et la MJC. La ville attend une réduction de la consommation d’énergie primaire de 42% et des émissions de gaz à effet de serre de 63%. Après travaux, les énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale est estimée à 53%. L'économie attendue, aux tarifs actuels de l’énergie, est de l’ordre de 65.000 euros par an. Ils permettront également la mise aux normes d’accessibilité des bâtiments aux personnes à mobilité réduite.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les élus EELV de Dijon et Besançon examinent ensemble la réforme territoriale

brève

Jeudi 18 septembre 2014 / La rédaction

Les conseillers municipaux EELV de Besançon et Dijon ont examiné ensemble, le 6 septembre, le projet de réforme territoriale et les effets de la fusion des régions sur les capitales régionales. Voilà l'essentiel du communiqué publié après la rencontre :

« Alors que les inégalités et la compétition entre les territoires accroissent le sentiment d’exclusion, la précarité des habitants et le sentiment de défiance face aux institutions, les élus écologistes anticipent et redisent leur volonté de construire des dynamiques locales où la coopération, la solidarité et la complémentarité doivent être les moteurs d’une nouvelle organisation territoriale ».

Analysant leur territoire respectif, la dynamique des villes et leur réseau urbain, l’interaction avec le tissu des petites villes et villages du monde rural, ils estiment que « la refonte de l’organisation des territoires doit permettre aux élus locaux d’être plus efficaces dans la mise en place des politiques publiques au service de l’intérêt général. Pour cela, les compétences doivent être clairement identifiées, et s’accompagner de moyens et de ressources pour les assumer (autonomie fiscale des collectivités et transfert de moyens de l’Etat). C’est à cette condition que la réforme territoriale inscrira véritablement les collectivités dans un projet de décentralisation garant d’un accès pour tous aux services publics locaux ».

« La décentralisation doit être un projet politique permettant aux collectivités de relever les défis écologiques, économiques, sociaux et démocratiques, par la cohérence de son échelle territoriale avant même de parler d’économie d’échelle (...) Il est impératif que les territoires aux nouvelles compétences deviennent des instances démocratiques en instaurant le suffrage universel direct à la proportionnelle en 2020 lors des prochaines élections des conseillers communautaires ».

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les bus de Haute-Saône gratuits samedi 20 septembre

brève

Jeudi 18 septembre 2014 / La rédaction

L'événement coïncide avec les journées du patrimoine.

Le réseau de bus Lignes Saônoises du Conseil général de Haute-Saône sera gratuit samedi 20 septembre, à l'occasion des Journées européennes du patrimoine. Mis en place le 1er janvier 2013, le réseau compte 9 lignes régulières et 10 lignes de transport à la demande, en plus des 544 lignes scolaires.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La Poste veut fermer les bureaux de Malbuisson et Labergement-Sainte-Marie

brève

Jeudi 18 septembre 2014 / Daniel Bordür

Le tri et la distribution seraient organisés à partir des Hôpitaux-Neufs.

Invoquant la baisse du volume de courrier, la direction du service courrier-colis de la Poste de Franche-Comté envisage de restructurer les tournées des facteurs en fermant les centres de Malbuisson et de Mouthe, et en organisant le tri et la distribution à partir du bureau des Hôpitaux Neufs, à 34 km du village le plus éloigné, Chapelle des Bois. La direction de La Poste envisage également de fermer courant 2015 les guichets publics de Malbuisson et de Labergement Sainte Marie.

Le délai de distribution locale à 24h ne pourra plus être garanti, particulièrement en hiver. L'allongement des tournées des facteurs pourrait faire passer l’amplitude horaire de travail de 6h10 à 7h30. Leurs bureaux d’affectation pourraient être changés, en échange d’un jour de congé supplémentaire

Le projet suscite notamment l'opposion du PCF et du Mouvement pour une alternative de gauche écologique et solidaire qui annoncent contacter syndicats et élus locaux pour appuyer une concertation avec la Poste.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Assises du travail social : la CGT dénonce une mascarade

brève

Mercredi 17 septembre 2014 / La rédaction

« Ni les travailleurs sociaux et l'ensemble des salariés du secteur, ni les usagers n'ont été impliqués », déplore le syndicat.

Les comités régionaux CGT d'Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardennes, Franche-Comté et Lorraine « dénoncent » une organisation des assises interrégionales du travail social, le 5 septembre à Nancy, « qui n'a impliqué ni les travailleurs sociaux et l'ensemble des salariés du secteur, ni les usagers eux-mêmes ».

