Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

General Electric

/ Guillaume Clerc

Sous pression. Comme tous les acteurs du dossier General Electric et son usine à Belfort. Personne ne dit rien, mais le bruit de 1.000 suppressions de postes est persistant. La branche turbines à gaz, 1.900 salariés sur 4.200, semble la plus menacée. Bruno Le Maire vient presque de l’enterrer, faute de débouchés. Les syndicats dénoncent un mensonge pour mieux faire passer la pilule du plan social. Chiffres à l’appui, ils tablent, tout comme GE, sur la reprise du secteur. Pour pérenniser l’excellence industrielle de Belfort, son savoir-faire et ses emplois, ils ont élaboré des pistes de diversification : aéronautique, hydrogène et nucléaire.

/ Roland Vasic

« On continue de prendre des paris avec flexibilité et adaptabilité... L'objectif est en permanence d'éviter l'obsolescence... » La visite faite aux préfets de Franche-Comté et du Territoire-de-Belfort ainsi qu'aux élus et journalistes le 1er mars ne dérogeait pas au genre, elle était toute de promotion. Retour sur les enjeux de l'activité du géant de l'énergie qui va présenter un plan social le 13 mars.

Pages