Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les brèves

Gilles Da Costa directeur général des services du département du Doubs

brève

Lundi 4 janvier 2016 / Daniel Bordür

Directeur général des services du Conseil régional de Franche-Comté depuis 2008, Gilles Da Costa redevient DGS du Doubs, poste qu'il avait occupé sous plusieurs présidents, de Georges Gruillot (RPR) et Claude Girard (RPR) à Claude Jeannerot (PS). Entre temps, il a aussi dirigé l'Institut national des études territoriales de Strasbourg qu'on présente souvent comme l'ENA de la fonction publique territoriale.

A 56 ans, Gilles Da Costa remplace Gildas Barruol, recruté par Claude Jeannerot, dont Christine Bouquin, élue présidente du conseil départemental du Doubs en avril 2015, a souhaité se séparer. Gilles Da Costa aura été un éphémère directeur général adjoint du nouveau Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, du 1er au 4 janvier très exactement. Il préside par ailleurs le comité régional de cyclisme de Franche-Comté.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

17 organisations constituent un observatoire régional de l'état d'urgence

brève

Mardi 22 décembre 2015 / La rédaction

Dix sept organisations de la gauche associative, syndicale et politique réclament la levée immédiate de l'état d'urgence qui dépasse selon elles « la cible qu'il affirme se fixer en suspendant nombre de libertés démocratiques » et vise à leurs yeux également « tout mouvement social de contestation ». En attendant cette suspension, elles ont ont constitué un observatoire régional de l'état d'urgence.

Voir leur communiqué et les signataires ici.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Baptiste Séréna rejoint le général Tauzin

brève

Lundi 21 décembre 2015 / La rédaction

Baptiste Séréna avait connu une ascension rapide au sein de l'UMP dont il était devenu le responsable des jeunes pour le Doubs, jusqu'à un clash avec les dirigeants du parti. Cela l'avait conduit à soutenir des candidats socialistes aux élections cantonales de mars dernier dans plusieurs cantons bisontins. Il avait ensuite rejoint l'UDI, mais il avoue aujourd'hui sa déception pour ce parti qu'il considère « comme les autres ». De la même façon, il ne soutient plus Alain Juppé pour la primaire à droite car il est selon lui « piégé par le parti auquel il appartient ».

Animé d'un profond désir d'engagement, Baptiste Séréna annonce qu'il va désormais s'impliquer au côté du général Didier Tauzin qui a fondé l'association France, Terre d'espérance et se revendique de l'héritage du gaullisme.

Etat d'urgence : les manifestations du dernier week-end de novembre interdites

brève

Jeudi 26 novembre 2015 / La rédaction

Les préfets des quatre départements de Franche-Comté ont interdit les manifestations durant le week-end des 28 et 29 novembre, celui-là même qui a été choisi par le collectif climat pour organiser des marches et des animations à l'occasion de la COP 21, la conférence internationale sur le climat. Indiquant agir « conformément aux instructions du ministre de l'Intérieur », et a pris des arrêtés interdisant « les manifestations et rassemblements festifs et les rassemblements revendicatifs ».

La raison suivante est donnée : « La mobilisation des forces de sécurité pour assurer les mesures prioritaires à la sécurisation générale du territoire est totale et dès lors, elles ne peuvent être soustraites de cette mission prioritaire pour assurer notamment la sécurité spécifique des cortèges sur la voie publique. »

En revanche, les hommages aux victimes des attentats et les marchés de Noël ne sont « pas concernés ».

C'est peu de dire que cette décision n'arrange pas les dizaines d'associations et organisations regroupées au sein de la coalition-climat qui avait programmé, de longue date, des manifestations dans tout le pays. « L'état d'urgence, c'est aussi l'état d'urgence climatique », souligne le collectif bisontin qui « regrette que l'interdiction cible spécifiquement les manifestations à caractère revendicatif, précisément aux dates prévues pour les manifestations pour le climat ».

Ne souhaitant pas prendre le risque de poursuites judiciaires, le collectif a donc annulé la manifestation prévue dimanche à 14 h 30 place de la Révolution. Cependant, il propose que chacun « puisse montrer sa mobilisation et ses attentes » par deux types d'actions symboliques. D'abord un dépôt de vieilles chaussures ou d'empreintes découpées, au même endroit à partir de 14 h, afin de « symboliser les pas des personnes qui devaient participer à cette marche ». Ensuite en affichant du vert aux fenêtres et balcons de la ville, avec ou sans message.

Dans le Jura, les candidats EELV aux élections régionales, sans faire référence à l'interdiction de manifester, organisent à l'intention des « passants-participants » des animations « Je sauve le climat » samedi matin sur le marché aux fleurs de Dole, l'après midi place de la Liberté à Lons-le-Saunier.

Les listes LR-UDI de Franche-Comté pour les élections régionales

brève

Lundi 2 novembre 2015 / La rédaction

Doubs

1 Patrick Genre, cadre à La Poste, maire de Pontarlier, 53 ans.
2 Françoise Branget, ancienne député, conseillère départementale, 62 ans.
3 Valère Nedey, chef d’entreprise, 60 ans.
4 Catherine Comte-Deleuze, conseillère municipale de Besançon.
5 Jean-Pierre Dartevelle, chirurgien dentiste, 65 ans.
6 Laurence Mulot, agent commercial immobilier, 51 ans.
7 Daniel Prieur, Président de la Chambre d’Agriculture,
8 Hélène Henriet, adjoint administratif, 44 ans.
9 Pierre Vaufrey, maire-adjoint de Morteau, déclarant en douane, 63 ans.
10 Laurence Cornier, cadre santé, 40 ans.
11 Didier Klein, enseignant chercheur.
12 Agathe Henriet, conseillère départementale, avocate, 42 ans.
13 Pascal Routhier, Maire de Saint-Vit, ingénieur en BTP, 54 ans.
14 Micheline Creusy, gérante de société, 70 ans.
15 Gérard Dèque, Maire de Métabief
16 Nadia Abidi, Secrétaire de Mairie
17 Christian Brand, Maire de Belvoir, agriculteur, 60 ans.
18 Laora Hirschi, dirigeante d’entreprise, 29 ans.
19 Bahdji Kedere Nadjem, Chargé de mission PMA, 54 ans.
20 Claire-Hélène Vasseur-Dias, enseignante.
21 Pascal Bonnet, Médecin psychiatre, 54 ans.

Jura

1 Hélène Pélissard, conseillère départementale, prof d'économie, (Lons-le-Saunier), 58 ans
2 Jean-Philippe Lefèvre, ajdoint au maire, prof d'histoire (Dole), 50 ans
3 Sylvie Vermeillet, conseillère départementale, conseillère régionale (Cernans), 48 ans
4 Serge Lacroix, maire de Moirans, 61 ans
5 Véronique Bouvret, présidente Medef 39, Prémanon, 51 ans
6 Etienne Rougeaux, maire d'Ecleux, 51 ans
7 Sophie Oblinski, adjointe au maire de  Lons-le-Saunier, 43 ans
8 Simon Estève (Le Pin), 22 ans
9 Claire Bourgoin-République, vice-présidente du Grand Dole, 46 ans
10 Jean Robert Bondier, assistant parlementaire (Villards-d’Héria), 36 ans
11 Sandrine Gauthier-Pacoud, maire de Mesnois, 48 ans

Haute-Saône

1 Alain Joyandet, sénateur, éditeur, 61 ans
2 Anne-Laure Fléty, conseillère régionale, cadre hospitalier, 37 ans.
3 Stéphane Kroemer, conseiller régional, chercheur en microbiologie.
4 Véronique Degallaix, conseillère régionale
5 Alexandre Lacroix, salarié d’organisme agricole
6 Isabelle Gehin, directrice d’association économique et sociale, 48 ans.
7 Loic Cavagnac , chef d’entreprise, 47 ans.
8 Anne Lagarrigue, avocate, 44 ans.
9 Luc Sengler, médecin urgentiste, 38 ans.
10 Malika Grenier, cadre bancaire, 35 ans.

Territoire de Belfort

1 Didier Vallverdu, professeur de mathématiques, 42 ans.
2 Laëtitia Guilbert, collaboratrice parlementaire, 30 ans.
3 Didier Mathieu, informaticien, 46 ans
4 Delphine Mentre, adjointe au maire de Belfort, 36 ans
5 Philippe Sirieix, coordinateur de projet SI
6 Sylvie Chrétien, agricultrice, 50 ans.
7 Monsieur Michael Juhin, étudiant, 21 ans.

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Saint-Claude : La Fraternelle va-t-elle disparaître ?

brève

Mercredi 28 octobre 2015 / La rédaction

« Malgré tous nos efforts, nous sommes dans une situation financière très fragile : nous n'avons plus d'emplois aidés, les collectivités sont elles-mêmes  étranglées par les reports de charge que l'État leur inflige. Elles ne perçoivent pas toujours ce que représente la Maison du Peuple, ses archives et les soixante bénévoles qui la font vivre pour le territoire et pour la culture grâce à son patrimoine et à ses actions et donc elles refusent d'augmenter leurs faibles subventions de fonctionnement... » A ce message alarmiste de la Fraternelle de Saint-Claude, s'ajoute une pétition en ligne déjà signée par plus de 500 personnes.
Les activités ne sont pas en cause, elles sont financées par les activités de la Fraternelle (Arts plastiques, animations, archives, boutique, cinéma, groupes musicaux, théâtre). C'est la charge du bâtiment et du remboursement des crédits pour la restauration qui plombent les comptes.
 

Un polar français en alsacien !

brève

Dimanche 18 octobre 2015 / La rédaction

Nos confrères Jacques Zimmermann et Jean-Marie Skoerkel publient aux Editions du Bastberg le premier polar en français et en alsacien : Le tueur à la coiffe alsacienne alias D’r Teter mit dem Elsàssesch Schlupf-Hüewa. Le sujet de ce roman policier alsacien se situe en pleine actualité. Pendant cette année 2015 où l’Alsace se prépare au mariage forcé dans la grande région Acal et que les états-majors politiques se lancent dans la campagne des élections régionales de décembre prochain, un mystérieux tueur sévit un peu partout, de Strasbourg à Ferrette en passant par Kaysersberg, Sélestat et Munster. L’énigmatique assassin cagoulé porte toujours une coiffe alsacienne et laisse sur les lieux de ses crimes un drapeau rouge et blanc avec l’inscription Elsass Frei  ! Ce polar est aussi une ode à l’Alsace, à son histoire mouvementée, à son riche patrimoine et à ses grands hommes, notamment au plus connu des Alsaciens dans le monde, le Docteur Albert Schweitzer
Jacques Zimmermann a été journaliste à FR3 Alsace, France Bleu Alsace et correspondant de Radio Basilisk à Bâle en alsacien. Il assure des chroniques en alsacien à l’hebdomadaire municipal de Mulhouse M+ et des chroniques d’actualités parlées en alsacien sur le site internet du Mag Haut-Rhin, le magazine du conseil départemental 68. Jean-Marie Stoerkel a été journaliste de L’Alsace à Mulhouse où il s’est occupé pendant plus de trente ans des faits divers. Il est l’auteur de douze précédents livres, dont le dernier, L’enfer de Schongauer, est paru ce printemps aux Éditions du Bastberg.

Première apparition publique à Colmar jeudi 22 octobre, de 10 h à 18 h à la librairie Ruc, 6, place de la Cathédrale. Puis samedi, 24 octobre à Mulhouse, de 10 h à 17 h, à la librairie Bisey, place de la Réunion ; samedi 31 octobre à Munster à la librairie Carpe Diem, Grand'rue ; et samedi 7 novembre à Sélestat à la librairie Wachenheim, rue des Clefs.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Régionales : les communistes de Haute-Saône sont prêts

brève

Jeudi 8 octobre 2015 / La rédaction

Les communistes haut-sâonois ont rendu publique la section départementale de la liste PCF aux élections régionales. « Rassembleuse  et ouverte à la société civile », cette liste est dirigée par le secrétaire départemental Cyril Morlot, Clarisse Puisset, Nasser Diffalah, Thérèse Crevoisier, Jean-Pierre Poinsot, Josette Richard, Michel Tritre, Fabienne Guerrin, Nicolas Lambolez, Nadia Charmy.

Les listes socialistes de Franche-Comté pour les élections régionales

brève

Lundi 5 octobre 2015 / La rédaction

Les quatre sections départementales franc-comtoises de la liste socialiste conduite par Marie-Guite Dufay pour les élections régionales des 6 et 13 décembre sont sans grande surprise. La part belle a été faite aux élus sortants dans trois des quatre départements. Seul, le Territoire de Belfort a largement renouvelé ses candidats et donné la tête de liste à Maud Clavequin, récemment élue première secrétaire fédérale. La vice-présidente à l'éducation, Sylvie Laroche, conduit la liste du Jura où les second et troisième sont nouveaux, tandis que l'élu sortant Pierre Grosset est quatrième. En Haute-Saône, les trois premiers de la liste sont trois conseillers sortants, le premier fédéral Loïc Niepceron la conduisant. Trois sortants sont aux trois premières places dans le Doubs, dont la présidente Marie-Guite Dufay, suivie du premier vice-président Denis Sommer. 

Ces listes semblent taillées pour la continuité en cas de victoire, avec peu de nouvelles têtes. Dans l'hypothèse de la défaite, c'est une grande partie de l'actuel exécutif régional qui se retrouverait dans l'opposition, ce qui lui conférerait expérience et mémoire de l'institution... 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Baptiste Séréna rejoint l'UDI

brève

Dimanche 4 octobre 2015 / La rédaction

Mots-clés: Baptiste Séréna

Il avait présidé les Jeunes de l'UMP du Doubs avant d'être écarté d'un mouvement dont il vertement critiqué le fonctionnement, nous disant notamment dans un entretien avoir « découvert l'envers du décor » après qu'il eut préféré François Fillon à Jean-François Coppé lors de l'élection du président du parti. Baptiste Séréna se « réengage en politique » en rejoignant l'UDI « après un temps d'observation et d'écoute ». Il y a un an, il avait créé l'Union des citoyens pour l'avenir, nous indiquant notamment avoir. Il argumente notamment sur le « respect des liberts ». Aux élections départementales, il avait annoncé préférer des candidats PS Vincent Fuster et Claude Jeannerot face à Michel Vienet, secrétaire départemental de l'UMP, qui l'avait emporté, et Pascal Bonnet... Il remercie Jean-François Longeot et annonce qu'il va s'investir dans la campagne d'Alain Juppé pour la primaire de droite à l'élection présidentielle.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les listes EELV aux régionales

brève

Dimanche 4 octobre 2015 / La rédaction

Europe-Ecologie Les Verts était dans les majorités sortantes en Bourgogne et en Franche-Comté. Le parti fait liste autonome pour ces régionales des 6 et 13 décembre 2015 avec la Bisontine Cécile Prudhomme comme tête de liste régionale. Voir les huit listes départementales ici.

Philippe Meirieu vient soutenir les candidats EELV à Dole

brève

Jeudi 1 octobre 2015 / La rédaction

Professeur de sciences de l'éducation à l'Université de Lyon-2, vice-président de la région Rhône-Alpes où il est délégué à l'éducation, on ne présente plus le pédagogue Philippe Meirieu. Il tiendra lundi 12 octobre à Dole une conférence sur les préorogatives régionales en matière de formation, à l'invitation de Brigitte Monnet, tête de liste pour le Jura, et de Cécile Prudhomme, tête de liste régionale d'EELV.

« Un principe fonde l’écologie politique : prendre soin du monde et de ses habitants. De là, une multitude de combats : contre le pillage de nos richesses matérielles, pour les droits humains et la justice, en faveur d’un nouveau modèle de développement, national et international. Ainsi, deux questions structurent solidairement notre projet : celle de l’irréversibilité des dégâts que nous faisons subir à la planète et celle de notre capacité à mobiliser l’intelligence des humains pour qu’ils puissent construire ensemble un monde habitable et solidaire. Deux objets de travail et de lutte doivent donc nous occuper prioritairement : l’énergie et l’éducation. L’épuisable et l’inépuisable », écrit notamment Philippe Meirieu en guise d'introduction à son propos et au débat qui suivra.

  • A 20 h au manège de Brack, 22 place Barberousse.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Le PCF en campagne au péage

brève

Mercredi 23 septembre 2015 / La rédaction

En campagne pour les élections régionales, les communistes le sont aussi, et ça ne date pas d'hier, pour le retour des autoroutes dans le giron public. Elles ont été vendues en 2005 à « trois multinationales du béton pour 15 milliards alors qu'elles étaient estimées à 22 milliards par la Cour des comptes », indique notamment le tract que les militants bisontins vont distribuer jeudi 24 septembre dès potron-minet au péage de Besançon-nord à Ecole-Valentin. « Sur 100 euros payés, 25 vont directement dans la poche des actionnaires », dénonce le PCF qui trouve que les conditions de la reconduction de la concession leur est trop favorable : « que les entreprises du secteur investissent 3,2 milliards est une petite somme comparée aux 14 milliards de bénéfices qui seront réalisés sur la même période ».

Les écoles Paul-Bert bloquées mercredi 16 à Besançon

brève

Lundi 14 septembre 2015 / La rédaction

Les parents d'élèves des écoles maternelle et élémentaire Paul-Bert de Besançon ont décidé un blocage mercredi 16 septembre pour obtenir l'ouverture d'une classe dans chaque école. La maternelle a 115 élèves répartis en quatre classes dont deux à 28, une à 29 et une à 30 élèves. L'élémentaire a 156 élèves pour six classes (dont un CP à 29 et un CM2 à 27) contre 157 élèves dans sept classes l'an dernier.

« Cela fait trois ans qu'on réclame une cinquième classe pour la maternelle », expliquent les parents qui se battent pour le retour à sept classes en élémentaire. Ils contestent les seuils d'ouverture de 27 enfants en élémentaire et 30 en maternelle appliqués par l'administration.

Pages