Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Plusieurs intitiatives des collectifs Stop-TAFTA en Franche-Comté le 11 octobre

brève

Jeudi 9 octobre 2014 / DB

TAFTA, CETA, TISA... Autant de sigles désignant des traités de libre-échange « négociés dans le plus grand secret », assure le collectif StopTafta de Besançon. Ils signifient respectivement « Grand Marché Transatlantique Union Européenne/Etats-Unis », « Marché commun Union Européenne/Canada », « Accord de libre-échange sur les services entre 50 pays ».

Pour les centaines de collectifs constitués en France et dans le monde, « ces accords s'attaquent aux normes sociales, financières, sanitaires, culturelles et environnementales. Si elles s'estiment lésées, les multinationales pourront poursuivre les Etats devant des tribunaux privés d'arbitrage, hors de tout contrôle démocratique. Ces accords menacent de mettre en péril ce qui rend nos sociétés encore vivables. S'ils sont adoptés, ils consacreront la domination des multinationales sur nos sociétés, au détriment des citoyens et de la démocratie ».

Une journée d'action européenne d'opposition à ces traités est organisée samedi 11 octobre. Voici les initiatives en Franche-Comté :

Besançon. 11 h : théâtre militant place Cassin (Planoise), 14 h 30 : rassemblement place du 8 septembre (Saint-Pierre).

Audincourt. 10 h : animation "poulets chlorés" et point information sur le marché.

Montbéliard. 15 h : animation "poulets chlorés" et point information, rue Cuvier.

Vesoul. 14 h : devant le théâtre Edwige-Feuillère.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les CCI 90 et Sud-Alsace favorables au rattachement du Territoire de Belfort à l'Alsace

brève

Mardi 7 octobre 2014 / Daniel Bordür

Les deux chambres de commerce et d'industrie du Territoire de Belfort et de Sud-Alsace considèrent notamment qu' une « série de caractéristiques économiques et sociales permettent de considérer Belfort et Mulhouse comme un bassin d'emploi cohérent ». Présence sur les deux agglomérations de PSA, Alstom, General Electric, navettes quotidiennes de plus 2500 salariés, mouvements d'étudiants et de consommateurs, quasi absence de doublons dans les offres  universitaires, sont autant d'arguments avancés par les deux chambres consulaires pour demander dans une motion commune la rattachement à l'Alsace le rattachement du Territoire de Belfort qui « profiterait d'une économie plus dynamique et la région mulhousienne trouverait un meilleur équilibre entre Strasbourg et Belfort ». Les deux CCI appellent « l'ensemble du Nord Franche-Comté » à rejoindre leur démarche.

« Nous avons toujours eu de très bonnes relations avec la CCI de Belfort », souligne Jean-Pierre Lavielle, le président de la CCI mulhousienne en évoquant un salon de la sous-traitance qui se tenait « autrefois » à Delle, et qui s'était ensuite tenu alternativement à Belfort et Mulhouse avant de s'interrompre. Plus récemment, les coopérations entre sud Alsace et nord Franche-Comté puisent leur source dans le pôle du véhicule du futur : « C'était l'époque où Mulhouse faisait une journée sans voiture, ça m'avait irrité et on avait créé le pôle en réaction. On avait été soutenu par Bockel qui s'était entendu avec Chévènement... »

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Grave accident d'hélicoptère près de Montbéliard

brève

Jeudi 2 octobre 2014 / La rédaction

Cinq personnes sont décédées dans un accident d'hélicoptère survenu jeudi 2 octobre vers 9 h 30 dans le jardin d'un pavillon de la commune de Bart, près de Montbéliard, indique un communiqué de la préfecture du Doubs. Une personne a été transportée àl'hôpital, le diagnostic n'a pas été établi pour une personne incarcérée dans la carlingue.

L'appareil a décolé de Lausanne et transportait sept personnes dont le pilote, toutes citoyennes helvétiques.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Barbara Romagnan virée de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale

brève

Mercredi 1 octobre 2014 / Daniel Bordür

Barbara Romagnan a été « exfiltrée » de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale. La députée du Doubs paie son abstention lors du vote de confiance à Manuel Valls, ainsi que cinq autres députés socialistes dits « frondeurs ». Un comble pour la rapporteure d'une commission d'enquête sur l'impact des 35 heures, élue par la commission contre la candidate du président du groupe PS, Bruno Le Roux, qui n'aura pas trainé pour répondre à l'affront. Catherine Lemorton, présidente de la commission des affaires sociales, estime que la méthode du patron du groupe est « détestable ».

Barbara Romagnan a été reversée dans la commission du développement durable.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Sénat : la droite gagne cinq sièges sur six en Franche-Comté

brève

Dimanche 28 septembre 2014 / Daniel Bordür

Michel Raison et Alain Joyandet, élus sénateurs de Haute-SaôneCédric Perrin élu sénateur du Territoire de Belfort

La liste conduite par Martial Bourquin est arrivée en tête du scrutin sénatorial dans le Doubs avec près de 32% des voix des 1598 grands électeurs, dont seuls 12 se sont abstenus. Le sénateur PS sortant et maire d'Audincourt devance Jean-François Longeot, maire et conseiller général d'Ornans, dont la liste UDI (29%) devance d'une trentaine de voix l'UMP Jacques Grosperrin (27%), conseiller municipal de Besançon. Pour la petite histoire, Jean-François Longeot était suppléant de Jacques Grosperrin lorsque ce dernier était député, entre 2007 et 2012.

Des deux sénateurs socialistes sortants de Haute-Saône, un seul se représentait, Jean-Pierre Michel, ancien maire d'Héricourt et ancien député, à l'inverse d'Yves Krattinger, président du Conseil général. Ils laissent tous deux la place à deux UMP : Michel Raison, maire de Luxeuil-les-Bains et ancien député, Alain Joyandet, ancien maire de Vesoul, ancien député, ancien ministre.

Dans le Territoire-de-Belfort, l'unique poste était tenu par Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre et ancien maire de Belfort, qui ne se représentait pas. Il laisse son fauteuil à l'UMP Cédric Perrin, conseiller général et maire de Beaucourt.

Il n'y avait pas d'élection sénatoriale dans le Jura dont les élus sont Gérard Bailly (UMP) et Gilbert Barbier (RDSE).

Sur les vingt parlementaires franc-comtois, quinze sont issus de la droite, cinq de la gauche. Avant le renouvellement de la moitié des sénateurs, la gauche détenait cinq sièges des huit sièges de la région (quatre PS, un MRC), elle n'en a plus qu'un. A l'Assemblée nationale, la gauche a quatre sièges des douze sièges de député (trois PS, un EELV) et la droite huit : sept UMP et un UDI.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Fanny Granvoinet : démission d'une vice-présidente du Conseil régional

brève

Samedi 27 septembre 2014 / Daniel Bordür

Fanny Grandvoinet (PS) a annoncé vendredi soir dans un communiqué sa démission « après une longue réflexion et une large concertation », effective depuis le 21 août, de la vice-présidence à la démocratie participative du Conseil régional de Franche-Comté.

Voici ce qu'elle écrit : « Chacune de ces 4 années de mandat, j’ai sollicité les moyens humains et financiers ainsi que l’autonomie nécessaires à l’exercice de cette délégation. J’ai été régulièrement force de propositions, avec deux objectifs majeurs en termes de démocratie participative. La transversalité dans l'approche des politiques et la co-construction de  projets, autrement dit une  élaboration  partagée avec les citoyens, et ce le plus largement possible et dans les différents champs de compétence du Conseil Régional.

Je suis profondément convaincue du bienfondé de la démocratie participative, notamment pour faire vivre une réelle démocratie et contribuer à la rénovation de la vie politique de notre pays. Mais cela n’est possible qu’avec un soutien politique affirmé, un budget dédié à la mission et  une étroite collaboration entre l’élue et des agents territoriaux formés à cet exercice.

Ces conditions n’ont jamais été réunies et les premières discussions sur le prochain budget, ainsi que  les marqueurs de l’année à venir, ne laissent présager aucune amélioration sur l’ensemble de ces points. Sans véritable capacité d’action je n’ai donc pas souhaité poursuivre l’exercice de cette délégation.

C’est toutefois avec le même volontarisme, des convictions politiques renforcées et la volonté de servir au mieux les intérêts de la Franche-Comté, que j’exercerai cette dernière année de mandat en tant que conseillère régionale. »

Début juillet, lors du débat sur la perspective de la fusion avec la Bourgogne, Mme Grandvoinet n'avait pas caché sa « frilosité » en invoquant ses craintes pour les services publics. Un autre élu avait quitté peu après la vice-présidence d'une commission, Alain Letailleur (MRC).

