Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

gilets jaunes

/ Guillaume Clerc

Lors de sa visite à Planoise à Besançon, désigné « quartier de reconquête républicaine » et bénéficiaire de l’une des premières affectations de la police de sécurité du quotidien, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, s’est félicité de sa mise en place, nécessaire pour « retrouver la confiance ». Sa visite a été perturbée par des manifestants qui s’insurgent notamment contre l’usage disproportionné du LBD. A la tribune, il ira jusqu’à traiter d’abrutis ceux qui « mettent en cause la police ». Cinq personnes ont d’ailleurs été interpellées.

/ Guillaume Clerc

Si le grand débat n’a pas attiré au-delà d’un cercle de membres actifs d’associations locales, il a eu le mérite d’entamer un processus de recueil de la parole des habitants. Le Conseil citoyen de Planoise, sollicité par la préfecture pour l'organiser, réclame aussi une meilleure reconnaissance par la ville de sa qualité de partenaire pour l'élaboration du plan de renouvellement urbain. Reportage à la table de discussion sur le thème : vivre à Planoise.

/ Michel Antony

L'historien franc-comtois Michel Antony tente dans une recherche de plusieurs semaines de comprendre comment le mouvement est passé du vase qui déborde à l'émergence de traits émancipateurs et de véritables expérimentations autogestionnaires jusqu'au changement d'analyse de partis et syndicats. Son texte introduit une rencontre-débat organisée le 13 mars à Besançon par l'association Utopies et Alternatives Aujourd'hui.

Accès libre

/ Daniel Bordür

La Presse bisontine met dans le même sac « anti-républicains, gauchistes, anarchistes et autres fascistes d'extrême-droite » qui seraient les seuls rescapés d'un mouvement des Gilets jaunes dont ils seraient devenus « la lèpre »...

Accès libre

/ Toufik-de-Planoise

La manifestation partie du centre-ville a rallié le plus grand quartier de la région avant d'investir la route la plus fréquentée pour bloquer un temps une vaste zone commerciale. Après plus de 15 km de marche, le retour vers les parkings et le centre-ville, a été bloqué par un barrage des forces de l'ordre. Une stratégie des autorités discutable...

/ Daniel Bordür

Pas toujours très loin des Gilets jaunes qui manifestent dans les villes, des Gilets jaunes restent sur les axes routiers, voire s'y installent dans la durée. Factuel était samedi 9 février dans l'après-midi à Poligny où plusieurs dizaines de personnes participent à leur façon au mouvement social.

/ Toufik-de-Planoise

Partis du centre-ville, 800 Gilets jaunes ont rejoint en cortège Palente et tenté de bloquer le centre commercial Carrefour de Chalezeule. Une figure du mouvement, militant syndical FO, a reçu une lettre du préfet lui annonçant le considérer comme un meneur. Ce dernier estime que c'est de l'intimidation et qu'il n'y a pas de chef...

Accès libre

/ Daniel Bordür

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté en Franche-Comté à l'appel de Gilets jaunes et de plusieurs syndicats, Dole ayant la plus forte affluence. Parti du siège régional du Medef, le défilé de Besançon s'est scindé, la CGT s'arrêtant au bout d'une heure et demi. Plusieurs centaines de personnes ont encore marché trois heures, faisant halte devant des lieux de pouvoir économique et politique.

Accès libre

Pages