Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Des pesticides suspendus par le ministère : la revue Santé au Travail pointe le risque de contentieux

brève

Mardi 22 juillet 2014 / La rédaction

Mots-clés: pescticides

Des pesticides notamment utilisés en agriculture, et pas seulement celle de la région, ont été détectées lors d'analyses. Un article de la revue Santé au Travail explique que « le ministère de l'Agriculture vient de suspendre des autorisations de mise sur le marché de pesticides nocifs, au risque de subir l'offensive judiciaire des industriels. Malgré ce fait d'armes, la santé des agriculteurs est toujours menacée », explique son auteur qui se base notamment sur des exemples dans les viticultures languedocienne et bordelaise.

A lire ici.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Alain Letailleur (MRC) quitte l'exécutif régional

brève

Jeudi 17 juillet 2014 / La rédaction

Alain Letailleur a démissionne le 27 juin de l'exécutif régional où il occupait un poste de conseiller délégué à l'Aménagement numérique du territoire. Il a aussi quitté la vice-présidence de la commission aménagement du territoire, habitat et efficacité énergétique, environnement, santé et TIC. Il a attendu un entretien avec la présidente, la semaine dernière, avant de rendre publique sa décision, ce 17 juillet.

Elu en 2010 sous l'étiquette MRC sur la liste socialiste conduite dans le Doubs par Marie-Guite Dufay, il aura ainsi mis ses dernières prises de position en cohérence avec ses actes, illustrant la phrase de son mentor Jean-Pierre Chevènement : « un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ». Alain Letailleur avait notamment vivement critiqué la réforme territoriale en cours de discussion à lAssemblée nationale, ainsi que ce qu'il appelle « le plan d'austérité » de 11 milliards d'euros touchant les collectivités territoriales, dont 25 millions pour la Franche-Comté.

Ce plan, indique-t-il, « fragilisera encore davantage la liberté des collectivités locales à exercer les politiques publiques qui relèvent de leurs compétences ; de toute évidence les collectivités s'apprêtent à renoncer à certaines de leurs politiques publiques ou a minima à diminuer leur ambition. Il est acquis que les effets se propageront jusque dans l'activité économique privée ; il n'est besoin pour s'en convaincre que d'interroger les chefs d'entreprise du BTP qui constatent le recul de leur activité liée à la commande publique et les difficultés à maintenir l'emploi. »

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Marc-Henri Duvernet pour un Jura franc-comtois

brève

Mardi 15 juillet 2014 / La rédaction

Le conseiller général de Lons-le-Saunier-Nord Marc-Henri Duvernet (PS) estime que ce serait « un non sens », voire même « une faute » d'envisager que le Jura quitte la possible région fusionnée Bourgogne-Franche-Comté pour la tout aussi possible Rhône-Alpes-Auvergne. Cete hypothèse, qui nécessite d'activer le droit d'option instauré par l'Assemblée nationale, semble avoir la préférence du président du Conseil général, Christophe Perny (PS), qui a annoncé une consultation des Jurassiens à l'automne.

Lire ici le communiqué de M. Duvernet.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Center Parcs de Poligny : le Conseil général du Jura a voté le pré-protocole

brève

Vendredi 11 juillet 2014 / La rédaction

Mots-clés: Center parc

En même temps que le Conseil régional, le Conseil général du Jura adoptait, à l'unanimité moins la voix de Marie-Odile Mainguet (EELV), le pré-protocole avec Pierre & Vacances pour le projet de Center parcs de Poligny. Mais alors qu'il était question de 630.000 nuitées à la région, il y en avait 5% de moins à Lons : 600.000... La différence n'est pas énorme. Ce fait, si l'on admet le taux de remplissage de 80% avancé au conseil régional, un peu plus de cinq personnes 365 jours par an. 

Les retombées économiques escomptées sont de 5 M€/an et les retombées fiscales estimées à 1,7 M€. Les collectivités n'avancent aucun chiffre pour les travaux connexes relatifs à l'eau, l'assainissement et la voirie.  

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Marie-Noëlle Biguinet : « tout nous pousse à nous lier davantage avec Belfort et l'Alsace »

brève

Jeudi 10 juillet 2014 / La rédaction

Récemment élue maire de Montbéliard, la conseillère générale Marie-Noëlle Biguinet (UMP) ne voit pas d'un très bon oeil le projet de fusion de la Franche-Comté avec la Bourgogne. Elle s'en explique assez clairement dans son blog ici. Elle y a publié un petit sondage qui indique que 85 % des sondés préfèrent un rattachement avec l'Alsace-Lorraine, contre 14% avec la Bourgogne. Seul hic : on ignore le nombre de participants...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Christiane Taubira ce vendredi aux Jardins de Cocagne de Besançon

brève

Jeudi 10 juillet 2014 / La rédaction

La Garde des Sceaux Christiane Taubira doit inaugurer ce vendredi 11 juillet les nouveaux locaux du Service pénitentiaire d'insertion et de probation de Besançon. Après quoi, elle a été invitée par les députés Barbara Romagnan (PS) et Eric Alauzet (EELV) ) visiter les Jardins de Cocagne et le Centre d'hébergement et de réinsertion sociale de l'association Julienne-Javel de Chalezeule. Visiteuse de prison dans les années 1950, Julienne Javel avait créé un foyer pour accueillir les personnes sortant de prison, puis, ceux-ci ayant du mal à trouver un travail, elle avait ouvert une menuiserie. L'essentiel existe toujours et a bien prospéré, faisant des émules dans tout le pays.

La journée bisontine de la ministre de la Justice se terminera par une réunion publique à 19 h 30 salle Battant.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Barbara Romagnan finalement rapporteure de la commission d'enquête sur la RTT

brève

Mardi 8 juillet 2014 / Daniel Bordür

Mots-clés: RTTBarbara Romagnan
Barbara Romagnan, d'abord écartée par la direction du groupe PS, rapportera finalement les travaux de la commission d'enquête parlementaire. Photo d'archives

Est-ce l'émotion ou un copié-collé trop rapide ? Le communiqué par lequel la députée Barbara Romagnan (PS) annonce avoir été désignée rapporteure de la commission d'enquête relative à l'impact sociétal, social, économique et financier de la réduction progressive du temps de travail, commence par « Jeudi 8 juillet, j'ai été désignée... » mais est bel et bien daté de mardi !

Quoi qu'il en soit, cette commission installée suite à la proposition de résolution UDI de Thierry Benoit, « s’attachera, 18 ans après la loi Robien d’aménagement du temps de travail et 16 ans après les premières lois Aubry, à proposer une évaluation sereine et transversale de ces dispositifs, au regard notamment des différents secteurs dans lesquels ils ont été appliqués ».

Le travail est aujourd'hui, écrit la députée qui avait dans un premier temps été écartée de la responsabilité de rapporteuse, est « partagé entre ceux qui n’en ont pas, ceux qui travaillent trop (la durée réelle d’un temps plein en France est supérieure à 39h selon l’INSEE), au milieu desquels se trouvent ceux qui travaillent à temps partiel. Cela n’est pas sans impact sur les arrêts maladie, l’absentéisme, la qualité et donc sur la productivité et les comptes sociaux. Or en plus d’induire de la souffrance du côte de ceux qui ne travaillent pas ou pas assez et du côté de ceux qui travaillent trop, ce partage du temps de travail n’a pas été débattu devant les citoyens ».

Membre de l'aile gauche du PS, n'ayant pas voté la confiance à Manuel Valls, Barbara Romagnan espère que la commission constituera « une excellente occasion de faire de la réduction du temps de travail un outil de réflexion pour la baisse du chômage, permettant un rapport au travail amélioré pour le plus grand nombre, et une opportunité d’amélioration de la vie de nos concitoyens ».