Annoncées en 2012 par François Hollande lors du congrès de l'UNIOPSS, sept assises interrégionales devaient, écrit la CGT, « associer tous les acteurs du travail social à ce qu'il nomme la refondation du travail social » dans la perspectives d'états généraux du travail social. Le syndicat considère que « sans les analyses, observations, diagnostics et propositions » des « principaux concernés », ces assises et états généraux sont « une mascarade tentant de masquer les manque de concertation et de dialogue social : ce n'est pas une prise de parole de quelques minutes au milieu de tables rondes qui nous fera croire que nous avons été pleinement associés ».

La CGT indique notamment avoir constaté « une augmentation des souffrances sociales, un développement des complexités sociales qui demandent un développement des outils de prises en charge spécifiques qu'il faut soit perfectionner, soit inventer, pour répondre aux besoins de toutes les populations fragilisées (...) Ce n'est pas en imaginant faire plus avec moins qu'une refondation du secteur sera possible ».

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Elections sénatoriales : six listes dans le Doubs

brève

Mercredi 17 septembre 2014 / Daniel Bordür

La droite part divisée pour le scrutin du 28 septembre : Jean-François Longeot, suppléant de l'ex-député Jacques Grosperrin conduit une liste dissidente.

Deux des trois sortants ne se représentent pas : l'ancien président (UDF) du Conseil régional Jean-François Humbert, et le président socialiste du Conseil général, Claude Jeannerot, écarté par un vote des secrétaires de sections au profit du maire d'Audincourt, Martial Bourquin. Ce dernier tentera de sauver les meubles, et son siège, ce qui ne sera pas forcément simple avec deux autres listes de gauche. Celle du Front de gauche est conduite par l'adjoint bisontin Christophe Lime dont la compétence est reconnue par tous. La liste écologiste est menée par le conseiller régional Eric Durand.

La droite part divisée. Le maire et conseiller général d'Ornans, également président du syndicat départemental d'électricité, Jean-François Longeot, suppléant de l'ex-député Jacques Grosperrin, conduit une liste dissidente où figure la conseillère générale de Boussière Annick Jacquement. L'UMP va cependant tenter d'avoir deux élus en présentant en seconde position la présidente de l'association des maires du Doubs, Christine Bouquin, maire de Charquemont et conseillère générale de Maîche.

Divers-droite (Proximité, Efficacité, Solidarité, pour le Doubs, ses Elus et Territoires) : Jean-François Longeot, Annick Jacquemet, Pierre Simon, Nathalie Atar, Pascal Barthod.

FN (Bleu Marine pour nos villes et nos villages) : Jacques Ricciardetti,
Patricia Mougin, Robert Sennerich, Catherine Piotrowski, Roland Boillot.

UMP-UDI (Croire en nos territoires) : Jacques Grosperrin, Christine Bouquin,
Didier Klein, Florence Rogeboz, Christian Retornaz.

Front de gauche (Citoyenne de la Gauche Démocratique, Républicaine et
Ecologique) : Christophe Lime, Françoise Baquet-Chatel, Claude Faivre, Isabelle Gasser-Bize, Pascal Duchezeau.

PS (Proches de vous pour agir) : Martial Bourquin, Marie-Noëlle Schoeller,
Arnaud Marthey, Karine Grosjean, Hervé Groult.

EELV (Préparons l’avenir) : Eric Durand, Nathalie Poisot, Bernard Lachambre,
Anne Vignot, François Mandil.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Des pesticides suspendus par le ministère : la revue Santé au Travail pointe le risque de contentieux

brève

Mardi 22 juillet 2014 / La rédaction

Mots-clés: pescticides

Des pesticides notamment utilisés en agriculture, et pas seulement celle de la région, ont été détectées lors d'analyses. Un article de la revue Santé au Travail explique que « le ministère de l'Agriculture vient de suspendre des autorisations de mise sur le marché de pesticides nocifs, au risque de subir l'offensive judiciaire des industriels. Malgré ce fait d'armes, la santé des agriculteurs est toujours menacée », explique son auteur qui se base notamment sur des exemples dans les viticultures languedocienne et bordelaise.

A lire ici.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Alain Letailleur (MRC) quitte l'exécutif régional

brève

Jeudi 17 juillet 2014 / La rédaction

Alain Letailleur a démissionne le 27 juin de l'exécutif régional où il occupait un poste de conseiller délégué à l'Aménagement numérique du territoire. Il a aussi quitté la vice-présidence de la commission aménagement du territoire, habitat et efficacité énergétique, environnement, santé et TIC. Il a attendu un entretien avec la présidente, la semaine dernière, avant de rendre publique sa décision, ce 17 juillet.

Elu en 2010 sous l'étiquette MRC sur la liste socialiste conduite dans le Doubs par Marie-Guite Dufay, il aura ainsi mis ses dernières prises de position en cohérence avec ses actes, illustrant la phrase de son mentor Jean-Pierre Chevènement : « un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ». Alain Letailleur avait notamment vivement critiqué la réforme territoriale en cours de discussion à lAssemblée nationale, ainsi que ce qu'il appelle « le plan d'austérité » de 11 milliards d'euros touchant les collectivités territoriales, dont 25 millions pour la Franche-Comté.

