Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Le budget 2013 de la région adopté

brève

Vendredi 14 décembre 2012 / Daniel Bordür

Le budget 2013 du Conseil régional de Franche-Comté a été voté vendredi soir par la seule majorité PS-EELV à l'issue de deux jours de débats. Les élus UMP et FN ont voté contre. A aucun moment il n'a été question du possible recours à l'emprunt obligataire dont le principe a été adopté et qui entraîne l'évaluation de la collectivité par des agences de notation. C'est ce qui avait conduit les représentants CGT au CESER (conseil économique, social et environnemental) à voter contre l'avis favorable largement majoritaire du CESER.
Si l'on rentre dans les détails des secteurs d'intervention budgétaire, l'UMP a émis 8 votes contre, 6 abstentions (dont une "positive") et 4 votes pour. Le FN a voté 9 fois contre, s'est abstenu 8 fois et a voté pour une fois. Onze fois, UMP et FN ont voté de manière identique. PS et EELV ont adopté tous les budgets sectoriels.
L'UMP a approuvé les budgets recherche et enseignement supérieur ; environnement et eau ; Europe, mobilités internationales et coopération ; la gouvernanace régionale. Elle s'est abstenue sur les moyens généraux et les moyens généraux financiers ;  l'énergie ; les transports ; les bâtiments d'avenir (lycées) ; le tourisme. Elle a voté contre la communication ; les ressources humaines ; la cité des arts de Besançon (sauf Jacques Grosperrin qui a voté pour), la formation tout au long de la vie (sauf la partie service public régional de la formation qu'elle a approuvée) ; l'économie ; l'agriculture, agroalimentaire, forêt, bois ; la culture ; sport, jeunesse et vie associative.
Le FN a approuvé le budget transports. Il s'est abstenu sur les moyens généraux ; l'aménagement du territoire ; l'environnement et l'eau ; les bâtiments d'avenir ; la formation tout au long de la vie ; la recherche et l'enseignement supérieur ; le tourisme. Ses quatre élus ont voté contre les budgets ressources humaines ; communication ; moyens généraux financiers ; gouvernance régionale ; cité des arts ; économie ; agriculture, agroalimentaire, forêt, bois ; culture ; sport, jeunesse, vie associative ; Europe, mobilités internationales et coopérations.  

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Nouveaux abonnements dans les TER de Franche-Comté pour 2013

brève

Jeudi 13 décembre 2012 / Daniel Bordür

Lors de l'examen de la section transports du budget 2013 du conseil régional, deux nouveaux tarifs d'abonnement ont été annoncés : une nouvelle carte annuelle de 30 euros donnant une réduction de 25% sur les TER de la région en semaine, et de 50% les week-end pour le porteur de la carte et quatre accompagnateurs. La carte étudiant à 30,50 euros est transformée en une carte pour les moins de 28 ans à 35 euros donnant droit à 50% de réduction sur les mêmes TER. "On s'attend à une augmentation des recettes", a indiqué le vice-président Alain Fousseret (EELV).
Au terme de la première journée d'examen de ce projet de budget 2013, les sections aménagement du territoire, énergie, transports, environnement et eau, bâtiments d'avenir ont été adoptés par des majorités variables, sans vote contre. Les transports ont été approuvés par le PS, EELV et le FN, l'aménagement du territoire ainsi que l'environnement et l'eau par le PS, EELV et l'UMP, l'énergie et les bâtiments d'avenir par le PS et EELV.  Restaient à examiner à 19h20, la formation, la recherche, l'économie, la vie associative, le sport et la culture.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Emploi et retraites complémentaires : la CGT manifeste jeudi

brève

Mercredi 12 décembre 2012 / Daniel Bordür

« Le social, c’est le moteur de l’économie. La vie, c’est tout le temps, pas seulement quand il y a du travail ! » Ces deux petites phrases témoignent de l'état d'esprit de la CGT qui organise ce jeudi des rassemblements dans toute la France pour protester contre l'attitude de Medef dans les négociations sur la sécurisation de l'emploi et les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC. La CGT accuse le patronat de « viser une régression sociale historique après le cadeau fiscal de 20 milliards que lui a accordé le gouvernement sans aucune contrepartie ».
Le syndicat dénonce les préconisations de flexibilité accrue du Medef : « destruction du CDI en généralisant les contrats de projets et les contrats à durée indéterminée intermittents, contournement du licenciement économique par la création de nouvelles procédures, chantage à l’emploi au travers de la généralisation de "compétitivité emploi", délai allongé pour demander réparation aux prud’hommes : 12 mois au lieu de 5 ans pour réclamer des salaires et limitation des dommages et intérêts…, possibilité d’un motif de licenciement imprécis, obligation d’accepter un nouveau poste s’il est situé à moins de 50 km ou 1 h 30 de trajet…»
Quant aux retraites complémentaires, la CGT n'est évidemment pas d'accord avec le gel des pensions pendant 3 ans ou une indexation 1 point sous l'inflation pendant 5 ans. Elle estime qu'il s'en suivrait une perte de 6% du pouvoir d'achat.
Des rassemblements sont organisés à Belfort (12h, devant la CCI), Besançon (12h, place du 8 septembre) et Dole (11h, devant le Medef). 

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les conducteurs de train poursuivent la grève à Dole et Besançon

brève

Mercredi 12 décembre 2012 / Roland Vasic

Le mouvement mené par la CGT continue après l'échec d'une rencontre avec la direction SNCF le 11 décembre. Les grèvistes dénoncent leurs conditions de travail dues notamment au changement d'horaires des trains.

Les agents de conduite ont décidé la suspension de le grève le 13 à 17h en assemblée générale. Ils ont voté à l'unanimité « en précisant bien que leurs revendications en terme d'amélioration des conditions de travail et d'organisation, afin d'assurer le service public dû aux usagers, ne sont pas pour autant abandonnées...»
 

Les conducteurs de train sont dans leur sixième jour de grève à Besançon et Dole. Le mouvement est mené par le syndicat CGT Cheminots. Les grèvistes mettent en cause le changement d'horaires des trains en fin d'année (Service Annuel), défendent une autre organisation du travail et dénonce une fin de non-recevoir au dialogue social : « positions dogmatiques de la direction qui continue de dire qu'elle ne négocie pas pendant la grève ».
Selon le syndicat : « la direction a une fois de plus augmenté la productivité au détriment des conditions de travail et de la sécurité des circulations, et de fait dégradé le service public rendu aux usagers ». La déterioration de la santé des agents est signalée également, rapportée à « un management à la France Télécom ». Mickaël Vandernoot, secrétaire général du syndicat CGT Cheminots de Besançon, ajoute que « contrairement à ce qui a été laissé entendre dans l’opinion, notamment par l’ancien Président de la République, les cheminots ne sont pas payés quand ils font grève. Pour un conducteur, un jour de grève c’est une perte de 100 euros. »
Le mouvement de grève a pris fin le 10 décembre à Dijon.
La circulation des TER en Franche-Comté reste perturbée. Celle des TGV et grandes lignes n’est pas affectée.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Budget 2013 de la région : priorité aux lycées, Témis-sciences et 7 TER

