Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

climat

/ Toufik-de-Planoise

Ils étaient plus de 1000 à fouler les rues ce samedi à Besançon, dans le cadre de la marche pour le climat rejointe par les Gilets jaunes. Après une jonction dans une avenue d’Helvétie noire de monde, le cortège s’est arrêté place Flore, où l’un des portraits réquisitionnés de Macron est même apparu. Alors que les premiers rejoignent ensuite le quartier des Vaîtes, les seconds retournent place de la Révolution au festival « Livres dans la Boucle » pour y soutenir l’apparition du lanceur d’alerte Maxime Renahy.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Vendredi matin, les automobilistes qui rentraient et qui sortaient de Besançon ont eu la surprise de voir une centaine de banderoles orner les ponts ou recouvrir les publicités qui foisonnent à chaque accès de la ville. Les slogans, dont « plus de trois degrés, fin du comté », visaient à interpeller les consciences de ceux qui se rendaient au travail, souvent coincés dans les bouchons, et à les inviter à se joindre aux militants pour le climat et la justice sociale qui manifestent ensemble ce week-end.

/ Toufik-de-Planoise

« Action non-violente COP21 » décrochait ce matin le portrait officiel d’Emmanuel Macron qui trônait dans la mairie de Roche-lez-Beaupré, un village proche de Besançon. Une dizaine de militants a mené cette action pacifique qui s’inscrit dans un mouvement national, dont l’objectif est de protester contre la passivité du gouvernement à œuvrer concrètement sur les questions sociales et environnementales.

Accès libre
Sécheresse, élevage. Génisses à Mamirole, sur le premier plateau du Doubs.

/ Daniel Bordür

Les producteurs de lait standard des zones de polyculture-élevage de Haute-Saône et des plaines et basses vallées du Doubs et du Jura sont particulièrement atteints. En zone comté, on attend aussi la pluie avec impatience... Les FDSEA font des tournées état des lieux...

/ Daniel Bordür

Chaque année, l'énergie produite en Franche Comté correspond à 485.000 tonnes d'équivalent pétrole (TEP) pendant que la consommation s'élève à 33 millions, soit un milliard d'euros pour un produit intérieur brut de 28 milliards (2010). En ouvrant la conférence régionale qui doit déboucher sur trois mois de débats et une synthèse nationale prélude à un projet de loi à l'automne, Marie-Guite Dufay a dit qu'il fallait « changer d'échelle ». Plusieurs dizaines d'intervenants ont ensuite montré des pistes, formulé des propositions, annoncé des initiatives.