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Manuel Valls à Besançon lundi 29 septembre

brève

Vendredi 26 septembre 2014 / Daniel Bordür

Le Premier ministre Manuel Valls est annoncé lundi après-midi à Besançon en compagnie de Najat Vallaud-Belkacem et Geneviève Fioraso, respectivement ministre de l'Éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, et secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur et à la recherche. Ils visiteront la résidence universitaire Canot puis l'institut Femto-ST à Témis où Manuel Valls lancera un appel d'offres au titre du programme dit des « investissements d'avenir ».

Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon, qui a réclamé une « politique plus à gauche » après les défaites électorales du PS au printemps, tentera d'expliquer au Premier ministre, qu'il raccompagnera dans la voiture du retour jusqu'à la gare de Dijon, que les coupes budgétaires dans les dotations aux collectivités locales sont catastrophiques pour la mise en oeuvre de certains programmes municipaux.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Un neuvième espace naturel sensible dans le Doubs ouvre à Geneuille

brève

Vendredi 26 septembre 2014 / La rédaction

Mots-clés: zones humides

Conservation et préservation des zones humides et des amphibiens. Tel est l'objectif de l'espace naturel sensible de la sablière de Geneuille, dans la vallée de l'Ognon, où un nouveau sentier de découverte vient d'ouvrir. Autrefois exploité pour ses granulats, le site est très riche sur le plan de la biodiversité floristique et faunistique. En grande parties financé par le Conseil général du Doubs, des travaux de restauration du milieu ont été réalisés par le Syndicat mixte d'aménagement de la basse et moyenne vallée de l'Ognon.

C'est le neuvième espace naturel sensible ouvert au public dans le département, après le lac de Bouverans, Cussey-sur-Lison, le marais de Saône, la côte de Moini à Quingey, le pelouse de la Chaux à Etrabonne, la saline d'Arc-et-Senans, les coteaux de Blevoir et la vallée de l'Allan.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Besançon rend hommage à Hervé Gourdel

brève

Jeudi 25 septembre 2014 / Daniel Bordür

Deux cents personnes se sont rassemblées, jeudi 25 septembre en fin d'après-midi sur l'esplanade des Droits de l'Homme à Besançon, en hommage au guide de haute montagne, Hervé Gourdel, assassiné en Kabylie par un groupe paramilitaire se réclamant de l'autoproclamé califat de l'état islamiste en Irak. Tous les groupes politiques du conseil municipal de la ville était représentés, ainsi que les associations anti racistes et les groupes cultuels musulmans. Une minute de silence a été observée et aucune prise de parole n'a eu lieu, à la demande de la famille, a précisé le maire Jean-Louis Fousseret.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Michel Zumkeller, député UDI du Territoire de Belfort, rapporteur du budget des préfectures

brève

Mercredi 24 septembre 2014 / La rédaction

Le député du Territoire de Belfort Michel Zumkeller (UDI) a été désigné pour la deuxième année consécutive, rapporteur pour avis pour la Commission des Lois à l'Assemblée Nationale, du budget des préfectures. Dans le cadre de cette mission, il évaluera les conséquences de la réforme territoriale sur le fonctionnement des préfectures. Il auditionnera pour cela les préfets du Territoire de Belfort et des Hauts-de-Seine.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Plan régional de soutien au BTP : le Conseil économique social et environnemental approuve

brève

Mardi 23 septembre 2014 / La rédaction

Mots-clés: BTP

Dans un avis rendu mardi 23 septembre à l'issue de sa séance plénière, le Conseil économique social et environnemental de Franche-Comté « salue le plan de soutien au BTP élaboré par la Région ». Se montant à 35 millions d'euros dont 30 d’autorisations de programme d’investissement nouvelles, le CESER « considère que la collectivité joue ici pleinement son rôle lorsqu’elle contribue à accélérer la réalisation d’opérations, favorisant ainsi la reprise d’activité d’entreprises fragilisée ».