brève

Mercredi 12 décembre 2012 / Daniel Bordür

Le conseil régional se réunit jeudi et vendredi pour l'examen du budget 2013 qui se monte à 508,3 millions d'euros. Rigueur oblige, la présidente Marie-Guite Dufay (PS) a choisi de limiter la hausse des dépenses de fonctionnement à 1%, soit 346,3 millions, alors que les investissements évoluent de 1,7% à 162 millions. L'essentiel des programmes d'investissements consiste à financer des "bâtiments d'avenir" pour les lycées et les CFA, la poursuite du parc scientifique Témis à Besançon, l'achat de sept rames de TER. 2013 doit voir le renouvellement de la convention avec la SNCF et l'élaboration d'un "schéma régional de cohérence écologique".
Les principaux budgets sectoriaux de la région sont la formation (143,7M€), les transports (103,8M€) et le personnel (73,4M€).
Côté recettes, la fiscalité locale devrait rapporter 109,4 millions, la région étant probablement contributrice pour 550.000 euros au fonds de péréquation de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (qui a remplacé la taxe professionnelle). Les ressources que vote la région (cartes grises et TIPP) se montent à 63 millions, les dotations de l'Etat restent gelées à 187,6 millions avant une diminution annoncée pour 2014 et 2015, mais une compensation prévue par la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) doit rapporter 5,2 millions. L'emprunt est annoncé à 31,5 millions.
Réuni lundi, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a nettement nuancé l'avis qu'il avait rendu en octobre au moment du débat d'orientation budgétaire. Il déplorait alors "l'absence de ligne stratégique claire" et s'interrogeait sur les capacités de la collectivité à maintenir ses programmes d'investissements. Quelques semaines plus tard, il fait volte face en "relevant avec satisfaction  que le budget vient lever ses appréhensions". Dans son avis, le CESE dit "approuver" l'augmentation des financements pour les lycées, la recherche et l'enseignement supérieur, "même si ce dernier ne relève pas des compétences de la région".
Cet avis a été adopté par 49 voix, la CGT votant contre (6 voix) et la FSU s'abstenant (1 voix). La CGT déplore notamment le recours aux emprunts obligataire, ce qui suppose, selon elle, que la région sera évaluée par des agences de notation : "comment le conseil régional peut-il engager financièrement la collectivité et la population sur les marchés des capitaux sans aucune concertation ni consultation en amont d'une telle oriantation ?", s'interroge le syndicat.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les syndicats de Peugeot contre le plan Varin

brève

Mardi 11 décembre 2012 / Roland Vasic

Au CCE, la direction annonce 11.214 suppressions de postes entre mai 2012 et mi-2014. CGT et CFDT refusent de rendre un avis sur le plan de restructuration. Les autres syndicats donnent un avis négatif.

A l'issue de la réunion extraordinaire du comité central d’entreprise, le 11 décembre, et suite à l’examen du rapport du cabinet d'audit Secafi dans sa version complète, le plan de restructuration de la direction ne convient à aucun syndicat. CGT et CFDT ont refusé de donner un avis de manière à prolonger les négociations. Finalement, selon l'AFP, aux 8.000  suppressions annoncées en juillet (Sochaux et Belchamp : 579 départs volontaires sollicités  dont 200 en production et 379 aux services des études, Hérimoncourt : 15 postes supprimés et Vesoul : 27 postes) s’ajouteront plus de 1.500 départs naturels (décès, retraite, etc.) non remplacés, d'autres liés à un plan de départs volontaires mis en oeuvre en 2012. CFE-CGC, CFTC, FO et GSEA ont donné un avis négatif au plan.
Dans un plan B, révélé la veille et se référant aux conclusions du rapport Secafi qui reconnait la nécessité de restructurer, la CGT conteste le plan Varin comme un « choix financier immédiat ». L’organisation syndicale, majoritaire dans le groupe, préconise un apport de capital de 1,5 milliards d’euros de la famille Peugeot et ses sociétés financières FFP et Peugeot Frères (Secafi fait plusieurs propositions : une augmentation de capital, un adossement à l’Etat, un renforcement de l'alliance avec General Motors où la part de ce dernier augmenterait ou la vente d’une partie du groupe), une répartition de la production (des sites les plus chargés, Trnava et Sochaux, vers les moins chargés, Mulhouse et Aulnay, pour les maintenir tous), la sécurisation des transitions professionnelles et « un système de préretraite-pénibilité à partir de 55 ans ». Les autres syndicats avancent également des propositions d'accompagnement social. Selon l'AFP, la direction va poursuivre les négociations et espère un accord au cours du premier trimestre 2013.

Le nouveau calcul des suppressions d’emploi au niveau national s’applique à Sochaux. Le comité d’entreprise du 13 décembre a été l’occasion de préciser qu’en plus des 579 suppressions du plan Varin, il fallait compter, d’après la CGT, environ 380 départs volontaires au titre du plan GPEC 2012 (en cours depuis mai), 180 départs du fait de décès, démissions, invalidités, licenciements individuels, non remplacés. Il faudrait donc prendre en compte 1.139 suppressions d’emploi (10% du total national), ce qui ramènerait l’effectif à 10.920 salariés à l’issue du plan. L’ensemble des organisations syndicales expriment leur consternation. La direction a promis « 0 licenciement sec ».

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La nation, une idée de gauche ?

brève

Mardi 11 décembre 2012 / Daniel Bordür

Y a-t-il un point de vue de gauche sur le retour de la question de la nation dans le débat politique ? C'est l'une des questions que l'association bisontine EPI entend poser à l'occasion d'un cycle d'apéritifs-débats qui commencera mercredi 19 décembre à 18h30 au FJT des Oiseaux (48 rue des Cras) et se poursuivra durant le premier trimestre 2013. La première séance sera animée par le géographe Maurice Thiriet. Plusieurs orateurs interviendront durant ce cycle, les historiens Bénédicte Ponçot et Jacques Gavoille, l'élu Abdel Ghezali, Tanya Nokolova... 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Henri Pena-Ruiz à Besançon le 9 janvier

brève

Mardi 11 décembre 2012 /

Le Grand Orient De France organise le 9 janvier à 20 h, à Miocropolis Besançon, une conférence animée par l'historien Henri Pena Ruiz sur le thème “Laïcité ou guerre des dieux, l’heure du choix”. L'entrée est gratuite.  M. Pena-Ruiz est adhérent du Parti de gauche.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Doubs : la droite devrait s'abstenir sur le budget 2013

brève

Mardi 11 décembre 2012 / Daniel Bordür

Les conseillers généraux du groupe Territoire comtois 25 (opposition de droite et du centre) devraient s'abstenir sur le vote du budget 2013 qui doit intervenir ce mardi après-midi ou mercredi matin. Ses élus ont voté plusieurs rapports constituant le budget, notamment sur les collèges, mais se sont abstenus mardi matin sur le budget transports. Ils déplorent le manque de visibilité à propos de la perspective du passage à la semaine scolaire de 4,5 jours à la rentrée 2013. L'élue du canton de Maîche, Christine Bouquin, demande le report de cette décision à 2014, notamment pour ses conséquences en matière de cantines et de péri-scolaire, pour les communes que celles-ci doivent adopter en février 2013 alors qu'on ne sait encore rien du projet. Le président Claude Jeannerot s'est étonné que la droite ne vote pas un budget transports qu'elle a toujours approuvé par le passé et dont les orientations restent les mêmes : gratuité totale du transport scolaire, comme dans 27 autres départements français...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Mission locale du Grand Besançon : la CGT dézingue la gouvernance

brève

Mardi 11 décembre 2012 / Daniel Bordür

L'audit sur la situation financière de la Mission locale du bassin d'emploi du Grand Besançon habille pour l'hiver l'ancien directeur, la présidente, l'ancien trésorier et l'actuelle directrice. Dans une lettre à Jean-Louis Fousseret, la CGT de la structure qui a eu connaissance de l'audit un mois après les élus, pointe la gestion du premier, Bernard Rach, est marquée par "certaines décisions inappropriées, des dysfonctionnements, un manque de clairvoyance et d'anticipation, une information insuffisante données aux membres du conseil d'administration". La gouvernance de la présidente, Annie Ménétrier, se caractérise par "un manque de procédure écrites sécurisantes et un défaut de vigilance". Le rôle de l'ancien trésorier, Jean-Marie Vuez, était "en décalage avec les attributions mentionnées par les statuts", et l'expert-comptable et le commissaire aux comptes n'ont pas donné l'alerte...
Outre les responsabilités individuelles, la CGT de la MILO pointe notamment "le manque de financements pérennes, la disparition de fonds propres, les versements de subventions tardifs et décalés..." Le syndicat critique également le fait que "depuis le début de la crise, et même dans le cadre du plan de redressement, aucune organisation n'a été pensée, réfléchie, impulsée et donc mise en oeuvre par la directrice". Celle-ci a certes "hérité d'une situation difficile" et n'est "pas responsable de la situation antérieure", mais ses multiples casquettes paraissent préjudiciables à la CGT : "Etre directrice de la MILO à 40%, du PLIE à 40% et à la CAGB pour 20% tout en finalisant un projet attaché à ses anciennes fonctions, ne facilite pas la gestion de la MILO". Pas étonnant dans ces conditions que des "dysfonctionnements majeurs" aient continué après son arrivée le 19 mars 2012, par exemple une demande subvention adressée hors délai au conseil général, l'absence de participation à l'association régionale des MILO ou "le délaissement du volet partenarial et réseau alors qu'il est incontournable"... Tout cela sans compter la mésentente entre la présidente et la directrice qui "travaillent difficilement ensemble".
Le conseil d'administration de la mission locale, qui se tient ce mardi à 17 h 30, promet d'être animé.

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Alauzet interroge le gouvernement sur la papeterie de Novillars

brève

Vendredi 7 décembre 2012 / Roland Vasic

A l’occasion des « questions orales sans débat », le député Eric Alauzet (EELV) a  interrogé le ministre des finances sur l’avenir de la papeterie de Novillars et le manque de soutien des banques : « La papeterie, en pleine mutation, est désormais engagée dans un projet moderne et durable, qui verra la réalisation d'une centrale de cogénération biomasse, inscrit à la commission de régulation de l’énergie. Soixante emplois dotés d'un réel savoir faire seront ainsi sauvés et plusieurs dizaines d'emplois locaux pourraient être créés dans la filière bois. Il s'agit bel et bien d'un projet du XXIème siècle, bâti autour du recyclage, des énergies renouvelables et inscrit parfaitement dans la transition écologique et la création d'emplois locaux qui constituent les priorités du Gouvernement et de la majorité présidentielle. »
Il a rappelé l’engagement de l’industriel libanais spécialisé dans le papier, Fadi Gemayel qui apporte 2,5 millions d’euros pour le capital social et un fonds de roulement. Il faut encore trouver 2,8 millions d’euros en prêt bancaire pour moderniser.
Le porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a répondu que le gouvernement faisait tout ce qui était en son pouvoir, avant même la constitution finale de la Banque Publique d’Investissement, pour que le projet de reprise de la papeterie aboutisse : « Nos services poursuivent leurs efforts, en relation avec OSEO, les collectivités locales et la médiation nationale du crédit, pour parvenir à un tour de table bancaire et financer le prêt de 2,8 millions d’euros. »

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le jugement du preneur d'otages de 2010 en délibéré au 23 janvier

brève

Jeudi 6 décembre 2012 / Roland Vasic

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon a mis en délibéré au 23 janvier 2013 le jugement de Kevin, auteur d’une prise d’otage dans une maternelle le 13 décembre 2010. Les juges auront notamment à se prononcer sur sa responsabilité.
L’audience de ce jeudi 6 décembre a eu lieu à huis clos, le jeune homme avait dix-sept ans au moment des faits. Mis en examen pour "séquestration aggravée avec libération volontaire" et "intrusion dans un établissement scolaire avec arme", il a été déclaré psychologiquement fragile et irresponsable par deux collèges d’experts. Le parquet a demandé une troisième expertise psychiatrique.
Le 13 décembre 2010, Kevin, armé de deux sabres, est entré dans l'école maternelle Charles Fourier du quartier de Planoise, à Besançon, pour prendre en otages 21 enfants et une institutrice. Tous ont été libérés, sans violence, après plus de quatre heures de négociation et d’angoisses. Kevin a ensuite été hospitalisé d’office pendant un mois puis remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire avec obligation de soins, interdiction de contacter les victimes et de se rendre sur le lieu de la prise d'otages. Il a ensuite pu rester scolarisé. Une institutrice et une quinzaine de parents se sont portées parties civiles.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Travaux du pont Battant : circulation perturbée du 12 au 14 à Besançon

brève

Jeudi 6 décembre 2012 / Daniel Bordür

Mots-clés: tramwaypont Battant

Les premiers éléments du nouveau pont Battant seront livrés de mercredi 12 à vendredi 14 décembre. Six convois exceptionnels de 30 m de long, 5 m de large et 4,5 m de haut chacun portant des colis de 80 tonnes arriveront mercredi 12 au soir sur le parking Battant où seront également stockés des éléments de la grue de déchargement qui sera ensuite montée dans la foulée.
Les véhicules s'achemineront vendredi 14 décembre dès 5 h du matin vers l'avenue d'Helvétie pour y être stockés avant d'assurer ensuite, dans la journée, la livraison de chaque colis, successivement, par le quai de Strasbourg. Le déchargement de chaque colis durera environ deux heures avant que le camion reparte par l'avenue Foch.
La circulation automobile sera régulée par la police qui procédera à des microcoupures lors de la manœuvre d'un convoi sur le carrefour Foch-Helvétie-Denfert-Rochereau.
La passerelle piétonne Battant sera fermée toute la journée. Des itinéraires de substitution seront balisés et des équipes seront déployées sur le secteur pour guider les piétons souhaitant rejoindre Battant ou la Boucle. En effet ces deux quartiers restent complètement accessibles, commerces et services vous attendent tout au long de cette journée.
 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Polémique autour de Camponovo

brève

Jeudi 6 décembre 2012 / Daniel Bordür

Le directeur de la librairie Grangier de Dijon a reçu une volée de bois vert de la part des délégués de l'ex-librairie Camponovo de Besançon. S'exprimant dans Livres Hebdo, Christophe Fressy indique que les difficultés passées de Grangier étaient des "dommages collatéraux" du conflit bisontin. Les deux librairies étaient alors propriétés de Jean-Jacques Schaer, la dijonnaise ayant été reprise par Simone Hisler, libraire à Metz.
Les déléguées bisontines ont réagi par un communiqué : "La fermeture de Grangier en mai était dûe à l'échec des négociations avec M. Kermarec, en désaccord avec M. Schaer. M. Fressy devrait revoir sa copie. Mme Hisler, entourée des collectivités locales, et avec l'appui de la Ministre de la Culture, a négocié le rachat de la librairie, sauvegardé tous les emplois et procédé à plusieurs embauches (...). Rejeter les déboires de Grangier sur "le conflit social" bisontin est plus que lamentable et indigne. Ses propos sont déplacés et mensongers. M. Fressy, qu'une majorité des ex-salariés de Campo ne connaît pas, trouve sans doute avantage à salir ses ex-collègues bisontins, mais nous en avons plus qu'assez d'être bafoués et de voir porter atteinte à notre intégrité professionnelle (...). Nous trouvons inquiétants que de tels propos soient publiés dans Livres Hebdo et espérons que Mme Hisler ne cautionne pas les dires de son directeur."

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Un comité bisontin contre l'aéroport du Grand Ouest

brève

Mardi 4 décembre 2012 / Roland Vasic

Un collectif de soutien aux opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes a été créé le 28 novembre à Besançon autour d’Europe Ecologie Les Verts, de l’Appel Pour une Insurrection des Consciences, des Alternatifs, de l'union syndicale Solidaires, du Parti de gauche, du Nouveau Parti Anticapitaliste, de la Gauche anticapitaliste et de l’Association Multiculturelle des Etudiants Bisontins. Une manifestation sera organisée le 8 décembre place du 8 septembre dans le cadre d’une mobilisation nationale. Les organisateurs font encore appel à d’autres organisations dont la Confédération paysanne qui a lancé une pétition.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages