Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les recoins

Les tarifs de cantine scolaire font polémique au conseil municipal de Besançon

recoins

Jeudi 11 décembre 2014 / Daniel Bordür

Le conseil municipal de Besançon s'offre une longue polémique sur les hausses de tarifs décidées par la ville. Par exemple ceux des tickets de cantine scolaire, inchangés depuis 2008, qui augmentent pour les quotients familiaux (QF) supérieurs à 1122 et passent de 5,50 à 5,80 €, soit + 5,50%, tandis que les autres ne bougent pas. Ludovic Fagaut (UMP) l'estime trop élevée et aurait préféré un « lissage », autrement dit une augmentation régulière, année après année.

« Vous défendez les plus hauts revenus et vous en avez le droit », lui a répondu l'adjoint à l'éducation, Yves-Michel Dahoui (PS), en soulignant que les tarifs pour les familles aux quotiens familiaux les plus bas, représentant 75% des effectifs, n'avaient pas été augmentés : 1,50 € pour les QF inférieurs à 370, un taux d'effort inchangé (0,41% ou 0,49%) pour les QF entre 370 et 1122.

Fagaut insiste : « vous trouvez que 3.400 € pour une famille de cinq personnes et trois enfants, c'est un haut revenu ? » Dahoui réplique : « je n'ai jamais dit qu'ils étaient riches. Si on avait lissé, on ne serait pas à 5,80 mais à 6 €, donc ça irait à l'encontre de ce que défendez ». Fagaut continue : « le tarif minimum est à 0,80 € à Caen, 1 € à Limoges... » Claudine Caulet (EELV) intervient : « la moyenne nationale du tarif le plus bas est à plus de 2 €, on est encore en dessous... Et on n'a augmenté le repas que de 0,30 €, c'est au maximum 4,80 € par mois ».

Laurent Croizier (MoDem) regrette que ceux qui supportent cette augmentation soient « encore une fois les classes moyennes sur qui tombent toutes les hausses d'impôts ». Le maire Jean-Louis Fousseret ne veut pas rester que sur le prix et va sur les principes : « la restauration scolaire a une diététicienne, des produits bio et des circuits courts, bref de la qualité... Ce serait peut-être moins cher avec une grande compagnie, mais j'ai la fierté de donner des repas équilibrés à des enfants pour c'est parfois le seul de la journée ». Claudine Caulet insiste : « on est à 12% de produits bio dans la restauration scolaire ! »

Les oppositions (UMP-UDI-MoDem et FN) votent contre les nouveaux tarifs.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Renationaliser les autoroutes : un tract communiste jeudi de 7 à 9

recoins

Mercredi 3 décembre 2014 / Daniel Bordür

« Sur 100 euros de péage versés, entre 20 et 24 vont dans la poche des actionnaires des groupes privés, et le gouvernement voudrait encore que les concessions soient prolongées », peut-on lire dans un communiqué de la fédération du Doubs du PCF qui annonce que ses militants vont distribuer un tract ce jeudi matin de 7 h à 9 h au péage de Valentin sur l'A36. Il s'agit d'appuyer la proposition de loi des parlementaires du Front de gauche, essentiellement du PCF, visant à renationaliser les autoroutes alors que les tarifs de péage sont annoncés en hausse au 1er février. 

L'argent des profits « aurait beaucoup plus d'utilité pour financer la transition énergétique », assure le secrétaire du PCF du Doubs, Thibaut Bize. Le coup de jeune qui souffle sur le parti lui fait prendre un virage écolo... A l'époque des privatisations de 2005, toute la gauche et le MoDem avaient dit leur désaccord.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Hamdaoui à Sermier : envoyez la facture à la FDSEA !

recoins

Mercredi 12 novembre 2014 / Daniel Bordür

La manif de la FDSEA, le 5 novembre, a laissé quelques traces à Dole : local des écolos tagué, traces de tracteurs sur les espaces verts, lisier dans les rues et sur les places... « C'est inacceptable, que comptez-vous faire ? », a demandé le conseiller municipal Ako Hamdaoui (EELV) en fin de conseil municipal au maire Jean-Marie Sermier. « Sur les bâtiments privés, c'est aux propriétaires d'agir », a répondu le premier magistrat qui ne « soutient pas les débordements » tout en assurant ne « pas être opposé à la liberté de manifester et à la liberté syndicale ». « Je ne parle parle pas de ça, je vous demande ce que vous allez faire pour ne pas que ça se reproduise », réplique Hamdaoui. « Vous me prêtez des forces que je n'ai pas, adressez-vous l'Etat », répond Sermier. « Envoyez plutôt la facture aux organisateurs pour que Dole soit respectée », conclut l'élu vert. 

A propos, Jean-Marie Sermier est toujours membre de la FDSEA : il nous l'a confirmé...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Dole : conseil sous réserve...

recoins

Mercredi 12 novembre 2014 / La rédaction

« Même si on est dans l'opposition, on est élu... » Cette petite phrase, on l'entend dans de très nombreuses assemblées de la part de conseillers minoritaires. A Dole, lundi soir, il a fallu que la demande de la date du prochain conseil municipal soit formulée à deux reprises. D'abord par Phanie Bouvret-Maire (PS) qui « aimerait avoir les dates assez en amont pour qu'on puisse s'organiser ». Puis par Alain Vuillaume (PCF) alors que sa collègue eut eu comme réponse du maire Jean-Marie Sermier (UMP) que la loi prévoyait l'envoi des convocations 5 jours avant. « Certaines collectivités font le planning un an à l'avance, mais quand on est prêt, il faut qu'on soit en capacité de se réunir », dit Jean-Marie Sermier avant d'annoncer, taquin, le prochain conseil pour le 15 décembre « sous réserves... »

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Chassez le naturel...

recoins

Vendredi 7 novembre 2014 / La rédaction

Le Nid est une association reconnue d'utilité publique accompagnant des prostituées qui cherchent à sortir de l'emprise des réseaux de proxénétisme. Le Nid a le projet de rénover son local avec huit jeunes femmes albanaises et bulgares qu'il accompagne et soutient. Il s'agit de faire du lieu un endroit convivial d'information et d'aide à la réinsertion, passant par exemple par des cours de français.

Le conseil municipal de Besançon a voté une subvention de 1000 euros.  C'est le genre de projet si évident qu'il est généralement adopté, comme beaucoup, sans débat. Jeudi soir, l'élu FN Philippe Mougin n'a pas pu s'empêcher de dire qu'il préférerait que l'on agisse « d'abord pour les nationaux » avant de suggérer une « autre solution : le retour dans leur pays et leur famille » des prostituées accompagnées.

La réaction a été immédiate parmi les conseillers municipaux de tous les autres bords : consternation, colère, huées. « Il s'agit de retirer ces jeunes femmes des griffes des souteneurs, les prostituées sont des victimes : nous les aidons toutes », a réagi le maire Jean-Louis Fousseret en soulignant : « nous avons une différence importante avec vous qui surfez sur la haine ».

Il y a des sujets où le cordon sanitaire se construit tout seul, sans théorie...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Même pas peur !

recoins

Vendredi 7 novembre 2014 / La rédaction

Néolia veut vendre quarante logements HLM construits 1957 en dans le quartier de Palente à Besançon. Afin, explique ce bailleur social, de donner la possibilité aux locataires d'acheter. Il lui faut cependant l'autorisation du conseil municipal qui la donne si 30% des locataires sont d'accord. Or, comme la procédure n'est pas terminée, la délibération a été retirée de l'ordre du jour de la séance du 6 novembre, a expliqué le maire Jean-Louis Fousseret.

Michel Omouri (UMP) n'y croit pas : « Vous l'avez reportée car Christophe Lime (PCF) s'est abstenu en commission. Et quand un élu de votre majorité s'oppose, vous avez peur ». Il a beau avoir pris l'air le plus sérieux du monde, Michel Omouri a récolté un immense éclat de rire. Partagé tant par Christophe Lime que par son propre camp.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Législative de Montbéliard : le PS a hésité entre Barbier et Sommer

recoins

Jeudi 6 novembre 2014 / La rédaction

A gauche, on craint un second tour UMP-FN à la législative partielle de Montbéliard. Frédéric Barbier, le suppléant de Pierre Moscovici, vice-président du conseil général et adjoint au maire de Pont-de-Roide, a été confirmé candidat par Christophe Borgel, le secrétaire national du PS aux élections. Les socialistes locaux n'ont pas été consultés et auraient pu lui préférer le premier vice-président du conseil régional, Denis Sommer. Maire de Grand Charmont, passé par le PCF, celui-ci est un ancien responsable du syndicat CGT de Peugeot-Sochaux.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La précipitation de l'UMP à Montbéliard

recoins

Jeudi 6 novembre 2014 / La rédaction

Il y aura donc une élection législative partielle à Montbéliard pour élire un successeur à Pierre Moscovici... Michel Vienet, le secrétaire départemental de l'UMP s'est imprudemment avancé en indiquant que le candidat du parti, Charles Demouge, maire de Fesche-le-Chatel et conseiller régional, serait soutenu par l'UDI et le MoDem. N'ayant pas été prévenu, le délégué départemental du MoDem, Laurent Croizier, s'est fendu d'un communiqué courroucé : « nul ne peut se réclamer aujourd'hui de notre soutien ». Il ajoute en direction de l'UMP que « priver le PS de la majorité absolue à l'Assemblée nationale ne constitue pas un projet politique ».

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

« Monsieur le maire, on vous a laissé parler ! »

recoins

Jeudi 18 septembre 2014 / Daniel Bordür

L'élu UMP de Besançon Michel Omouri n'a pas son pareil pour provoquer des réactions outragées. Flirtant souvent avec la ligne jaune, il a osé un « Monsieur le maire, on vous a laissé parler ! », histoire de tenter d'amadouer le premier magistrat qui refusait que son opposant s'exprime sur une question n'étant pas à l'ordre du jour : « on ne revient pas sur un sujet traité et voté ».

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Faites comme je dis, pas comme je fais...

recoins

Jeudi 18 septembre 2014 / Daniel Bordür

Philippe Mougin, l'un des deux conseillers municipaux FN de Besançon, lisait depuis près d'un quart d'heure une intervention ressemblant comme deux gouttes d'eau à celle de Sophie Montel au Conseil régional en juillet, lors d'un débat sans vote consacré à la réforme territoriale. Les chuchotements de l'assemblée allaient couvrir ses propos quand il fut interrompu par le maire Jean-Louis Fousseret : « Merci de conclure ». L'affable élu d'extrême droite poursuivit sans se démonter et fut à nouveau interrompu par le maire : « Je vais proposer lors d'un prochain conseil une modification du règlement intérieur pour limiter les interventions à 5 minutes. Vous en êtes à 15 minutes ! Concluez ! » Avant de finalement conclure en citant François Hollande disant il y a quelques années le contraire de ce qu'il a décidé aujourd'hui, Philippe Mougin prit le temps d'indiquer qu'il était d'accord avec la limitation du durée des prises de parole et qu'il la voterait !

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Eric Liégeon quittera ses responsabilités à la FDSEA

recoins

Samedi 11 mai 2013 / Daniel Bordür

Suppléant de la députée Annie Genevard (UMP), Eric Liégeon devrait quitter d'ici la fin de l'année ses fonctions de secrétaire général de la FDSEA du Doubs. C'est ce qu'il nous a indiqué jeudi, en marge du concours Montbéliard-Prestige, à la foire comtoise, qu'il suivait avec Mme Genevard. Tous deux ont notamment remis un prix.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Jean-Louis Fousseret marche sur l'eau

recoins

Vendredi 3 mai 2013 / Daniel Bordür

Jean-Louis Fousseret, comme de nombreux maires, est accro aux classements et autres palmarès des villes publiés dans les journaux. Lors du conseil municipal du 2 mai, il n'a pas caché son plaisir en évoquant le classement des universités d'un «grand journal socialiste, Le Figaro» dans lequel Besançon et Dijon figurent aux 15 et 16e places sur 76... Il a surfé sur Femmes Actuelles qui placent Besançon dans le «top 10» des villes. Il marche presque sur les eaux avec une étude de l'université de Paris-Dauphine faisant la synthèse de 80 palmarès depuis 1974 : «Besançon est dans le top 5 des villes revenant le plus souvent, au même niveau que Nantes...»

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Baptiste Serena et les quarante reniements

recoins

Lundi 29 avril 2013 / Daniel Bordür

Baptiste Serena, qui préside les Jeunes populaires du Doubs, autrement dit les adhérents de l'UMP de 16 à 30 ans, est le secrétaire général d'une toute nouvelle association nationale ayant pour nom Les Reniements c'est maintenant. Un communiqué explique que François Hollande a renié 40 de ses engagements de campagne en à peine un an, «soit une bonne moyenne de 4 par mois», est-il mentionné avec ironie. 
C'est à se demander si les jeunes de droite souhaitent que la gauche applique son programme ! 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Primaires à Belfort ?

recoins

Mardi 16 avril 2013 / DB

La scène est racontée par un quotidien régional : le premier adjoint au maire de Belfort, Bruno Kern (PS), a croisé trois de ses camarades de parti dans la voiture bar d'un TGV pour Paris : Yves Akermann, président du Conseil général (PS) et les responsables de la fédération départementale et de la section belfortaine du PS... qui se rendaient au siège du parti, rue de Solférino où les a rejoints le maire Etienne Butzbach. Bruno Kern n'a pas apprécié la démarche et l'a dit d'autant plus bruyamment qu'il prône des primaires à gauche pour conduire la liste. On sait aussi que Christiania Proust (MRC) est sur les rangs. La droite et le centre ne vont pas mieux, Christophe Grudler (Modem), soutenu par l'UDI du député Michel Zumkeller, n'a pas donné suite aux propositions du député Damien Meslot (UMP) qui a a été désigné tête de liste.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Gray : renouveau municipal ?

recoins

Mardi 16 avril 2013 / DB

Christophe Laurençot, l'adjoint à la jeunesse du maire de Gray, Michel Alliot (UMP), briguera la succession de ce dernier qui a annoncé ne pas se représenter. Non encarté, éducateur de profession, M. Laurençot est l'organisateur du festival Rolling Saône. Il devrait retrouver sur sa route la conseillère générale Claudy Chauvelot-Duban (PS) qui avait, lors des cantonales comme lors de la législative perdue face à Alain Chrétien (UMP), obtenu la majorité des voix sur Gray...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages