Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Revue du web

Pierre, accompagnateur en montagne dans les Alpes : « nous ne sommes pas des passeurs »

revue du web

Vendredi 19 janvier 2018 / La rédaction

Dans le Briançonnais, des professionnels de la montagne sauvent des migrants qui tentent de passer la frontière en franchissant des cols à 1750 ou 1850 mètres d'altitude... L'un d'eux témoigne...

« Les migrants arrivent souvent, toujours même, à passer après plusieurs tentatives. A chaque fois, ils essaient de faire mieux que la fois précédente, d’éviter les contrôles. Ils font donc des détours de plus en plus grands, sans connaître la montagne, et parfois en s’engageant sur des chemins très raides, ou des endroits où jamais personne ne passe. Le danger est aussi de partir dans des pentes dangereuses où il y a des risques d’avalanche, très élevés en ce moment. Or une avalanche, même petite, une fois qu’on est dedans, on est dedans ! Plusieurs migrants ont été retrouvés de justesse. Plusieurs ont été sauvés par les secours en montagne.

Cette situation est le fait des contrôles. La mise en danger vient de la présence de la police. C’est la façon dont est fait le contrôle policier qui incite ces personnes à prendre autant de risques, à contourner le danger. Nous demandons donc l’arrêt des contrôles. Ces personnes sont en droit de venir demander l’asile en France. »

Lire l'intégralité de cet entretien, magnifique d'humanité, dans Alternatives Économiques en cliquant ici.

Le FJT des Oiseaux va construire des studios et une grande salle de spectacle

revue du web

Lundi 15 janvier 2018 / La rédaction

« Nous allons construire des studios et une plus belle salle de spectacle d’une centaine de places plus confortables », explique Claude Koesler, président président de l'association Habitat Jeunes qui gère le foyer de jeunes travailleurs de la rue des Cras. Les travaux doivent débuter en 2018 pour une mise en service fin 2019.

Claude Koesler préside également depuis trois ans la Banque alimentaire de Franche-Comté.

Lire sur le site Vivre aux Chaprais.

Les bouteilles en verre consignées reviennent par le vin du Jura...

revue du web

Vendredi 22 décembre 2017 / La rédaction

35 kg de bouteilles en verre, c'est la consommation annuelle moyenne par habitant en France. Majoritairement réalisée à partir de verre recyclé, leur fabrication demeure très énergivore. Le projet du Cluster Jura J’aime mes bouteilles vise à relancer la pratique plus écolo de la consigne qui a quasiment disparu depuis une trentaine d’années. Une dizaine d'emplois sont à la clé de ce projet aidé par le Conseil régional et la filière viticole.

Lire ici le reportage de Bastamag.

Reporters sans frontières publie son bilan annuel

revue du web

Mardi 19 décembre 2017 / La rédaction

65 tués, 2 disparus, 326 détenus, 54 otages... Informer n'est pas sans danger et nombreux sont les journalistes professionnels, collaborateurs de médias ou citoyens-journalistes à en payer le prix fort à travers le monde.

50 journalistes professionnels tués en 2017, mais aussi 7 journalistes-citoyens et 8 collaborateurs de médias...

Douze en Syrie, 11 au Mexique, 9 en Afghanistan, 8 en Irak, 4 aux Philippines... Ce sont les cinq pays où l'on a compté cette année le plus grand nombre de journalistes tués, selon le bilan 2017 de Reporters sans frontières. En quinze ans, cela fait 1035 tués... 

La guerre explique les morts en Syrie, mais pour le Mexique, « pays en paix le plus dangereux au monde pour les reporters », RSF évoque les responsabilités de la corruption des politiques et des cartels de la drogue... Quant aux Philippines, le nouveau président Rodrigo Duterte avait prévenu : « Ce n’est pas parce que vous êtes journalistes que vous serez préservés des assassinats si vous êtes un fils de pute. La liberté d’expression ne pourra rien pour vous, mes chers. »

Chine, Turquie, Syrie, Irna, Vietnam sont les pays comptant le plus grand nombre de journalistes détenus. La Chine enferme notamment des blogueurs, la Turquie accuse des journalistes de complicité avec les terroristes... Quant aux journalistes otages, les pays où ils sont les plus nombreux sont la Syrie, le Yemen, l'Irak, l'Ukraine... Deux journalistes sont portés disparus au Pakistan et au Bengladesh...

L'association publie son bilan 2017 que l'on peut consulter ici.

Procès du local Bol d'R : décision le 9 janvier

revue du web

Mardi 12 décembre 2017 / La rédaction

Mots-clés: SolmiréBol d'R

Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté leur solidarité avec le collectif Solidarité Migrants Réfugiés en se rassemblant devant le Palais de justice de Besançon, mardi 12 décembre, à l'heure de l'audience qui devait examiner la demande d'expulsion de l'accueil de jour squatté depuis plusieurs semaines dans un local de la Saiemb, société d'économie mixte dépendant de la ville. Là, deux fois trois heures par jour, une quarantaine de personnes, dont des enfants, dormant sous des tentes sont accueillies pour prendre une douche, laver du linge, manger au chaud...

De nombreuses personnes accueillies sont, selon de collectif, en situation de demande d'asile, et donc devraient être hébergées par l'Etat dans l'attente de la décision. S'appuyant sur ses contacts avec la préfecture, la ville n'est pas d'accord et avance qu'il y a d'autres dispositifs qui ne sont pas utilisés...

Voir sur France 3 ici.

Ruptures des contrats de travail : Sécafi insiste sur la « vigilance » des représentants des salariés

revue du web

Jeudi 7 décembre 2017 / La rédaction

Les juristes du cabinet de consultants proche des syndicats ont analysé les nouvelles dispositions issues des ordonnances réformant le code du travail, et leurs conséquences pratiques pour les représentants du personne dans les entreprises. Constatant que le rapport de forces s'est dégradé, un expert conseille notamment : « il faut absolument prévoir un accord définissant les objectifs et les moyens des négociateurs en amont de toute négociation » sur les ruptures conventionnelles collectives.

Lire ici.

L'UDAF fait plancher les parlementaires sur ses priorités

revue du web

Mercredi 6 décembre 2017 / La rédaction

L'Union départementale des associations familiales du Doubs publie un document résumant ses rencontres avec les députés et sénateurs du département sur la politique familiale, le soutien aux associations, la fracture numérique, la CSG ou la baisse des APL...

L'Union départementale des associations familiales du Doubs a rencontré ces dernières semaines les parlementaires sur les thématiques qui lui sont chères : politique familiale, soutien aux associations, fracture numérique, accompagnement et protection juridique des personnes.

Le résultat de ces entretiens est publié dans un document de quatre pages consultable ici. Sans surprise, le sénateur Martial Bourquin (PS) défend « l’universalité de la politique familiale » tout en étant favorable à la « mise sous condition de ressources de certaines prestations comme la restauration scolaire », tandis que les élus LREM (Eric Alauzet, Denis Sommer, Fannette Charvier) ou LR (Jacques Grosperrin) pensent que « les plus riches peuvent se passer » d'allocations familiales, ce qui est assez cohérent avec le transfert du financement par cotisation à la fiscalisation.

Fannette Charvier colle à la position gouvernementale sur la baisse des APL : « la politique visée est une politique de l’offre en permettant de construire plus, et moins cher ». Quant à la diminution des contrats aidés, chacun est dans son rôle : les élus LREM défendent le gouvernement, tandis que Jacques Grosperrin (LR) et Martial Bourquin (PS) ne sont pas d'accord.

Le document parle aussi de la taxe d'habitation, de la CGS ou du surendettement...

Tension interne à LR en Haute-Saône entre Joyandet et Kroemer

revue du web

Mercredi 6 décembre 2017 / La rédaction

Le président de la fédération de Haute-Saône du parti Les Républicains, le Luxovien Stéphane Kroemer, également référent du mouvement Libres ! fondé par Valérie Pécresse, est en conflit avec le sénateur et homme fort du parti dans le département, Alain Joyandet. Dans un communiqué, il annonce qu'il ne participera pas à une réunion publique du comité de soutien à Laurent Wauquier parce que l'ancien ministre a refusé qu'il y tienne une allocution d'ouverture...

A lire ici.

L'autocritique collective du président du groupe majoritaire au conseil régional

revue du web

Jeudi 23 novembre 2017 / La rédaction

« Quand on parle avec les syndicats, beaucoup nous ont dit ou laissé entendre que c’était plutôt bon sur le fond, mais qu’il y avait un gros problème sur la forme. Quand on dirige une Région faire son boulot c’est bien, mais cela ne suffit pas. Il faut très clairement hausser le niveau de la communication. Interne et externe ». Dans un entretien au journal en ligne Creusot-Infos, Jérôme Durain, président du groupe majoritaire PS-PRG-DVG du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, revient sur la séance de vendredi 17 novembre à Montbéliard en faisant un début d'autocritique publique. Il vise les deux élus du groupe qui se sont abstenus, donnant un relief particulier et un poids certain aux voix des Patriotes ex-FN. En creux, quand il parle de forme, c'est le premier vice-président Michel Neugnot qui est en réalité dans le collimateur.

A lire ici

« Camarade macroniste de gauche, serais-tu devenu un petit bourgeois thatchérien sans cœur ? »

revue du web

Mercredi 4 octobre 2017 / La rédaction

Dans une tribune intitulée « Camarade macroniste venu de la gauche, serais-tu déjà devenu un de ces petits bourgeois thatchériens sans cœur ? » publiée par Libération, Guillaume Duval, rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, qui a discrètement roulé pour Benoît Hamon, interpelle les soutiens de gauche du président de la République pour leur silence face à la « politique de Robin des bois à l’envers » menée par le gouvernement...

A lire ici.

Insoumis bisontins à Paris

revue du web

Mercredi 27 septembre 2017 / La rédaction

Radio Bip a accompagné les passagers d'un car de Bisontins qui se sont rendus à la manifestation parisienne initiée par la France insoumise contre les ordonnances réformant le droit du travail. Il en résulte un reportage-vidéo d'une vingtaine de minutes à regarder en cliquant ici

Grève des Opalines de Foucherans : un résumé de la lutte

revue du web

Mardi 26 septembre 2017 / La rédaction

Le site d'Ensemble, formation politique réunissant des militants anticapitalistes et écologistes, publie un résumé de la longue grève de 117 jours d'une douzaines de salariés de l'EHPAP de Foucherans, près de Dole. Il met notamment en exergue l'opiniâtreté des grévistes et le mouvement national de solidarité qui les a accompagnés.

Lire ici.

Le rôle de la rue dans la Libération...

revue du web

Mardi 26 septembre 2017 / La rédaction

Certains contestent ce slogan parfois entonné dans les manifestations contre la loi travail ou les ordonnances : « la démocratie, elle est ici ». Sous entendu : dans la rue. Vieille querelle entre ceux qui considèrent que les élus ont totale légitimité pour décider, et ceux qui pensent qu'il vaut mieux s'exprimer et agir aussi entre les jours d'élection...

Dernier épisode de ce débat sans fin, la controverse Macron-Mélenchon où l'on constate que les places respectives du parti de l'ordre et de celui du mouvement ne sont pas celles qu'on croit. Les soutiens du premier se sont offusqués de la sortie du second, se sentant sans doute amalgamés au « CPE », aux « rois » et aux « nazis » dont le renversement doit beaucoup à la rue.

Trois ans avant d'être élu député insoumis de la Somme, le journaliste François Ruffin publiait un long article documenté montrant les débats de 1944 entre Résistance intérieure et Gouvernement provisoire. Si le rôle de « l'aviation anglo-américaine » et de « l'Armée rouge » ne sont niés par personne, celui de la Résistance intérieure - notamment l'insurrection populaire à Paris - doit encore être mis en lumière.

Lire sur Fakir ici.

Taux de non emploi des 25-60 ans : 27,2%

revue du web

Mardi 5 septembre 2017 / La rédaction

Alternatives-Économiques lance un « contre-indicateur » du chômage : le « taux de non-emploi en équivalent temps plein ». Il tient compte des chômeurs « officiels », mais aussi des « inactifs » découragés de chercher un travail...

Le mensuel Alternatives-Économiques lance un « contre-indicateur » du chômage. Il s'agit d'un indice calculé à partir de l'addition du taux des personnes de 25 à 59 ans ayant un emploi à temps plein (65,1% au second semestre) et du taux de personnes à temps partiel (13,7%) pondéré par le pourcentage de temps plein (56%) de ces emplois, ce qui donne 7,7% équivalents temps pleins.

Conséquence : 65,1% + 7,7% = un taux de 72,8% travaillent en équivalents-temps-plein, et donc le taux de non emploi est de 27,2%, inégal entre hommes (20%) et femmes (35%) en raison du plus fort taux d'emplois à temps partiels de ces dernières. Ce taux de 27,2% est à rapprocher du taux de chômage qui varie autour de 10% des 15-65 ans...

Guillaume Duval, le rédacteur en chef du journal, explique ce choix : « Il ne nous semble pas pertinent d’apprécier le non-emploi sur la même palette d’âge. Il existe de bonnes raisons en effet pour qu’une partie significative des personnes âgées de plus de 60 ans ne soient plus en emploi, du fait notamment de la pénibilité des tâches qu’elles ont effectuées précédemment. De même avant 25 ans, il est socialement utile qu’une part significative des jeunes ne soit pas en emploi mais en formation initiale même s’il est souhaitable également que les jeunes qui cherchent un emploi puissent en trouver plus aisément qu’aujourd’hui ».

Il argumente aussi en faveur d'un indice agrégeant les inscrits à Pole emploi et les inactifs découragés de chercher un emploi.... Le journal considère qu'il n'est « pas souhaitable de régler la question du chômage en multipliant les petits boulots à temps très partiel : chacun doit pouvoir accéder à un emploi à temps plein ».

A lire ici.

La restauration d'un méandre du Doubs comblé il y a un siècle...

revue du web

Jeudi 31 août 2017 / La rédaction

Redonner de la biodiversité, stocker le carbone... Ce sont les principaux objectifs de la restauration du premier méandre du Doubs, à Mouthe. La rivière avait été rectifiée pour récupérer des terres agricoles et permettre l'exploitation de la tourbière du Moutat qui s'était peu à peu asséchée... 230 mètres de cours d'eau en plus, c'est une bonne nouvelle racontée par France3 ici.

Pages