Outre le Conseil régional, les conseils généraux se mobilisent également sur le sujet. Celui de Haute-Saône a repoussé de trois mois la limite de dépôt des dossiers « accessibilité des bâtiments publics » pour lesquels il avait porté en juin son taux de subvention de 20 à 40%. Celui du Doubs lui consacre sa séance du 29 septembre.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

145.000 Franc-Comtois partiraient en retraite d'ici 2020

brève

Mardi 23 septembre 2014 / Daniel Bordür

145.000 Francs-Comtois partiraient en retraite d'ici 2020 selon l'INSEE, soit 31,6% des actifs qui avaient un emploi en 2009. C'est une proportion légèrement supérieure au niveau national (31%) que l'institut explique par un taux d'actifs franc-comtois occupant des emplois où les cessations d'activités surviennent fréquemment avant 58,5 ans (ouvriers non qualifiés, ouvriers qualifiés, militaires, policiers, pompiers...) : 17,4 % contre 12,3% en moyenne nationale. Les services aux particuliers et aux collectivités, la banque et les assurances sont également concernés : 40,5% des salariés franc-comtois de ces secteurs doivent cesser de travailler d'ici 2020, contre 38,4% au niveau national. 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Lons-le-Saunier emprunte 3,4 millions selon la loi sur la « croissance verte »

brève

Mardi 23 septembre 2014 / La rédaction

Le premier prêt appliquant en Franche-Comté la nouvelle loi sur la « Croissance verte » sera être signé vendredi 26 septembre à Lons-le-Saunier par le maire, Jacques Pélissard, et le directeur régional de la Caisse des Dépôts, Antoine Bréhard. D’un montant de 3,4 millions d'euros et d'une durée de 20 ans (taux 1,75%), il doit permettre de financer la rénovation thermique de huit bâtiments municipaux dont la réalisation a a été déléguée à EDF Optimal Solutions, filiale d'EDF, dans le cadre d'un « marché public de performance énergétique » de 6,8 millions d'euros.

Cinq écoles sont concernées (groupes scolaires Fançois-Rollet, Jacques-Prévert et Richebourg, maternelle Françoise-Dolton primaire Georges-Brassens), ainsi que le centre social René-Feit, la maison des associations et la MJC. La ville attend une réduction de la consommation d’énergie primaire de 42% et des émissions de gaz à effet de serre de 63%. Après travaux, les énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale est estimée à 53%. L'économie attendue, aux tarifs actuels de l’énergie, est de l’ordre de 65.000 euros par an. Ils permettront également la mise aux normes d’accessibilité des bâtiments aux personnes à mobilité réduite.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les élus EELV de Dijon et Besançon examinent ensemble la réforme territoriale

brève

Jeudi 18 septembre 2014 / La rédaction

Les conseillers municipaux EELV de Besançon et Dijon ont examiné ensemble, le 6 septembre, le projet de réforme territoriale et les effets de la fusion des régions sur les capitales régionales. Voilà l'essentiel du communiqué publié après la rencontre :

« Alors que les inégalités et la compétition entre les territoires accroissent le sentiment d’exclusion, la précarité des habitants et le sentiment de défiance face aux institutions, les élus écologistes anticipent et redisent leur volonté de construire des dynamiques locales où la coopération, la solidarité et la complémentarité doivent être les moteurs d’une nouvelle organisation territoriale ».

Analysant leur territoire respectif, la dynamique des villes et leur réseau urbain, l’interaction avec le tissu des petites villes et villages du monde rural, ils estiment que « la refonte de l’organisation des territoires doit permettre aux élus locaux d’être plus efficaces dans la mise en place des politiques publiques au service de l’intérêt général. Pour cela, les compétences doivent être clairement identifiées, et s’accompagner de moyens et de ressources pour les assumer (autonomie fiscale des collectivités et transfert de moyens de l’Etat). C’est à cette condition que la réforme territoriale inscrira véritablement les collectivités dans un projet de décentralisation garant d’un accès pour tous aux services publics locaux ».

« La décentralisation doit être un projet politique permettant aux collectivités de relever les défis écologiques, économiques, sociaux et démocratiques, par la cohérence de son échelle territoriale avant même de parler d’économie d’échelle (...) Il est impératif que les territoires aux nouvelles compétences deviennent des instances démocratiques en instaurant le suffrage universel direct à la proportionnelle en 2020 lors des prochaines élections des conseillers communautaires ».

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les bus de Haute-Saône gratuits samedi 20 septembre

brève

Jeudi 18 septembre 2014 / La rédaction

L'événement coïncide avec les journées du patrimoine.

Le réseau de bus Lignes Saônoises du Conseil général de Haute-Saône sera gratuit samedi 20 septembre, à l'occasion des Journées européennes du patrimoine. Mis en place le 1er janvier 2013, le réseau compte 9 lignes régulières et 10 lignes de transport à la demande, en plus des 544 lignes scolaires.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages