Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

cinéma

Ségrégations

cinéma

Mercredi 27 février 2019

/ Michèle Tatu

50 ans après le triste anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King, les Oscars décernent pour la première fois le Prix du Meilleur film à une réalisation afro-américaine, Green Book : sur les routes du Sud, de Peter Farrelly. A l’affiche récemment Si Beale Street pouvait parler, de Barry Jenkis, revenait sur les mécanismes ségrégationnistes aux Etats-Unis.

/ Patrick Tardit

« Je ne suis pas impartial », assure Nanni Moretti dans ce documentaire intense, où il raconte une « belle histoire d’accueil et de courage », lorsque l’Italie sauvait les réfugiés chiliens fuyant la dictature de Pinochet.

/ Patrick Tardit

« C’est une tragédie grecque dans un sous-marin nucléaire », confie le réalisateur Antonin Baudry, qui embarque les spectateurs dans un thriller géopolitique, avec un casting quatre étoiles. C'est le premier film de cet ancien diplomate qui a narré en 2010 son passage au cabinet de Dominique de Villepin dans une BD remarquée de Christophe Blain, Quai d'Orsay, adaptée ensuite au cinéma par Bertrand Tavernier.

/ Patrick Tardit

Consacré aux victimes du franquisme en Espagne, le documentaire d’Almudena Carracedo et Robert Bahar est absolument bouleversant. L'amnistie votée en 1977 a conduit à la libération des prisonniers politiques, mais aussi à l'absence de jugement des crimes de la dictature...

Pages