Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

17 octobre 1961

Fabrice Riceputi : « la France a hérité une représentation foncièrement raciste de son immigration maghrébine et africaine qui empoisonne gravement sa vie sociale et politique ». Photo Daniel Bordur

Jeudi 28 janvier 2016 / Daniel Bordür

Ancien élève de Pierre Vidal-Naquet, Fabrice Riceputi revient dans son premier livre sur la difficile réintégration dans l'histoire de France du massacre de 200 Algériens le 17 octobre 1961. Il en conclut à la nécessité d'un inventaire de plus de deux siècles de colonialisme qui marquent encore les représentations collectives. 

Accès libre