Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Un forum professionnel sur le commerce en octobre à Belfort

brève

Lundi 11 mars 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: commerce

Belfort accueillera les 7 et 8 octobre à l'Atria une manifestation professionnelle à l'intention du monde du commerce : le Forum Pro-Est. Il s'agira d'un « mélange entre un salon de fournisseurs des commerçants (à mi chemin du salon parisien biennal Equip-Mag 500 et de l'agora pour que les professionnels échangent, on sera loin du schéma du stand qui ne correspond plus aux attentes, mais plutôt dans une démarche inter-active », explique-t-on à la CCI du Territoire de Belfort qui présentera le détail du programme vendredi. 500 professionnels du Grand-Est sont attendus à cette manifestation qui entend prendre une dimension Grand-Est. D'ailleurs, les présidents des CCI d'Alsace, Franche-Comté, Jura, Haute-Saône et Côte d'Or devraient être là lors de la conférence de presse, mais pas celui du Doubs.
Quelle est la raison de cette absence ? Il se murmure que la régionalisation des chambres de commerce a été compliquée, pour ne pas dire conflictuelle. Le produits des taxes finançant les chambres ne va plus aux chambres départementales, mais à la chambre régionale qui, après s'être servie, reverse leur quota-part aux chambres départementales. Forcément, la répartition n'a pas fait que des heureux. Et les velléités de constitution d'une CCI Aire Urbaine n'ont pas non plus milité pour une vision partagée des choses...  

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Une chaîne anti-nucléaire samedi à Besançon

brève

Vendredi 8 mars 2013 / Daniel Bordür

Le collectif associatif et politique Stop Nucléaire 1 organise une « réaction en chaîne » ce samedi 9 mars à 14 h 30, place Pasteur à Besançon, en lien avec une manifestation identique à Paris. Il entend ainsi rappeler les deux ans - lundi 11 mars - de l'accident de Fukushima et ses conséquences : « des désastres humains et environnementaux qui, malgré le silence des grands médias français, ont modifié profondément la nature du débat sur l’énergie nucléaire ». Il souligne l'interrogation de  Willy De Roovere, qui a dirigé l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire Belge : « Nous devons nous demander si le risque est acceptable pour la société. Je pense qu’aujourd'hui’hui il ne l’est plus ».

Le collectif bisontin est favorable à « un arrêt définitif du nucléaire civil et militaire, pour des mesures efficaces de sobriété énergétique et pour un développement d’un mix énergétique renouvelable ». Il estime qu'après la décision de plusieurs pays européens de préparer la sortie du nucléaire, la France est « isolée » et soumise au « lobby nucléaire » avec l'annonce de « la création d'un fonds de soutien à la filière nucléaire avec les contributions financières d'AREVA, EDF et pour un tiers par le fond stratégique  d'investissement de l’Etat ! »

  • 1. APIC, CAC, Resto trottoir, FNE, Solidaires, Alternatifs, Gauche Anticapitaliste et PG (membres du Front de Gauche), EELV, NPA

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

8 mars : toute l'égalité, rien que l'égalité

brève

Jeudi 7 mars 2013 / Roland Vasic

A l'origine la journée internationale des droits des femmes est liée aux revendications du mouvement ouvrier. La lutte pour une égale considération de leur activité professionnelle est actuelle. Divers évènements sont organisés dans la région :
8h30, collége Albert Camus de Besançon : « séance de sensibilisation à l'égalité filles-garçons », le recteur Eric Martin rencontre des élèves de classe de 3ème.
De 9h30 à 11h, espace associatif Simone de Beauvoir, 14 rue Violet à Besançon : débat sur l'égalité femmes-hommes « Les femmes d'aujourd'hui sont-elles condamnées à être des super-women ? », organisé par le CIDFF après la projection du film Vies croisées.
14h à 16h, lycée Pergaud à Besançon, table ronde sur l'égalité filles-garçons, organisée par la LMDE et la FCPE.
16h30, devant le supermarché de Montrapon, 3 place rue Pierre de Coubertin et l'école maternelle, 18 avenue de Montrapon à Besançon, l'association Halte discriminations organise « la rose du 8 mars » offerte aux parents et en particulier aux pères.
18h à 19h, place Pasteur à Besançon, Amnesty international, Osez le féminisme et Solidarités femmes appellent à un rassemblement.
20H, Lure, la municipalité programme au cinéma Mélies un débat en présence de femmes d'horizons différents et la projection de la comèdie We want sex equality

 

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Une conférence-projection « Contre information » mardi à Besançon

brève

Dimanche 3 mars 2013 / Michèle Tatu

Dans le cadre d'un programme initié par le pôle de recherche Contrat Social en amont du projet « Puisqu'on vous dit que c'est possible » Besançon-Tanger 2013, l'Institut supérieur des beaux arts de Besançon organise une conférence-projection animée par Nicole Brenez, professeur à l'Université Paris 3 et membre de l'Institut Universitaire de France. Elle programme les séances d'avant-garde de la Cinémathèque française. Auteure de nombreux livres (parmi lesquels L'invention figurative du cinéma en 1998 et Le Cinéma d'avant-garde mode d'emploi en 2010), elle consacre une réflexion au cinéma des groupes et collectifs oubliés, notamment le Groupe 
Medvedkine de Besançon.
Mardi 5 mars au Cinéma Kursaal (entrée libre).

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Bourgeois va s'agrandir à Besançon

brève

Vendredi 1 mars 2013 / Daniel Bordür

Spécialisé dans les pièces pour moteurs électriques, le groupe Bourgeois de Besançon va s'agrandir. Il va récupérer des terrains qui accueillaient l'ancienne caserne de gendarmerie de Trépillot dont les travaux de démolition ont commencé. 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Viande de cheval : l'administration contrôle 22 magasins du Doubs

brève

Jeudi 28 février 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: cheval

Vingt deux commerces du Doubs (deux hypermarchés, dix supermarchés, deux détaillants de surgelés et huit supérettes) ont été contrôlées par la DDCSPP (direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations, qui a récupéré les services vétérinaires), indique un communiqué de la préfecture. L'administration a constaté que les produits surgelés Findus ou des marques distributeurs fabriqués par Comigel, susceptibles de contenir du cheval, avaient bien été retirés de la vente. 
Le communiqué indique cependant, assez curieusement, que « la Franche-Comté n'est pas concernée par la filière de distribution des produits Spanghero ». On en trouve en effet notamment dans les rayons des plats cuisinés en conserve dans plusieurs magasins de Besançon.

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La presse numérique d'information saisit François Hollande sur la TVA

brève

Mercredi 27 février 2013 / Daniel Bordür

Le SPIIL, syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (auquel adhère Factuel.info), vient d'écrire au président de la République après que nos confrères Dijonscope et Arrêt sur Image ont subi un redressement fiscal pour avoir appliqué le même taux réduit de TVA à 2,1% que la presse imprimée. Le SPIIL demande que le même taux de TVA soit appliqué la presse, quel que soit le support, alors que l'administration fiscale entend appliquer un taux de 19,6%. Aussi bien Nicolas Sarkozy que François Hollande s'étaient prononcés pour une TVA égale pour tous les journaux d'information.  

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Jean-Michel Villaumé rejoint la gauche populaire

brève

Lundi 25 février 2013 / Roland Vasic

Le maire d'Héricourt et député de la deuxième circonscription de Haute-Saône, rejoint le réseau proche du Parti socialiste. Il est encore le seul signataire franc-comtois. Le Manifeste de la gauche populaire a été rendu public le 20 février à l'Assemblée nationale. Son initiative date de 2011, en rupture avec la tentation d'un éloignement des catégories populaires formulée par le think tank Terra nova. En réfèrence à Jaurès et au Front populaire dans sa version socialiste, le réseau entend « rassembler, autour d’une analyse et de propositions, celles et ceux, élu-e-s, militant-e-s, citoyen-ne-s, qui estiment que la défense des couches populaires, la prise en compte de leurs intérêts et de leurs attentes, est à la fois la vocation identitaire et historique de la gauche et la condition stratégique de sa réussite. »
La formation s'inquiète notamment de l'implantation durable du Front national dans les territoires périurbains et ruraux. Elle définit cinq grands chantiers : pouvoir d'achat, la lutte contre l'exclusion, protection des salariés, renfort de l'éducation et renouveau laïque et formule des propositions    comme « une grande réforme fiscale redistributive fondée sur la progressivité de la CSG », des « contrats d'activité » pour les chômeurs, des compléments de revenus pour les travailleurs précaires, une présence de l'Etat au capital d'entreprises considérées comme stratégiques dans la mondialisation, un dispositif public de soutien scolaire, et une inscription dans la Constitution de la neutralité des services publics et des agents. 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

L'opposition belfortaine Place d'Armes

brève

Lundi 25 février 2013 / Roland Vasic

La rénovation de la Place d'Armes au centre ville de Belfort a donné à l'UMP et au MODEM l'occasion d'un début de semaine en fanfare. Dès potron-minet (à 4 heures du matin), une vingtaine de militants UMP se sont rassemblés pour s'opposer à l'abattage des marronniers sur la place en travaux, sujet de contentieux lors des derniers conseils municipaux.
Bravant le froid, certains ont grimpé dans les arbres pour empêcher qu'ils ne soient coupés par les agents de l'ONF.  C'est Damien Meslot, député UMP et opposant au maire Etienne Butzbach, qui dirige l'opération, relayé dans les réseaux sociaux et soutenu notamment par Christophe Grudler du MODEM. Le maire a parlé « d'attitude factieuse », demandé une intervention du préfet et porté plainte pour vol des panneaux interdisant le stationnement. Le dernier militant perché est redescendu du marronnier vers 13h15. Un rassemblement « citoyen » est annoncé ce lundi à 17h30.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le sénateur du Doubs Jean-François Humbert pour une charte sportive européenne

brève

Samedi 23 février 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: Union européenne

Une Charte sportive de l'Union européenne permettrait notamment de définir « les enjeux européens du sport » auquel fait référence le Traité de Lisbonne et confèrerait une réelle portée politique au principe de spécificité du sport. C'est la conclusion du rapport « Plus vite, plus haut, plus fort ? L'union européenne et le sport professionnel » qu'a rédigé le sénateur du Doubs Jean-François Humbert (UMP). Le parlementaire suggère notamment de s'inspirer de la Charte des droits fondamentaux, qui avait repris la charte sociale, pour l'étendre au sport professionnel. On peut accéder au rapport ici.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Maintien du TGV Paris-Pontarlier-Neuchatel-Berne : 20.000 signatures

brève

Samedi 23 février 2013 / Daniel Bordür

La pétition initiée par les villes de Pontarlier et Neuchâtel en faveur du maintien du TGV Lyria (Paris-Berne) a recueilli 20.000 signatures, dont 13.000 en Suisse et 7.000 en France. Elle sera remise mardi 26 février au siège parisien de la SNCF, à la Défense, aux directeurs de SNCF-Voyages et de Lyria (filiale commune à la SNCF et aux CCF, les Chemins de fer fédéraux suisse), puis le 1er mars aux autorités fédérales bernoises, par une délégation d'élus suisses et franc-comtois et un représentant de la FNAUT (fédération nationale des associations d'usagers des transports). Il doit notamment y avoir Alain Fousseret (vice-président EELV du Conseil régional), Patrick Genre (maire DVD de Pontarlier), Philippe Alpy (maire UMP de Frasne), Claude Nicati (conseiller d'Etat du canton de Neuchâtel), Olivier Arni (conseiller communal de Neuchâtel).

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Sept manifestations le 5 mars contre l'accord national interprofessionnel

brève

Samedi 23 février 2013 / Daniel Bordür

Sept rassemblements et/ou manifestations sont organisées en Franche-Comté mardi 5 mars à l'occasion d'une journée nationale d'opposition à la transcription « en l'état » dans la loi de l'accord national interprofessionnel signé entre le MEDEF, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. Ils auront lieu à Besançon (10 h, parking Battant), Montbéliard (12h30, Champ de foire), Vesoul (16h30, Conseil général),  Gray (16h30, quai Mavia), Dole (10h30, place de la Sous-préfecture), Lons-le-Saunier (15h, place de la Liberté) et Belfort (10h, Maison du peuple).
Selon la CGT, FO et la FSU du Doubs, l'accord « organise une plus grande flexibilité pour les salariés, un recul des droits individuels et collectifs au bénéfice des employeurs. La lutte contre le chômage appelle une rupture avec les politiques d'austérité et de rigueur ».

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Débrayages à PSA Sochaux

brève

Vendredi 22 février 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: PSAautomobile

Pas d'augmentation des salaires, a annoncé mardi la direction aux syndicats. Les négociations salariales chez PSA ne satisfont pas les salariés du site de Sochaux. A l'appel de la CGT, et selon le syndicat, 130 personnes ont débrayé dans la nuit de jeudi à vendredi, et une centaine de l'équipe du matin ont cessé le travail. Un rassemblement est annoncé ce vendredi à 17 h dans l'usine. Un débrayage a touché la forge du site de Mulhouse et l'usine d'Aulnay, menacée de fermeture, était en grève. La CGT indique dans un communiqué que « la situation du marché automobile européen est essentiellement imputable aux politiques d'austérité menées en Europe (...). Seule une augmentation conséquente du pouvoir d'achat des familles permettrait de relancer l'économie ». 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Ce que fait Barbara Romagnan de sa réserve parlementaire

brève

Jeudi 21 février 2013 / Daniel Bordür

Mots-clés: Barbara Romagnan

La députée du Doubs Barbara Romagnan (PS) publie sur son site les bénéficiaires de sa réserve parlementaire. Il s'agit de douze collectivités locales et cinq associations pour des projets rentrant dans les priorités qu'elle avait indiquées durant sa campagne électorale : enfance, éducation-formation, santé et développement durable. Chaque député peut ainsi attribuer 130.000 euros par an. 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Campagnols : controverse entre Annie Genevard et François Mandil

brève

Mercredi 20 février 2013 / Daniel Bordür

La députée Annie Genevard (UMP, Doubs) a demandé au ministre de l'Agriculture un moratoire sur son projet d'arrêté abaissant le seuil de traitement chimique des pullulations de campagnols, autrement dit la bromadiolone. Dans un communiqué, la parlementaire indique qu' « alertée par la profession », elle avait dès son élection en juin 2012, « encouragé le Gouvernement à maintenir le seuil réglementaire de traitement chimique de ce fléau, tout en précisant qu’il était important d’encourager des pratiques agricoles naturelles susceptibles de contenir l’infestation des sols ». Mme Genevard demande aussi « une consultation et un travail en partenariat avec les organisations professionnelles concernées ».
Le suppléant de Mme Genevard n'est autre qu'Eric Liégeon, secrétaire général de la FDSEA du Doubs.
La bromadiolone est accusée par les défenseurs de l'environnement de faire des ravages parmi la faune sauvage prédatrice des campagnols, notamment les rapaces, mais aussi les renards ou les lynx... La plupart sont protégés, comme le milan, la buse ou le lynx...
Réagissant à l'initiative de la députée, François Mandil (EELV Haut-Doubs) estime qu'elle « se trompe d'ennemi ». Dans un communiqué, il rappele que le « seuil réglementaire d’utilisation de la bromadiolone est de 50 % d’indices de présence de campagnol terrestre. Au-delà, il est trop tard pour traiter et l’utilisation de la molécule est interdite... Ce seuil est trop élevé, il faut le réduire à 30% afin de diminuer les rejets de molécules chimiques dans l’environnement et de protéger les populations non-cible. Nous souhaitons aller progressivement vers l’abandon des traitements chimiques ».

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages