Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

cinéma

/ Patrick Tardit

« Je ne connais aucun clone », confie le cinéaste Ang Lee, qui joue au magicien avec deux Will Smith dans « Gemini Man ». Il y a effectivement quelque chose de vertigineux dans cette vision double, un héros et son fantôme ; la prouesse technologique rend crédible cette irréalité qui apparait à l’écran en 3D et dans un défilement d’images à grande vitesse, immergeant le spectateur dans une nouvelle dimension. Rencontre avec le réalisateur, lors de son passage à Paris.

Accès libre

/ Patrick Tardit

Guillaume Canet incarne un agriculteur endetté et dépressif dans le film d’Edouard Bergeon, « Au nom de la terre », l’histoire dramatique de la propre famille du réalisateur. L’acteur et le réalisateur, tous deux interviewés dans cet article, sont engagés dans l’association Solidarité Paysans, qui organise une projection de ce film le 26 septembre à Lons-le-Saunier.

Accès libre

/ Michèle Tatu

La Loue tourbillonne dans un noir et blanc informe. Tapie dans la vallée, la petite ville d’Ornans surgit de l’ombre, éclairée et cadrée comme un tableau de Gustave Courbet. Soudain, les roches blanches crayeuses naissent dans la lumière de l’aube. Le peuple de la terre, - insectes et fourmis, - grouille déjà. Les arbres dansent au-dessus de grottes ancestrales. Ombres et lumières. Courbet est là dans la vallée. Le film cherche, semble-t-il, sa trace dans les feuillages épais, les roches, la vie animale et végétale. Ainsi commence « L’origine de la fin du monde » de Julien Guiol et Jean-Marc Vienot.

Accès libre

/ Patrick Tardit

« C’est un film qui renvoie à la moralité, qui pose la question de la virtualité, de la violence, dans une société mondialisée », précise Antoine Russbach, qui a réalisé un long-métrage d’une grande force, avec un impressionnant Olivier Gourmet en cadre licencié après « une faute grave ». « Ceux qui travaillent », un film d’Antoine Russbach (interview dans l'article) avec Olivier Gourmet (sortie le 25 septembre).

Accès libre

/ Patrick Tardit

« Ce qui est bon pour les femmes est bon pour le monde », estime l’actrice et productrice Geena Davis, qui a présenté « Tout peut changer » au Festival du Cinéma Américain Deauville, un documentaire sur la parité au cinéma. Reportage sur place de Patrick Tardit.

Accès libre

Les éléphants perdus

cinéma

Vendredi 2 août 2019

/ Michèle Tatu

Le bisontin René de Angelis a décroché le premier rôle dans « Les éléphants perdus » de Claude Andrieux projeté en avant-première régionale dans le cinéma restauré de Baume-les-Dames. Salle comble pour cette séance exceptionnelle.

Accès libre

/ Patrick Tardit

C’est en Patagonie que le cinéaste argentin Carlos Sorin a tourné ce film d’une grande sensibilité. « Dans quoi on s’embarque ? », se demandent Cecilia et Diego, un couple qui vit loin de tout, dans une petite ville en Terre de Feu. Depuis longtemps, ils souhaitent adopter un enfant, et cette fois c’est presque fait : on leur propose de leur confier un garçon de neuf ans, d’abord pour plusieurs mois de garde pré-adoptive.Sortie en salle le 10 juillet.

Accès libre

Pages