Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

municipales 2020 Besançon

/ Guillaume Clerc

Les Insoumis entrent en campagne à Besançon avec l’annonce d’une liste ouverte : Besançon verte et solidaire. Ils refusent de s’associer à l’Equipe, qui réunit plusieurs forces de gauche issues de la majorité actuelle au conseil municipal et font part de leur souhait de faire table rase en invoquant une « révolution citoyenne ». Plusieurs appels du pied ont été lancés aux Gilets jaunes, dont certains sont à la France Insoumise, tandis que la joute est lancée avec Éric Alauzet au sujet de la gratuité des transports en commun, un des socles de leur programme.

/ Toufik-de-Planoise

Une réunion du parti LREM s’est tenue samedi à Besançon sur fond de tensions internes au sujet des municipales. Un contre-rassemblement s’était également formé, donnant lieu à des tensions extrêmement vives. Surtout, un « tri » a été orchestré par les organisateurs, choisissant quels médias avaient le droit de couvrir l’événement. Notre rédaction a été privée d’exercer son activité, pour la première fois lors d’une réunion politique. Samedi dernier, ce fut aussi le cas de notre confrère du Compost.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Cette fois l’Équipe est au complet. Presque toutes les grandes forces politiques de la gauche et de l’écologie bisontines se sont réunies samedi au grand Kursaal pour marquer leur entrée en campagne. Cette liste rassemblera donc l’association des anciens du Front de gauche, A gauche citoyen, le Parti communiste français, le mouvement Générations-s, le PS et EELV. Il n’y a guère que La France insoumise qui manque à l’appel.

/ Guillaume Clerc

Unir la gauche et les écologistes, c’est ce que souhaite « L’Équipe ». Mais les trois initiateurs, Anne Vignot (EELV), Christophe Lime (PCF) et Joseph Gosset (A gauche citoyen), ne sont pas parvenus à convaincre d’autres mouvements. Si Nicolas Bodin, PS, ralliera sans doute la formation au plus tard au second tour, c’est non pour LFI. Barbara Romagnan (Générations-s) reste réservée, moins sur les idées que sur la forme. Si l’on en croit les chiffres d’un sondage, « l’Équipe », avec Anne Vignot à sa tête, arriverait première, devant respectivement LR, LREM, RN, PS et LFI.

/ Daniel Bordür

Ce n'est pas une surprise. Le désaccord sur la constitution d'une liste commune aux municipales couvait depuis des mois. Il a été acté mercredi lors d'une rencontre des insoumis avec EELV, PCF et A Gauche citoyens. L'urbanisation des Vaîtes est une divergence de fond, d'autres points semblent plus formels, comme la démolition de Chaillot ou les transports publics gratuits. [Mis à jour le 02/07/19 suite à des précisions apportées par mail par LFI]

/ Daniel Bordür

L'ancienne députée aujourd'hui militante à Génération.s, a écrit le 11 juin aux partis de gauche pour proposer sa candidature à la tête d'une liste d'union, se présentant comme à même de fédérer. Trois jours plus tard, elle la retirait. Son texte propose quelques propositions parmi lesquelles la gratuité des transports scolaires ou la diminution de moitié de l'indemnité de maire.

/ Daniel Bordür

L'adjoint à l'urbanisme de Besançon, tête de file du PS qui a interrompu les discussions avec le reste de la gauche, souhaite des clarifications sur la forme et le fond. Par exemple sur la double fonction de maire et président de l'agglo, ou encore sur l'économie ou l'évolution des Vaîtes…

Pages