Ce plan, indique-t-il, « fragilisera encore davantage la liberté des collectivités locales à exercer les politiques publiques qui relèvent de leurs compétences ; de toute évidence les collectivités s'apprêtent à renoncer à certaines de leurs politiques publiques ou a minima à diminuer leur ambition. Il est acquis que les effets se propageront jusque dans l'activité économique privée ; il n'est besoin pour s'en convaincre que d'interroger les chefs d'entreprise du BTP qui constatent le recul de leur activité liée à la commande publique et les difficultés à maintenir l'emploi. »

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Marc-Henri Duvernet pour un Jura franc-comtois

brève

Mardi 15 juillet 2014 / La rédaction

Le conseiller général de Lons-le-Saunier-Nord Marc-Henri Duvernet (PS) estime que ce serait « un non sens », voire même « une faute » d'envisager que le Jura quitte la possible région fusionnée Bourgogne-Franche-Comté pour la tout aussi possible Rhône-Alpes-Auvergne. Cete hypothèse, qui nécessite d'activer le droit d'option instauré par l'Assemblée nationale, semble avoir la préférence du président du Conseil général, Christophe Perny (PS), qui a annoncé une consultation des Jurassiens à l'automne.

Lire ici le communiqué de M. Duvernet.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Center Parcs de Poligny : le Conseil général du Jura a voté le pré-protocole

brève

Vendredi 11 juillet 2014 / La rédaction

Mots-clés: Center parc

En même temps que le Conseil régional, le Conseil général du Jura adoptait, à l'unanimité moins la voix de Marie-Odile Mainguet (EELV), le pré-protocole avec Pierre & Vacances pour le projet de Center parcs de Poligny. Mais alors qu'il était question de 630.000 nuitées à la région, il y en avait 5% de moins à Lons : 600.000... La différence n'est pas énorme. Ce fait, si l'on admet le taux de remplissage de 80% avancé au conseil régional, un peu plus de cinq personnes 365 jours par an. 

Les retombées économiques escomptées sont de 5 M€/an et les retombées fiscales estimées à 1,7 M€. Les collectivités n'avancent aucun chiffre pour les travaux connexes relatifs à l'eau, l'assainissement et la voirie.  

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Marie-Noëlle Biguinet : « tout nous pousse à nous lier davantage avec Belfort et l'Alsace »

brève

Jeudi 10 juillet 2014 / La rédaction

Récemment élue maire de Montbéliard, la conseillère générale Marie-Noëlle Biguinet (UMP) ne voit pas d'un très bon oeil le projet de fusion de la Franche-Comté avec la Bourgogne. Elle s'en explique assez clairement dans son blog ici. Elle y a publié un petit sondage qui indique que 85 % des sondés préfèrent un rattachement avec l'Alsace-Lorraine, contre 14% avec la Bourgogne. Seul hic : on ignore le nombre de participants...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Christiane Taubira ce vendredi aux Jardins de Cocagne de Besançon

brève

Jeudi 10 juillet 2014 / La rédaction

La Garde des Sceaux Christiane Taubira doit inaugurer ce vendredi 11 juillet les nouveaux locaux du Service pénitentiaire d'insertion et de probation de Besançon. Après quoi, elle a été invitée par les députés Barbara Romagnan (PS) et Eric Alauzet (EELV) ) visiter les Jardins de Cocagne et le Centre d'hébergement et de réinsertion sociale de l'association Julienne-Javel de Chalezeule. Visiteuse de prison dans les années 1950, Julienne Javel avait créé un foyer pour accueillir les personnes sortant de prison, puis, ceux-ci ayant du mal à trouver un travail, elle avait ouvert une menuiserie. L'essentiel existe toujours et a bien prospéré, faisant des émules dans tout le pays.

La journée bisontine de la ministre de la Justice se terminera par une réunion publique à 19 h 30 salle Battant.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Barbara Romagnan finalement rapporteure de la commission d'enquête sur la RTT

brève

Mardi 8 juillet 2014 / Daniel Bordür

Mots-clés: RTTBarbara Romagnan
Barbara Romagnan, d'abord écartée par la direction du groupe PS, rapportera finalement les travaux de la commission d'enquête parlementaire. Photo d'archives

Est-ce l'émotion ou un copié-collé trop rapide ? Le communiqué par lequel la députée Barbara Romagnan (PS) annonce avoir été désignée rapporteure de la commission d'enquête relative à l'impact sociétal, social, économique et financier de la réduction progressive du temps de travail, commence par « Jeudi 8 juillet, j'ai été désignée... » mais est bel et bien daté de mardi !

Quoi qu'il en soit, cette commission installée suite à la proposition de résolution UDI de Thierry Benoit, « s’attachera, 18 ans après la loi Robien d’aménagement du temps de travail et 16 ans après les premières lois Aubry, à proposer une évaluation sereine et transversale de ces dispositifs, au regard notamment des différents secteurs dans lesquels ils ont été appliqués ».

Le travail est aujourd'hui, écrit la députée qui avait dans un premier temps été écartée de la responsabilité de rapporteuse, est « partagé entre ceux qui n’en ont pas, ceux qui travaillent trop (la durée réelle d’un temps plein en France est supérieure à 39h selon l’INSEE), au milieu desquels se trouvent ceux qui travaillent à temps partiel. Cela n’est pas sans impact sur les arrêts maladie, l’absentéisme, la qualité et donc sur la productivité et les comptes sociaux. Or en plus d’induire de la souffrance du côte de ceux qui ne travaillent pas ou pas assez et du côté de ceux qui travaillent trop, ce partage du temps de travail n’a pas été débattu devant les citoyens ».

Membre de l'aile gauche du PS, n'ayant pas voté la confiance à Manuel Valls, Barbara Romagnan espère que la commission constituera « une excellente occasion de faire de la réduction du temps de travail un outil de réflexion pour la baisse du chômage, permettant un rapport au travail amélioré pour le plus grand nombre, et une opportunité d’amélioration de la vie de nos concitoyens ».

En deux mots, ceux qui estiment, à droite mais aussi à gauche, qu'on a « tout essayé » pour réduire le chômage, y compris la RTT, n'ont pas gagné sur toute la ligne. Reste qu'un vieil adage dit aussi que la meilleure manière d'enterrer un dossier est de créer une commission... 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Bruno Le Maire en campagne en Franche-Comté

brève

Mardi 8 juillet 2014 / La rédaction

Bruno Le Maire brigue la présidence de l'UMP à laquelle il n'avait pu concourir en novembre 2012 faute d'avoir obtenu les 7924 parrainages nécessaires (il en avait eu 7175). Sa campagne interne au parti d'opposition passe par une réunion publique jeudi 10 juillet à Poligny (19 h 30 à la salle des fêtes, & rue du 4 Septembre). Vendredi, celui qui fut directeur de cabinet de Dominique de Villepin et ministre de l'Agriculture du gouvernement Fillon, visitera une ferme à Etrappe (canton de l'Isle-sur-le-Doubs) et une succursale automobile à Voujaucourt (Pays de Montbéliard), avant un entretien avec Marie-Noëlle Biguinet, maire de Montbéliard, puis une réunion militante en soirée au Parc-Expo 70 de Vesoul (Zone Technologia, 3 rue Victor-Dolé).

Un communiqué de son cabinet mentionne la plupart des responsables départementaux de l'UMP (pour le Jura les parlementaires Jean-Marie Sermier, Jacques Pélissard, Marie-Christine Dalloz, Gilbert Barbier et Gérard Bailly, ainsi que la secrétaire départementale Hélène Pélissard, pour le Doubs le député Marcel Bonnot, le président et le secrétaire départementaux Jean-Marie Binetruy et Michel Vienet, le député de Haute-Saône Alain Chrétien) ainsi que le député européen Arnaud Danjean (Saône-et-Loire) qui sera de tous les rendez-vous, et le député de l'Ain Damien Abad qui sera à Poligny. 

En creux, on aura donc noté ceux qui n'y figurent pas, notamment la députée-maire de Morteau Annie Genevard et le député-maire de Belfort Damien Meslot, soutiens de François Fillon, et le tête de liste aux élections sénatoriales dans le Doubs Jacques Grosperrin, soutien de Jean-François Copé.

La présence de tous les grands élus jurassiens est-elle un soutien de la fédération UMP du Jura à Bruno Le Maire ? « Elle n'a pas pour objet de soutenir un candidat plutôt qu'un autre, mais d'inviter tous ceux qui sont candidats pour permettre aux adhérents de choisir avec la meilleure information », répond Hélène Pélissard.  

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le Bison teint arrête le tabac et... son blog

brève

Samedi 5 juillet 2014 / Daniel Bordür

Le Bisonteint avait déjà arrêté de fumer pendant huit ans avant de reprendre. En même temps qu'il annonce avoir à nouveau arrêté, il suspend la parution du blog du même nom pour une durée indéterminée. Il explique pourquoi dans un billet joliment tourné qu'on peut lire ici. Il manquera pour ses révélations qui ont parfois énervé des gens de pouvoir, ce qui est une des raisons d'être de la liberté d'expression sur laquelle se fondent la liberté de la presse et le droit des citoyens de connaître les affaires publiques, y compris leur face cachée.

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages