Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

pollution

/ Guillaume Clerc

Ce n’est pas la première fois que la fromagerie Perrin de Cléron est mise en cause pour ses rejets polluants déversés en amont de la Loue. Mais cette fois, la justice devrait s’en mêler. La préfecture a mis en demeure l’entreprise de respecter les normes anti-pollution et met en cause la fiabilité de ses auto-contrôles. Un procès-verbal de l’Office français de la biodiversité (OFB) devrait initier une procédure pénale tandis que la fédération de pêche du Doubs prépare une plainte et demandera des réparations au titre du préjudice écologique subi.

/ Daniel Bordür

La troisième conférence de la Loue et des rivières comtoises a été l'occasion de l'annonce officielle de l'installation de six stations de mesures des pollutions en continu dont cinq dès 2015. Mais la vedette est incontestablement le karst qui, avec la complexité de ses circulations souterraines, commence enfin à faire l'objet de mesures

/ Daniel Bordür

Quatre ans après l'enterrement symbolique de la Loue à Ornans, un mois après la seconde conférence consacrée aux rivières, les défenseurs de l'environnement et les pêcheurs ont fait une démonstration de force, venant de tout le département, de la région et de Suisse voisine. La ministre de l'Environnement a été saisie par Martial Bourquin, Marie-Guite Dufay défend un pôle karst, Sandrine Bélier une directive européenne « sols ».

Reculée de Baume-les-Messieurs : à quelques centaines de mètres de sa source, le Dard souffre manifestement d'eutrophisation...

/ Daniel Bordür

Le président du Conseil général du Doubs, Claude Jeannerot, l'a admis lors de la deuxième conférence départementale sur la Loue et des rivières comtoises : « il faut des moyens supplémentaires pour dépasser les obligations légales ». Le préfet de région a renforcé les règles d'épandages et de stockage des lisiers. Les environnementalistes plaident pour une reconversion en 10 ans de la filière comté en bio.

/ Roland Vasic

Les autorités plaident pour des débats dépassionnés alors que l'urgence est admise. L’association SOS Loue et rivières comtoises insiste et fait le bilan après l’alerte lancée en 2010. Agriculture, sylviculture et assainissement sont en première ligne.