En deux mots, ceux qui estiment, à droite mais aussi à gauche, qu'on a « tout essayé » pour réduire le chômage, y compris la RTT, n'ont pas gagné sur toute la ligne. Reste qu'un vieil adage dit aussi que la meilleure manière d'enterrer un dossier est de créer une commission... 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Bruno Le Maire en campagne en Franche-Comté

brève

Mardi 8 juillet 2014 / La rédaction

Bruno Le Maire brigue la présidence de l'UMP à laquelle il n'avait pu concourir en novembre 2012 faute d'avoir obtenu les 7924 parrainages nécessaires (il en avait eu 7175). Sa campagne interne au parti d'opposition passe par une réunion publique jeudi 10 juillet à Poligny (19 h 30 à la salle des fêtes, & rue du 4 Septembre). Vendredi, celui qui fut directeur de cabinet de Dominique de Villepin et ministre de l'Agriculture du gouvernement Fillon, visitera une ferme à Etrappe (canton de l'Isle-sur-le-Doubs) et une succursale automobile à Voujaucourt (Pays de Montbéliard), avant un entretien avec Marie-Noëlle Biguinet, maire de Montbéliard, puis une réunion militante en soirée au Parc-Expo 70 de Vesoul (Zone Technologia, 3 rue Victor-Dolé).

Un communiqué de son cabinet mentionne la plupart des responsables départementaux de l'UMP (pour le Jura les parlementaires Jean-Marie Sermier, Jacques Pélissard, Marie-Christine Dalloz, Gilbert Barbier et Gérard Bailly, ainsi que la secrétaire départementale Hélène Pélissard, pour le Doubs le député Marcel Bonnot, le président et le secrétaire départementaux Jean-Marie Binetruy et Michel Vienet, le député de Haute-Saône Alain Chrétien) ainsi que le député européen Arnaud Danjean (Saône-et-Loire) qui sera de tous les rendez-vous, et le député de l'Ain Damien Abad qui sera à Poligny. 

En creux, on aura donc noté ceux qui n'y figurent pas, notamment la députée-maire de Morteau Annie Genevard et le député-maire de Belfort Damien Meslot, soutiens de François Fillon, et le tête de liste aux élections sénatoriales dans le Doubs Jacques Grosperrin, soutien de Jean-François Copé.

La présence de tous les grands élus jurassiens est-elle un soutien de la fédération UMP du Jura à Bruno Le Maire ? « Elle n'a pas pour objet de soutenir un candidat plutôt qu'un autre, mais d'inviter tous ceux qui sont candidats pour permettre aux adhérents de choisir avec la meilleure information », répond Hélène Pélissard.  

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le Bison teint arrête le tabac et... son blog

brève

Samedi 5 juillet 2014 / Daniel Bordür

Le Bisonteint avait déjà arrêté de fumer pendant huit ans avant de reprendre. En même temps qu'il annonce avoir à nouveau arrêté, il suspend la parution du blog du même nom pour une durée indéterminée. Il explique pourquoi dans un billet joliment tourné qu'on peut lire ici. Il manquera pour ses révélations qui ont parfois énervé des gens de pouvoir, ce qui est une des raisons d'être de la liberté d'expression sur laquelle se fondent la liberté de la presse et le droit des citoyens de connaître les affaires publiques, y compris leur face cachée.

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Jacques Pélissard va quitter la présidence de l'association des maires de France

brève

Vendredi 4 juillet 2014 / La rédaction

Le député-maire de Lons-le-Saunier Jacques Pélissard (UMP) va quitter la présidence de l'Association des maires de France. Il estime qu'à 68 ans, il faut transmettre le flambeau à une autre génération, et l'a proposé au maire de Troyes François Baroin.

A lire sur France3.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Lons-le-Saunier : la MJC au bord du gouffre

brève

Jeudi 3 juillet 2014 / La rédaction

« Un peu d'humanité Monsieur le maire et un peu moins de réflexes comptables, s'il vous plait », indique notamment une lettre-type que les adhérents et sympathisants de la MJC de Lons-le-Saunier sont invités à adresser à Jacques Pélissard à qui il est reproché de ne pas avoir versé les 135.000 euros d'une subvention pourtant votée. L'absence de cette somme conduit l'association MJC au dépôt de bilan, la municipalité semblant la pousser vers la liquidation judiciaire, prélude à un rapprochement avec la Maison commune (municipale) de la Marjorie. Les défenseurs plaident pour un plan de sauvegarde dans le cadre d'une procédure de redressement judiciaire, et le maintien de deux structures distinctes.

Comment en est-on arrivé là ? « La ville n'a plus confiance en la MJC », a déclaré au Progrès Jean-Philippe Huelin, l'adjoint à la culture en déplorant que ses dirigeants aient « caché » à la municipalité qu'ils avaient mis en oeuvre un rattrapage salarial de 18.000 euros remontant à 2006.  La MJC est en outre en déficit depuis plusieurs années et n'a pas pu verser les salaires de juin. Thierry Gaffiot, conseiller municipal d'opposition (PCF) y voit la preuve de l'insuffisance de financement public.

La MJC a plus de 1.100 adhérents. samedi, une manifestation de soutien a réuni 200 personnes.

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Ferme des 1000 vaches : renvoi du procès au 28 octobre

brève

Mercredi 2 juillet 2014 / La rédaction

Le procès des neuf militants qui avaient démonté la « ferme-usine des 1000 vaches », en Picardie, est renvoyé au 28 octobre. Ainsi en a décidé le tribunal correctionnel d'Amiens où une première audience s'est tenue mardi, en présence d'environ 300 manifestants. Parmi les neuf prévenus figure la Franc-Comtoise Dominique Henry.

Lire le compte-rendu sur Reporterre.net.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Chevènement et Barbier pour une fusion avec l'Alsace et la Lorraine

brève

Vendredi 27 juin 2014 / La rédaction

Les sénateurs Jean-Pierre Chevènement (MRC, Belfort) et Gilbert Barbier (radical, Dole) ont déposé un amendement au projet de loi sur la réforme territoriale pour proposer non pas une fusion de la Franche-Comté avec la Bourgogne, mais avec l'Alsace et la Lorraine. Le premier est de gauche, le second centriste, mais tous deux sont membres du même groupe au Sénat, le Rassemblement démocratique et social européen (RDSE) qui réunit notamment des élus de sensibilité radicale, de l'opposition et de la majorité.

Voir ici leur proposition.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les lycées au menu du conseil régional vendredi 27 juin

brève

Jeudi 26 juin 2014 / Daniel Bordür

Mots-clés: lycées

Le plan lycées préparé par Sylvie Laroche, vice-présidente du Conseil régional chargée de l'éducation, est soumis au vote des élus ce vendredi 27 juin. Nul doute que le débat qui s'annonce sera chaud. Il a d'ailleurs déjà commencé dans d'autres lieu, comme à Lons-le-Saunier où des manifestations ont eu lieu, et où le président du Conseil général Christophe Perny (PS) s'est déclaré opposé à la fermeture programmée du LP Le Corbusier. Comme à Besançon où la perspective de fermeture du LP Montjoux a fait débat au conseil municipal... Au conseil économique, social et environnemental, l'avis sur le plan lycées a beau avoir été voté à la majorité, cela a été sans les voix des syndicats, notamment enseignants, et des parents d'élèves.

L'assemblée doit aussi débattre du projet de fusion avec la Bourgogne. Là aussi, cela s'annonce chaude...

Lectures pour anticiper les débats sur les lycées
L'avis du Conseil économique social et environnemental, ici.
La lettre de l'éducation du conseil régional qui présente les grandes lignes du projet, sous un jour favorable évidemment.
La position du conseil général du Jura dans le dernier numéro de Jura'mag.
La lettre du recteur aux enseignants de l'académie, en soutien au plan du Conseil régional.
L'opposition résolue de la CGT qui sera dans la rue le 27 juin.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Aides à la presse : le SNJ dénonce un décret sans référence à la qualité ou au pluralisme

brève

Jeudi 26 juin 2014 / La rédaction

Dans un communiqué (lire ici), le Syndicat national des journalistes dénonce le nouveau décret sur les aides à la presse. Il critique notamment l'absence des recommandations qu'il avait formulées pour la conditionnalité des aides (qualité de l'information, pluralisme) et, comme la Cour des comptes, pour un contrôle sérieux de l'utilisation d'une manne de 1,2 milliard d'euros...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages