Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Les lycéens bisontins manifestent contre les suppressions de poste le 11 avril

brève

Vendredi 5 avril 2013 / Roland Vasic

Les élèves du lycée Louis Pasteur, avec l'Union Nationale Lycéenne, appellent à un rassemblement devant leur établissement à 8h30 le 11 avril. Ils ont sollicité également ceux des lycées Jules Haag et Louis Pergaud « pour contester les 70 postes d'enseignants supprimés dans la région, les 5 postes touchés au lycée Pasteur dont 3 à temps complet qui remettent en cause les options artistiques, spécificité de l'établissement », selon Clément Delbende représentant fédéral de l'UNL. Le rassemblement devrait aussi être suivi d'une manifestation dans les rues du centre-ville.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Vignoble de la Haute-Loue : six mois de redressement judiciaire

brève

Vendredi 5 avril 2013 / Roland Vasic

Mots-clés: vignevin

Le tribunal de grande instance de Besançon s'est prononcé aujourd'hui pour un redressement judiciaire du domaine de la Haute-Loue qu'exploite Denis Pin. Ce dernier avait déposé le bilan mardi et sollicité cette décision afin de « souffler un peu et poursuivre son activité ». Il se dit à présent « soulagé et encouragé par de nouvelles commandes de Franc-Comtois installés à Paris et le soutien de locaux, dont le maire d'Ornans Jean-François Longeot ». Le passif s'élevant à 70.000 euros de dettes et 52.000 euros de découvert, le risque de liquidation n'était pas nul et menaçait également l'association Ruranim à qui il loue la vigne, la cuverie et le magasin pour environ 2.000 euros. Denis Pin déplore « quelques difficultés financières structurelles et une mauvaise année 2012 de récolte . » Les 20 et 21 avril se tiendront donc des journées portes ouvertes au domaine de la Haute-Loue, dans le cadre de la manifestation « Bienvenue à la ferme ». 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Michel Vialatte plaide pour une fusion territoriale en Franche-Comté

brève

Mercredi 3 avril 2013 / Daniel Bordür

L'ancien conseiller général du Doubs et conseiller municipal de Besançon Michel Vialatte (RPR à l'époque) est aujourd'hui un « observateur engagé ». Il propose au sénateur et président du Conseil général du Doubs Claude Jeannerot (PS) de prendre « l'initiative d'un grand dialogue inter institutionnel entre conseils généraux et conseil régional pour engager au plus vite le projet de créer la Collectivité territoriale de Franche-Comté », à l'image du projet soumis à référendum dimanche 7 avril en Alsace. L'ancien élu estime que le « poids politique » et « l'expérience professionnelle passée à la gestion de grandes institutions publiques nationales » de Claude Jeannerot le « prédisposent » à prendre une telle initiative.
Dans l'esprit de Michel Vialatte, le siège de cette collectivité serait à Besançon où se réunirait l'assemblée délibérante, un conseil exécutif « siégerait par exemple à Dole » tandis que l'Aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt verrait « l'implantation de services de la collectivité territoriale ». Elément le plus prometteur de la droite bisontine dans les années 1990 tout en dirigeant les services du Conseil général de l'Essonne, Michel Vialatte quitta la région pour diriger le cabinet du maire de Nice Jacques Peyrat (FN puis UMP), puis les services de la communauté d'agglomération Nice Côte d'Azur où il avait eu quelques ennuis judiciaires.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Affaire Cahuzac : que savait Pierre Moscovici ?

brève

Mercredi 3 avril 2013 / Daniel Bordür

Une affaire Moscovici se cache-t-elle derrière l'affaire Cahuzac ? Le ministre franc-comtois a-t-il couvert son collègue ?
Voir ce qu'en dit France3 Franche-Comté

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Jean-Sébastien Leuba : « Le débat préférable à la crispation autoritaire »

brève

Mercredi 3 avril 2013 / Daniel Bordür

Jean-Sébastien Leuba, qui avait quitté en silence le conseil municipal de Besançon le 26 mars dernier en raison de propos très durs prononcés à son égard par son camarade du PS Franck Monneur, réagit : « Les propos réitérés à mon encontre par un élu, ancien responsable du groupe socialiste et républicain, sans parler des propos anonymes à mon égard, sont indignes du débat démocratique et discréditent leurs auteurs. Je pense que dans la période actuelle de défiance envers la parole publique, la transparence et le débat sont toujours préférables à la crispation autoritaire et à l'insulte. La commission transparence a confirmé la légitimité de mes interrogations pour lesquelles j'ai été sanctionné. J'attends désormais les réactions du Secrétaire de la section socialiste de Besançon et du Président du groupe socialiste et républicain. Pour ma part je ne participerai pas à cet abaissement démocratique. Au delà de ce débat, je continuerai à travailler avec d'autres, à la mise en oeuvre des valeurs de solidarité et d'humanisme chères à nos concitoyens pour répondre au défi écologique, économique et social de notre capitale régionale ».

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Julie Baverel nouvelle présidente du Modem 25

brève

Mardi 2 avril 2013 / Roland Vasic

Julie Baverel devient la présidente du Modem dans le Doubs sur décision du secrétariat national. La candidate aux dernières législatives, professeur des écoles à Beure, prend ainsi la place que Philippe Gonon a choisi de laisser vacante en partant à l'UDI de Jean-Louis Borloo. Michel Josse est nommé président délégué. Le duo devra proposer un nouveau bureau départemental en vue de préparer les élections municipales l'année prochaine. 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le poisson d'avril de la FCPE

brève

Mardi 2 avril 2013 / Daniel Bordür

La FCPE du Doubs, organisation majoritaire chez les parents d'élèves de l'enseignement public, bataille depuis plusieurs mois contre l'augmentation des tarifs de bus dans l'agglomération de Besançon. Pour qu'on n'oublie pas son combat, elle a annoncé le 1er avril que le Grand Besançon étudiait très sérieusement la gratuité du transport scolaire, comme à Aubagne ! Aujourd'hui, elle avoue la supercherie : c'était un poisson !
Elle en profite pour rappeler que « le coût estimé pour la gratuité du transport scolaire des collégiens est de 300.000€ », chiffre qu'elle met en regard de la subvention du Conseil général de 3 millions pour ledit transport. L'agglo bisontine fait valoir que les abonnements Diabolo ne servent pas qu'au transport scolaire, mais à tous les trajets des collégiens, qu'ils aillent ou non au collège... Quoi qu'il en soit, la FCPE indique qu'elle « n'abandonne pas le combat pour un transport scolaire gratuit, ainsi qu’il se pratique dans tout le département ». Elle annonce aussi qu'elle va « mobiliser tous les parents d’élèves pour interpeller les conseillers municipaux de chaque commune de la CAGB ».

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Rythmes scolaires : davantage de reports à 2014 en Franche-Comté

brève

Samedi 30 mars 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: rythmes scolaires

Outre Besançon, d'autres villes ont choisi également de repousser la mise en oeuvre de la réforme des rythmes scolaires à l'école primaire à la rentrée 2014 : Dole, Lons-le-Saunier, Saint-Claude, Audincourt, Morteau, Pontarlier, Maîche, Gray, Lure, Luxeuil...
En revanche, Belfort, Montbéliard, Héricourt, Vesoul ont décidé de l'appliquer dès septembre 2013.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Microtechniques : l'Institut Pierre Vernier ferme ses portes

brève

Vendredi 29 mars 2013 / Roland Vasic

L'Institut Pierre Vernier, centre régional d'innovation et transfert de technologie, ferme ses portes et licencie 18 personnes aujourd'hui. Situé au Technopole Temis, « vitrine micro-technique que l'on détruit sans discernement» selon l'un de ses derniers salariés, le centre travaillait notamment pour la Défense nationale. Créé en janvier 2007 sous forme associative, il avait rassemblé différents centres de transfert et  sa fonction était de mettre en lien les laboratoires de recherche et les entreprises. L'Etat et la Région en ont été à l'initiative. L'Université de Franche-Comté, l'Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, l'Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et des Micromécaniques ont participé à sa fondation. D'après le salarié contacté, « le modèle économique qui imposait la recherche de fonds propres à hauteur de 50% pour les projets n'était pas viable ». Six personnes auraient reçu des propositions sérieuses d'emploi, six autres seraient plus en difficulté. 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le président de la Ligue des droits de l'homme à Besançon mercredi 3 avril

brève

Vendredi 29 mars 2013 / Daniel Bordür

La Ligue des droits de l'homme de Besançon organise un débat sur l'économie sociale et solidaire « pont entre valeurs humaines et efficacité économique ? » avec son président national Pierre Tartakowsky. Pierre Besançon, vice-président du Conseil économique, social et environnemental, Denis Sommer, vice-président du Conseil régional, Jacques Seguin, président de la chambre régionale de l'économie sociale et solidaire interviendront notamment dans les échanges qui se tiendront au Kursaal (salle Proudhon), mercredi 3 avril à 20 h.
L'économie sociale et solidaire représente plus de 10% des emplois en Franche-Comté.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Des vieux obus déminés avec précaution

brève

Jeudi 28 mars 2013 / La rédaction

Des obus datant des deux guerres mondiales étaient entreposés au fort de Bessoncourt, mais la préfecture du Territoire de Belfort ne l'a su qu'à l'automne dernier. Les démineurs de Colmar les déménagent avec minutie... Voir sur le site de France3.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Jacques Grosperrin candidat de l'UMP à la mairie de Besançon

brève

Mardi 26 mars 2013 / Roland Vasic

Jacques Grosperrin
Jacques Grosperrin, assistant au conseil municipal de Besançon le 5 mars 2013. Ph DB

Jacques Grosperrin est désigné tête de liste UMP pour les élections municipales à Besançon. Alors que dans la journée, Jean-François Humbert s'était déclaré candidat à la candidature pour la formation de droite, le quatrième avec Pascal Bonnet et Jean Rosselot, la commission nationale d'investiture de l'UMP s'est prononcée en faveur de Jacques Grosperrin. L'ex-député de la 2ème circonscription du Doubs est un soutien de Jean-François Copé. La campagne s'annonce vive. 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pavé dans la mare : le rapport sur le blog du Bisonteint

brève

Mardi 26 mars 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: Pavé dans la mare

Le Bisonteint publie sur son blog le rapport de la commission transparence que le conseil municipal de Besançon avait mis en place à propos des relations entre la Ville et l'association d'art contemporain Le Pavé dans la mare. Accessoirement, mais pas du tout de façon anecdotique, l'adjoint à la culture Yves-Michel Dahoui était visé par des accusations de plusieurs élus d'opposition.   Le rapport indique notamment que « les conditions de vente de l'oeuvre Dédale n'étaient pas conformes aux usages en vigueur et que l'acquisition aurait dû avoir lieu entre la Ville et l'artiste ». L'élu socialiste Jean-Sébastien Leuba n'avait pas dit autre chose avant d'être démis de sa délégation par le maire. 

 

 

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Valérie Pécresse devant 400 militants UMP à Miserey-Salines

brève

Lundi 25 mars 2013 / Daniel Bordür

La secrétaire générale déléguée de l'UMP et ancienne ministre des Universités, Valérie Pécresse, était samedi à Miserey-Salines pour un dîner avec 400 militants UMP. Elle n'a pas annoncé le nom de la tête de liste pour les municipales bisontines, seulement qu'il n'y aura pas de parachutage national. Elle a évidemment rencontré les différents candidats à la candidature... Le suspense est insoutenable.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pavé dans la mare : Michel Omouri « scandalisé »

brève

Lundi 25 mars 2013 / Daniel Bordür

Le conseiller municipal bisontin Michel Omouri (UMP) se dit dans un communiqué « scandalisé de voir les conclusions de la Commission transparence du Pavé dans la Mare étalées dans les médias locaux » tout en reconnaissant qu'ils « font bien leur travail d’information en diffusant ». Factuel.info avait été le premier à dire que la commission n'avait rien trouvé à l'encontre de l'adjoint à la culture Yves-Michel Dahoui.
Michel Omouri rappelle aussi qu'il avait voté contre la constitution de cette commission qui réservait deux postes sur neuf aux élus de l'opposition. Il était d'ailleurs le seul à l'avoir fait, ce que son communiqué ne précise pas. Pour lui, il s'agissait de « créer une commission pour enterrer l'affaire ». Le fait que la commission ait adopté ses conclusions à l'unanimité met une nouvelle fois dans la lumière les contradictions qui traversent la droite municipale.

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages