Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Campagnols : controverse entre Annie Genevard et François Mandil

brève

Mercredi 20 février 2013 / Daniel Bordür

La députée Annie Genevard (UMP, Doubs) a demandé au ministre de l'Agriculture un moratoire sur son projet d'arrêté abaissant le seuil de traitement chimique des pullulations de campagnols, autrement dit la bromadiolone. Dans un communiqué, la parlementaire indique qu' « alertée par la profession », elle avait dès son élection en juin 2012, « encouragé le Gouvernement à maintenir le seuil réglementaire de traitement chimique de ce fléau, tout en précisant qu’il était important d’encourager des pratiques agricoles naturelles susceptibles de contenir l’infestation des sols ». Mme Genevard demande aussi « une consultation et un travail en partenariat avec les organisations professionnelles concernées ».
Le suppléant de Mme Genevard n'est autre qu'Eric Liégeon, secrétaire général de la FDSEA du Doubs.
La bromadiolone est accusée par les défenseurs de l'environnement de faire des ravages parmi la faune sauvage prédatrice des campagnols, notamment les rapaces, mais aussi les renards ou les lynx... La plupart sont protégés, comme le milan, la buse ou le lynx...
Réagissant à l'initiative de la députée, François Mandil (EELV Haut-Doubs) estime qu'elle « se trompe d'ennemi ». Dans un communiqué, il rappele que le « seuil réglementaire d’utilisation de la bromadiolone est de 50 % d’indices de présence de campagnol terrestre. Au-delà, il est trop tard pour traiter et l’utilisation de la molécule est interdite... Ce seuil est trop élevé, il faut le réduire à 30% afin de diminuer les rejets de molécules chimiques dans l’environnement et de protéger les populations non-cible. Nous souhaitons aller progressivement vers l’abandon des traitements chimiques ».

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Belfort : la proposition de Damien Meslot à Christophe Grudler

brève

Mercredi 20 février 2013 / Daniel Bordür

Le député UMP Damien Meslot et le conseiller général MoDem Christophe Grudler se sont rencontrés lundi soir pour parler des élections municipales à Belfort. Damien Meslot a proposé une liste commune dont Christophe Grudler prendrait la tête et choisirait un tiers des membres ainsi que les adjoints, l'UMP en ayant les deux tiers et se réservant la présidence de la communauté d'agglomération et le mandat de sénateur. Christophe Grudler indique sur son site que « les négociations continuent ». 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Alexandre Lacombe quitte le FC Sochaux

brève

Mercredi 20 février 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: football

Président délégué du football club de Sochaux-Montbéliard, qui joue au plus haut niveau français, Alexandre Lacombe a annoncé par un communiqué laconique sur le site du club qu'il démissionnait de son mandat. L'infomation a été rendue publique deux jours après une prestigieuse victoire face au club leader de la Ligue 1, Paris-saint-Germain. 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le SNJ dénonce les entraves au droit syndical du Crédit mutuel dans ses journaux

brève

Lundi 18 février 2013 / Daniel Bordür

Le Syndicat national des journalistes dénonce le Crédit Mutuel pour « les entraves répétés à l'exercice de mandats syndicaux et de représentation des personnels, ainsi que les attaques contre le fonctionnement des instances paritaires de la profession de journaliste, notamment la commission nationale qui délivre la carte de presse ». La banque est devenue le premier éditeur de presse quotidienne régionale, détenant notamment les trois journaux paraissant en Franche-Comté : L'Est Républicain, Le Progrès, Le Pays. C'est d'ailleurs au Progrès que trois journalistes, deux élus à la commission de la carte d'identité des journalistes professionnels et un secrétaire national du SNJ, se sont vus contestées des heures de délégation. Des retenues sur salaire avaient été effectuées, puis rendues, avant que la direction conteste formellement l'usage de ces délégations pendant le temps de travail. Une élue à la commission de la carte, journaliste au Dauphiné libéré, également dans le groupe Crédit Mutuel, s'est entendue menacée oralement de se voir appliquer une retenue sur salaire, mais cela n'a pas été appliqué.
Le contentieux entre le Crédit Mutuel et le principal syndicat de journalistes porte aussi sur la mutualisation des informations générales. La banque a en effet créé un service commun où les neuf titres qu'elle possède peuvent s'alimenter. Dans le même temps, les services d'informations générales des journaux ont été supprimés ou ont subi des baisses d'effectifs. En outre, les reprises d'articles par d'autres journaux du groupe se généralisent. Le SNJ, là encore au Progrès, tente de s'y opposer et a saisi une commission nationale d'arbitrage pour peser sur la négociation de cession des droits d'auteur et la définition du périmètre dans lequel elle pourrait s'opérer automatiquement.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

573 conducteurs avaient bu...

brève

Lundi 18 février 2013 / Daniel Bordür

 

444 gendarmes et policiers ont relevé, ce week-end sur les routes du Doubs, 157 excès de vitesse, 573 alcoolémies positives, 2 conduites sous l’emprise de stupéfiants... Ils ont procédé à 10 rétentions immédiates du permis de conduire et 27 immobilisations de véhicules.

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Tram de Besançon : Michel Omouri en appelle à l'INSEE

brève

Lundi 18 février 2013 / Daniel Bordür

Le conseiller municipal bisontin Michel Omouri (UMP) demande que l'impact sur l'emploi des travaux du tramway soit « expertisé par un tiers neutre, compétente et reconnu de tous : l'INSEE ». S'appuyant sur une étude réalisée par par la Chambre de commerce et d'industrie du Doubs, l'élu évalue à 639 le nombre d'emplois perdus à cause de ces travaux. Jérôme Cart, le président de l'Union des commerçants de Besançon, dont le refus du tram est notoire et la proximité politique assumée avec l'opposition municipale, est d'accord avec cette analyse.
L'étude de la CCI consiste à comparer les réponses faites en février 2011 et octobre 2012 par la moitié environ d'un peu plus de 500 commerçants, dont 30% directement dur la voie. 560 établissements étaient recensés en février 2001 contre 532 en octobre 2012. Le document que la CCI nous a transmis fait état de 274 réponses recueillies. Des 273 réponses obtenues en février 2011, il résulte que 37,8% font état d'une hausse de chiffre d'affaires, 33% d'un chiffre d'affaires stable, 29,3% d'un chiffre d'affaires en baisse. Des 222 réponses obtenues en octobre 2012, il résulte que 12,6% font état d'une hausse de chiffre d'affaires, 21,2% d'une stabilité, 66,2% d'une baisse (supérieure à 30% pour 29,7% des réponses). L'étude compare ensuite un « effectif total estimé » de 2424 emplois en février 2011, et 2218 emplois en octobre 2012, soit, conclut-elle « une perte d'environ 200 emplois ».
L'ennui, c'est que le raisonnement se base sur des chiffres estimés construits à partir, non d'un effectif précis de chaque entreprise, mais de strates : 2 à 5 emplois, 6 à 10 emplois, 11 à 50, plus de 50... On passe, sans savoir trop comment, d'une moyenne de 4,33 emplois à 4,17. Ce qui est plus concluant, c'est la perte de 28 points de vente entre les deux dates.
Comment Michel Omouri arrive-t-il à multiplier par trois l'estimation de 200 emplois perdus ? En y ajoutant, à la louche, 50 emplois perdus à cause des travaux en amont du premier questionnaire, 66 emplois perdus après le second, 50 « non recensables », 91 emplois indirects et 182 emplois induits... Conscient du caractère non scientifique de son évaluation, l'élu conclut : « vous me direz comptes d'apothicaire, je vous l'accorde ».

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Notation financière à venir de l'agglomération du grand Besançon ?

brève

Vendredi 15 février 2013 / Roland Vasic

« La communauté d'agglomération n'a pas d'emprunt toxique et n'a plus d'emprunt structuré. Mais la situation est telle que nous devons anticiper une difficulté à obtenir des financements classiques par les banques » explique Gabriel Baulieu, premier vice-président du Grand Besançon devant le Conseil le 14 février. Le contexte de crise est souligné, les emprunts importants pour le tramway sont rappelés ainsi que « la structure excellente des investissements ». Toutes les précautions sont prises pour dire que le recours à une agence de notation par la collectivité ne se fera « qu'en dernier recours ». Pour Jean-Louis Fousseret, « on s'y prépare mais ça n'est pas sûr, c'est le principe de réalité de prévoir une impossibilité de trouver des crédits dans les circuits habituels ». Si d'après M. Baulieu, « ça n'est pas une fin en soi... ce sera certainement nécessaire. »
Les élus de l'opposition bisontine, l'UMP Jean-Marie Girerd et le nouvel UDI Philippe Gonon se disent favorables à la notation financière et la rapportent à la « culture du secteur privé », gage de bonne gestion dont la démonstration serait faite… En revanche, pour Christophe Lime du PCF, l'inquiétude est de mise et le recours à des établissements publics de beaucoup préférable. Avant cela, l'élu communiste avait fait observer que la baisse annoncée par Pierre Moscovici, le 12 février, de trois milliards d'euros pour 2014 et 2015 des dotations de l'Etat aux collectivités locales était « historique » et que « des hausses fiscales étaient annoncées ainsi entre les lignes ». D'autres à gauche encore font remarquer que les agences de notation ne rendent compte à personne qu'à elles-mêmes des décisions capitales qu'elles peuvent prendre.
Jean-Louis Fousseret reconnaît que les propres intentions de ces agences sont inaccessibles et que les risques de manipulation sont importants. En tous cas, le Grand Besançon missionne déjà un cabinet spécialisé pour, mener la réflexion et, si le Conseil se prononçait favorablement, « accompagner le Grand Besançon dans la procédure ». Pour Marie-Odile Crabbé-Diawara des Alternatifs, co-présidente chargée des finances, « le débat ne fait que s'ouvrir ». Quel est ce cabinet missionné ? La question n'a pas été posée en séance. A nos interrogations ensuite, il a été répondu que la démarche était récente et que l'information n'était pas communicable.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les contestataires de la carte scolaire du Jura iront au ministère

brève

Jeudi 14 février 2013 / Roland Vasic

 

Les représentants des syndicats d'enseignants FSU, Unsa et Sgen, la fédération de parents d'élèves FCPE et les associations complémentaires, ainsi que des élus ont occupé pendant plusieurs heures la préfecture. Ils ont obtenu une audience auprès du directeur de cabinet de Vincent Peillon. Promise d'ici la fin de semaine prochaine, la rencontre était devenue une exigence après la rupture du dialogue avec le responsable académique dans l'aprés-midi du 14 février. En attendant, les mesures de cartes scolaires sont suspendues dans le département. Il était annoncé une trentaine de fermetures de classes.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Violences faites aux femmes : « un milliard d'humains se lèvent » jeudi 14 février à Besançon

brève

Mercredi 13 février 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: femmes

L'association Solidarité Femmes de Besançon participera jeudi 14 février à l'action internationale One Billion Rising (OBR, en français : un milliard se lèvent) initiée par Eve Ensler, auteure des Monologues du vagin et fondatrice de la fondation V-Day. A Besançon, à 18 h place Pasteur, les premiers à se lever contre les violences faites aux femmes seront des hommes, qui diront non en chansons pour un flash mob diffusé ensuite sur internet. « Il s'agit d'opposer au chiffre effarant d'une femme sur trois victime de violences, soit un milliard de femmes dans le monde, un milliard de personnes, hommes et femmes, qui se lèveront contre cette violence le 14 février, jour de la St Valentin. Se lèveront, danseront, chanteront ! », indique Solidarité Femmes.
Solidarité Femmes lutte à Besançon contre ces violences depuis plus de trente ans et vient en aide aux femmes victimes de violences, notamment en gérant un centre d'hébergement de 30 places pour des femmes et leurs enfants.

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le deuxième disque de Clotilde Moulin

brève

Mercredi 13 février 2013 / Daniel Bordür

Le deuxième album de Clotilde Moulin est sorti. Un concert de lancement a lieu ce mercredi 13 février à 20h30 au Théâtre Musical de Besançon (ouverture des portes 20h). Tarif d'entrée 7€ / 12€ avec l'album.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les trois mousquetaires de Marc-Henri Duvernet

brève

Lundi 11 février 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: Marc-Henri Duvernet

Ils se sont présentés hier soir à la presse dans un café de Lons-le-Saunier... et sont évidemment quatre ! Les « animateurs d'ateliers » de l'équipe de campagne du candidat socialiste à la mairie du chef lieu du Jura ne sont pas au PS, et vont consulter les citoyens pour construire un programme. Il s'agit d'Anne Perrin, adhérente d'EELV, cadre de santé qui chapeautera le social, la santé et les solidarités ; Claude Brocard, ingénieur des travaux publics à la retraite, s'occupera d'urbanisme, transports et économie ; El Hadji Diallo traitera de sport, tourisme et culture ; et Jean-Bernard Emonin suivra les questions scolaires et universitaires. Willy Bourgeois, le porte-parole de Marc-Henri Duvernet les accompagnait.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Double appel à la grève dans l'école primaire

brève

Lundi 11 février 2013 / Roland Vasic

Deux appels à la grève sont lancés aux enseignants de l'école primaire, le 12 février, contre la réforme des rythmes scolaires et contre l'ensemble du projet de loi d'orientation. Le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire, a lancé le premier la semaine dernière. Il conteste une réforme qui se fait « sans l'avis des enseignants et des parents » et appelle à son report en 2014. Le second appel, antérieur, émane des syndicats d'enseignants de la CGT, de Sud, de Force Ouvrière et de la CNT, qui dénoncent aussi l'ensemble du projet de loi de refondation de l'école.

Les prévisions syndicales annoncent une grève deux fois plus suivie que celle du 31 janvier : 58 % selon le SNUipp. Le ministère de l'Education Nationale prévoit 29,6%.
Des manifestations et assemblées générales sont annoncées à Besançon (14h), Montbéliard (11h), Belfort (10h) et Lons (14h). Les enseignants de Haute-Saône étaient en grève le 5 février. 80% des écoles du département étaient fermées. A noter que dans le Jura, l'appel à la grève est unitaire.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Champagnole : le retour du cinéma humanitaire

brève

Vendredi 8 février 2013 / Michèle Tatu

Mots-clés: humanitaire

Après une pause d’une année, le Festival du film humanitaire revient ce vendredi 8 février à Champagnole. Au programme cinq films choisis par un collectif de cinq associations locales. Il sera question des enfances (avec un s) avec au cœur de la programmation « Les enfants invisibles » un film co-réalisé par Kusturica, Ridley Scott et Spike Lee, une œuvre sur l’atteinte des droits des enfants. Enfants soldats, enfants dressés pour voler, enfants séropositifs la programmation invite les spectateurs à débattre en présence de Phillippe Brizemu, responsable de la commission des droits de l’enfance à Amnesty International lors de la projection de « Rebelle » (Ours d’or à Berlin en 2012) ce vendredi, et de Jean-Michel Carré samedi soir, pour son film « Visiblement, je vous aime » sur la vie d’un jeune délinquant récidiviste.
 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Transparence bancaire : la commission des finances de l'Assemblée vote un amendement d'Eric Alauzet

brève

Jeudi 7 février 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: loi bancaire

La commission des finances de l'Assemblée nationale a adopté un amendement déposé par les deux députés EELV qui y siègent, le Bisontin Éric Alauzet et Eva Sas (Essonne), visant à obliger les banques à publier la liste et la nature de leurs filiales, sans se limiter aux pays figurant sur la liste des paradis fiscaux dont sont absents la Suisse, Monaco ou l'Angleterre... « Grâce à cet amendement de transparence bancaire, notre pays aura désormais les moyens de dissuader les implantations de filiales bancaires dans des pays où la réglementation est peu contraignante et peu risquée. C'est également un premier pas important en matière de lutte contre l'évasion fiscale », dit Éric Alauzet. 
L'amendement prévoit, à partir de 2014, la publication annuelle par les banques des effectifs et des chiffres d’affaire 2013 de ces filiales, afin d' « évaluer l’activité réelle de ces établissements ».
L'amendement doit encore être voté en séance plénière.

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Portes ouvertes à l'université de Besançon samedi 9 février

brève

Mercredi 6 février 2013 / Daniel Bordür

L'université de Franche-Comté organise des portes ouvertes samedi 9 février à Besançon, une semaine après les autres sites de la région. Le réseau d'étudiants Erasmus, ESN Besançon, y sera avec sa manifestation « Ça Me Dit l’International ». Il entend promouvoir la mobilité internationale avec un le Forum de la mobilité à la Faculté des Lettres, sous chapiteau de 9 h à 17 h, et avec une soirée culinaire et culturelle : le « Cultural Market », à la cafétéria « Lé Mô Doubs », au centre Saint-Pierre, de 20 h à 2 h : 90 étudiants d'une quinzaine de pays cuisineront les plats typiques de leurs contrées.

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages