Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Les recoins

Législative de Montbéliard : le PS a hésité entre Barbier et Sommer

recoins

Jeudi 6 novembre 2014 / La rédaction

A gauche, on craint un second tour UMP-FN à la législative partielle de Montbéliard. Frédéric Barbier, le suppléant de Pierre Moscovici, vice-président du conseil général et adjoint au maire de Pont-de-Roide, a été confirmé candidat par Christophe Borgel, le secrétaire national du PS aux élections. Les socialistes locaux n'ont pas été consultés et auraient pu lui préférer le premier vice-président du conseil régional, Denis Sommer. Maire de Grand Charmont, passé par le PCF, celui-ci est un ancien responsable du syndicat CGT de Peugeot-Sochaux.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La précipitation de l'UMP à Montbéliard

recoins

Jeudi 6 novembre 2014 / La rédaction

Il y aura donc une élection législative partielle à Montbéliard pour élire un successeur à Pierre Moscovici... Michel Vienet, le secrétaire départemental de l'UMP s'est imprudemment avancé en indiquant que le candidat du parti, Charles Demouge, maire de Fesche-le-Chatel et conseiller régional, serait soutenu par l'UDI et le MoDem. N'ayant pas été prévenu, le délégué départemental du MoDem, Laurent Croizier, s'est fendu d'un communiqué courroucé : « nul ne peut se réclamer aujourd'hui de notre soutien ». Il ajoute en direction de l'UMP que « priver le PS de la majorité absolue à l'Assemblée nationale ne constitue pas un projet politique ».

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

« Monsieur le maire, on vous a laissé parler ! »

recoins

Jeudi 18 septembre 2014 / Daniel Bordür

L'élu UMP de Besançon Michel Omouri n'a pas son pareil pour provoquer des réactions outragées. Flirtant souvent avec la ligne jaune, il a osé un « Monsieur le maire, on vous a laissé parler ! », histoire de tenter d'amadouer le premier magistrat qui refusait que son opposant s'exprime sur une question n'étant pas à l'ordre du jour : « on ne revient pas sur un sujet traité et voté ».

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Faites comme je dis, pas comme je fais...

recoins

Jeudi 18 septembre 2014 / Daniel Bordür

Philippe Mougin, l'un des deux conseillers municipaux FN de Besançon, lisait depuis près d'un quart d'heure une intervention ressemblant comme deux gouttes d'eau à celle de Sophie Montel au Conseil régional en juillet, lors d'un débat sans vote consacré à la réforme territoriale. Les chuchotements de l'assemblée allaient couvrir ses propos quand il fut interrompu par le maire Jean-Louis Fousseret : « Merci de conclure ». L'affable élu d'extrême droite poursuivit sans se démonter et fut à nouveau interrompu par le maire : « Je vais proposer lors d'un prochain conseil une modification du règlement intérieur pour limiter les interventions à 5 minutes. Vous en êtes à 15 minutes ! Concluez ! » Avant de finalement conclure en citant François Hollande disant il y a quelques années le contraire de ce qu'il a décidé aujourd'hui, Philippe Mougin prit le temps d'indiquer qu'il était d'accord avec la limitation du durée des prises de parole et qu'il la voterait !

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Eric Liégeon quittera ses responsabilités à la FDSEA

recoins

Samedi 11 mai 2013 / Daniel Bordür

Suppléant de la députée Annie Genevard (UMP), Eric Liégeon devrait quitter d'ici la fin de l'année ses fonctions de secrétaire général de la FDSEA du Doubs. C'est ce qu'il nous a indiqué jeudi, en marge du concours Montbéliard-Prestige, à la foire comtoise, qu'il suivait avec Mme Genevard. Tous deux ont notamment remis un prix.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Jean-Louis Fousseret marche sur l'eau

recoins

Vendredi 3 mai 2013 / Daniel Bordür

Jean-Louis Fousseret, comme de nombreux maires, est accro aux classements et autres palmarès des villes publiés dans les journaux. Lors du conseil municipal du 2 mai, il n'a pas caché son plaisir en évoquant le classement des universités d'un «grand journal socialiste, Le Figaro» dans lequel Besançon et Dijon figurent aux 15 et 16e places sur 76... Il a surfé sur Femmes Actuelles qui placent Besançon dans le «top 10» des villes. Il marche presque sur les eaux avec une étude de l'université de Paris-Dauphine faisant la synthèse de 80 palmarès depuis 1974 : «Besançon est dans le top 5 des villes revenant le plus souvent, au même niveau que Nantes...»

 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Baptiste Serena et les quarante reniements

recoins

Lundi 29 avril 2013 / Daniel Bordür

Baptiste Serena, qui préside les Jeunes populaires du Doubs, autrement dit les adhérents de l'UMP de 16 à 30 ans, est le secrétaire général d'une toute nouvelle association nationale ayant pour nom Les Reniements c'est maintenant. Un communiqué explique que François Hollande a renié 40 de ses engagements de campagne en à peine un an, «soit une bonne moyenne de 4 par mois», est-il mentionné avec ironie. 
C'est à se demander si les jeunes de droite souhaitent que la gauche applique son programme ! 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Primaires à Belfort ?

recoins

Mardi 16 avril 2013 / DB

La scène est racontée par un quotidien régional : le premier adjoint au maire de Belfort, Bruno Kern (PS), a croisé trois de ses camarades de parti dans la voiture bar d'un TGV pour Paris : Yves Akermann, président du Conseil général (PS) et les responsables de la fédération départementale et de la section belfortaine du PS... qui se rendaient au siège du parti, rue de Solférino où les a rejoints le maire Etienne Butzbach. Bruno Kern n'a pas apprécié la démarche et l'a dit d'autant plus bruyamment qu'il prône des primaires à gauche pour conduire la liste. On sait aussi que Christiania Proust (MRC) est sur les rangs. La droite et le centre ne vont pas mieux, Christophe Grudler (Modem), soutenu par l'UDI du député Michel Zumkeller, n'a pas donné suite aux propositions du député Damien Meslot (UMP) qui a a été désigné tête de liste.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Gray : renouveau municipal ?

recoins

Mardi 16 avril 2013 / DB

Christophe Laurençot, l'adjoint à la jeunesse du maire de Gray, Michel Alliot (UMP), briguera la succession de ce dernier qui a annoncé ne pas se représenter. Non encarté, éducateur de profession, M. Laurençot est l'organisateur du festival Rolling Saône. Il devrait retrouver sur sa route la conseillère générale Claudy Chauvelot-Duban (PS) qui avait, lors des cantonales comme lors de la législative perdue face à Alain Chrétien (UMP), obtenu la majorité des voix sur Gray...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

La menace du prétoire

recoins

Jeudi 11 avril 2013 / Daniel Bordür

La campagne est bien lancée à Belfort où les arguments volent haut. Candidat UMP à la mairie, le député Damien Meslot menace de porter plainte et « interpelle » le président de la communauté d'agglo et maire, Etienne Butzbach (PS), au sujet de « fichiers des agents de la collectivité utilisés à des fins politiques ». Il « s'étonne » que l’association Osons le débat animée par Christian Proust « puisse envoyer à des agents, sur leur adresse électronique de la collectivité, des invitations aux réunions-débats qui se tiennent à Belfort afin de préparer les élections municipales » et rappelle que « l’utilisation des moyens d’une collectivité à des fins électorales est un délit pénal ».
« Ce sont des conneries, c'est n'importe quoi », réagit Christian Proust (MRC), « les gens qui viennent à nos réunions nous donnent leur adresse, on en a environ 700 dont à peine une centaine d'agents de collectivité... Et l'utilisation par des salariés, de leur adresse mail professionnelle, a été validée par la cour de cassation. Ça me fait rire que Meslot soupçonne Butzbach d'aider Osons le débat ! Il devait déjà engager une action judiciaire contre Optimo... » Optimo, le réseau de bus à haut niveau de service qui transforme la ville en chantier...
 

 

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Jean-Marie Sermier contre l'accord « sécurisation de l'emploi »

recoins

Mardi 9 avril 2013 / DB

Neuf des douze députés franc-comtois se sont abstenus lors du vote du projet de loi dit de « sécurisation de l'emploi » : Barbara Romagnan (PS), Eric Alauzet (EELV), Michel Zumkeller (UDI) et six élus UMP : Annie Genevard, Marie-Christine Dalloz, Marcel Bonnot, Alain Chrétien, Damien Meslot et Jacques Pélissard. Deux ont voté oui : les socialistes Frédéric Barbier et Jean-Michel Villaumé). Un seul a voté contre : l'UMP Jean-Marie Sermier. Pendant ce temps là, un bon milliers de Franc-comtois défilaient contre le texte. On prend peu de risques en assurant que les manifestants sont politiquement plus proches des deux élus bisontins abstentionnistes (Romagnan, Alauzet) que du viticulteur jurassien candidat à la mairie de Dole. Quoique, quelques voix de syndicalistes voulant sanctionner le PS, ça ne se refuse pas...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

L'amour de l'art

recoins

Lundi 8 avril 2013 / Daniel Bordür

Deux jours après que les élus de droite du conseil municipal de Besançon ont boycotté l'inauguration de Cité des Arts, leur chef de file pour les municipales de 2014, Jacques Grosperrin expliquait sur France 3, dimanche soir, se « réjouir » de l'ouverture du lieu. « On verra à l'usage », ajoutait-il, « il faudra faire venir des expositions, acheter des oeuvres, la culture est toujours un bon investissement ». Cela n'a pas l'air d'être l'avis de ses amis. D'ailleurs, lors du vote du budget du Conseil régional, alors que l'ensemble du groupe UMP-DVD votait contre la Cité des Arts, Jacques Grosperrin votait pour, avec la majorité PS-EELV.
C'est beau, l'amour de l'art...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Belfort : la tradition, l'avenir et les nuances...

recoins

Mardi 5 mars 2013 / Roland Vasic

A mi-parcours du marathon des préfets de Franche-Comté et du Territoire-de-Belfort dans la « vallée de l'énergie » (parc urbain d'activités Techn'Hom de Belfort), vendredi 1er mars, une visite de la Sempat s'imposait. Christian Proust président de cette Société d'économie mixte patrimoniale faisait valoir que « 230 millions d'euros d'investissements avaient été faits depuis la création en 1988 ». La Sempat est la première société d'économie mixte de France dans l'immobilier d'entreprise.
Christian Proust (MRC), déjà en campagne en vue des municipales de 2014, était aussi à l'occasion l'hôte du maire de la ville, Etienne Butzbach (PS depuis juillet dernier après avoir été élu en 2008 sous l'étiquette MRC). Au détour d'une présentation de projet, il n'a pu manquer de faire observer au préfet : « comme on peut le remarquer, je suis un homme d'avenir tandis que Monsieur le maire est plutôt un homme de tradition. » Ce à quoi Etienne Butzbach a répliqué : « Monsieur le préfet s'apercevra que vous êtes aussi un homme de nuance... »
Dans la vallée de l'énergie, on ne manque pas de l'(s')employer aussi à mener campagne. Une vallée de larmes pour tous.   

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pole emploi : 35% des nouveaux inscrits sans motif clair

recoins

Mercredi 27 février 2013 / Daniel Bordür

Près de 40% des nouveaux inscrits à Pôle emploi sont dans la catégorie « autres cas ». Plus précisément 39.232 personnes parmi les 99.654 demandes d'emplois enregistrées en 2012. Ces 39.232 personnes n'ont pas été licenciées, ne sont pas arrivées en fin de contrat ou de mission, n'ont pas démissionné, ne sont pas nouvellement arrivées sur le marché du travail ou n'y sont pas revenues après l'avoir quitté... Bref, elles sont dans un « autre cas » parmi lesquels l'administration du Travail et de l'Emploi a classé les quelque 4.000 ruptures conventionnelles. Mais qui sont les 35.000 « autres situations » parmi les « autres cas » ? A Pôle emploi, certains agents ne savent pas toujours quel est le bon motif d'inscription et utilisent cette bien pratique catégorie fourre-tout. Reste qu'on aimerait voir apparaître le chiffre de ces fameuses ruptures conventionnelles qui sont en croissance constante...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Les écoles jurassiennes au ministère

recoins

Samedi 23 février 2013 / Daniel Bordür

Dans le Jura, qui doit rendre quinze postes d'enseignants dans le primaire, la lutte contre la carte scolaire a été chaude. Et nombreux sont ceux qui attendaient le changement après les coupes des années précédentes. Danielle Brûlebois, vice-présidente du Conseil général, bien que socialiste, était dans la délégation reçue par un conseiller de Vincent Peillon et le raconte sur son blog. Cela sera-t-il efficace ? L'épisode rappelle en tout cas ces députés UMP qui votaient les suppressions de postes à l'Assemblée quand ils étaient majoritaires, avant de tenter de recoller les morceaux sur le terrain...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pages