Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Michèle Tatu

Contributions au journal

/ Michèle Tatu

Le bisontin René de Angelis a décroché le premier rôle dans « Les éléphants perdus » de Claude Andrieux projeté en avant-première régionale dans le cinéma restauré de Baume-les-Dames. Salle comble pour cette séance exceptionnelle.

Accès libre

Le cinéma d'animation s'empare des questions de société

Lundi 24 juin 2019 / Michèle Tatu

Au Festival International de Film d’Animation d’Annecy, les œuvres déploient un trésor d’imagination pour parler des problèmes monde. Le Palmarès rend hommage au jeune cinéma d’animation français… Il y a aussi notre coup de coeur, Buñuel après l’Âge d’or, de l’Espagnol Salvador Simó, des adaptations de romans, comme La Fameuse invasion des ours en Sicile, de Lorenzo Mattoti (adaptation de Dino Buzzatti, ci-contre), et bien d'autres…

Accès libre

Matthieu Bareyre : « les médias sont synchrones avec l’actualité qu’ils fabriquent »

entretien
Mercredi 15 mai 2019 / Michèle Tatu

Le réalisateur de L'Epoque explique son choix de ne filmer que des jeunes : « L’adulte est le point de vue normal, comme l’est l’homme blanc ou l’Occident. J’essaye d’apprendre à faire sans. Car à quoi aurait pu servir la vision des adultes sur des sentiments que le temps leur a fait oublier ? »

Factuel présente deux projections exceptionnelles du film en Franche-Comté : jeudi 16 à 20h30 à Besançon, vendredi 17 à 20h15 à Poligny.

Accès libre

L'Epoque : il fait nuit au pays des lumières…

Mardi 7 mai 2019 / Michèle Tatu

Le film L’Epoque de Matthieu Bareyre sera présenté par Factuel le 16 mai à 20h30 au Cinéma Victor Hugo de Besançon,  et le 17 mai à 20h15 au Ciné-Comté de Poligny, en présence de Frédéric Ouziel, post-producteur du film. Ces soirées exceptionnelles sont organisées en partenariat avec Radio Bip et les Amis du Monde diplomatique à Besançon, avec Attac-39, SOS Racisme Jura et la Séquanaise à Poligny. 

Accès libre

Still recording ou comment filmer la guerre…

Lundi 8 avril 2019 / Michèle Tatu

Still Recording est passé trop vite sur les écrans bisontins. C’est le sort souvent réservé aux documentaires. Pourtant, ce sont eux qui révélent l’état du monde.

Accès libre

L’exil et le chaos

Mercredi 3 avril 2019 / Michèle Tatu

Ours d’or à Berlin, Synonymes de Nadav Lapid ne s’attache pas seulement au sens des mots, mais aussi au sens de la vie, à l’exil, au désenchantement.

Accès libre

Deux ou trois choses sur Agnès Varda...

rencontre
Samedi 30 mars 2019 / Michèle Tatu

Le 17 janvier 2018, Michèle Tatu était au festival Premiers Plans d'Angers qui accueillait Agnès Varda. « Je suis féministe depuis toujours. J’ai défendu le droit à la contraception et à l’avortement. Une femme peut choisir entre être ronde ou être plate. On n’a pas besoin de maîtres », disait lors d'une rencontre avec le public, la cinéaste qui vient de disparaître... Nous republions l'article paru alors.

Accès libre

Témoignages de la ségrégation coloniale

cinéma
Mercredi 27 mars 2019 / Michèle Tatu

Paroles de femmes algériennes engagées aux côtés du FLN, le film Résistantes, de Fatima Sassami, a été présenté en Franche-Comté dans le cadre du Festival Diversité. Encore une séance dimanche 31 mars à Besançon...

Accès libre

« Sibel », l’émancipation d’une femme turque

cinéma
Jeudi 21 mars 2019 / Michèle Tatu

Muette, elle arpente des journées entière la forêt pour prouver aux villageois que le loup existe... Un jour, elle rencontre un jeune déserteur qui se cache dans la montagne… (Au Victor-Hugo à Besançon)

Les heures noires de la Roumanie

cinéma
Mercredi 6 mars 2019 / Michèle Tatu

Peu importe si l’Histoire nous considère comme des barbares, film de Radu Jude sur les heures noires de la Roumanie dont l'armée commit en 1941 un massacre sur les Juifs d'Odessa, est présenté actuellement à Besançon ( Kursaal) avec le soutien de l’Association Franche-Sylvanie.

Ségrégations

cinéma
Mercredi 27 février 2019 / Michèle Tatu

50 ans après le triste anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King, les Oscars décernent pour la première fois le Prix du Meilleur film à une réalisation afro-américaine, Green Book : sur les routes du Sud, de Peter Farrelly. A l’affiche récemment Si Beale Street pouvait parler, de Barry Jenkis, revenait sur les mécanismes ségrégationnistes aux Etats-Unis.

« Il n’y a pas un film qui montre des ouvriers... » (troisième partie)

Mai 68 et le cinéma
Lundi 18 février 2019 / Michèle Tatu

Censure contestée d'un film de Rivette en 1966 (ci-contre La Religieuse), échec du pouvoir à mettre la main sur la Cinémathèque en avril 1968, interruption du Festival de Cannes le 19 mai, création des Etats généraux du cinéma... « Il n’y a pas un film qui montre des ouvriers. Nous sommes en retard », se fâchait Jean-Luc Godard. Après la légèreté de la Nouvelle Vague surgit un cinéma ancré dans la question sociale.

Le CCPPO et le Groupe Medvedkine (deuxième partie)

Mai 68 et le cinéma
Samedi 9 février 2019 / Michèle Tatu

Les grèves de la Rhodia en 1967 anticipent Mai 1968 à Besançon. Chris Marker, Jean-Luc Godard et d’autres cinéastes poussent les ouvriers à prendre la caméra pour réaliser leurs propres films. Un groupe de cinéastes ouvriers naît ; le Groupe Medvedkine de Besançon.

Chris Marker : être là où il faut (première partie)

Mai 68 et le cinéma
Mardi 5 février 2019 / Michèle Tatu

Chris Marker a suivi les grands mouvements politiques du monde depuis un siècle. Il était là avant tout le monde, caméra au poing puisqu’en 1967, il arrive à Besançon pour filmer la longue grève de la Rhodia...

Le cinéma militant à l'affiche à Besançon

Mardi 22 janvier 2019 / Michèle Tatu

La 21e rencontre de cinéma du CCPPO se tient du 25 au 27 janvier au petit Kursaal. S'ouvrant par deux longs métrages sur le procès de Nelson Mandela (ci-contre) et la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, elle se poursuivra par des films sur la Rhodiaceta, forteresse ouvrière ou friche à graffiti, ou les travailleurs de Sochaux, avec le regard toujours neuf des groupes Medvekine.

Pages