Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Elections

/ Daniel Bordür

C'est du jamais vu sous la 5e République. Même aux temps du gaullisme triomphant ou des victoires éclatantes de la droite en 1968, 1993 ou 2002, il restait encore quelques députés ou sénateurs de gauche. La candidature dans le Doubs du socialiste Nicolas Bodin a-t-elle torpillé celle de l'ancienne députée PS frondeuse Barbara Romagnan ? 

/ Daniel Bordür

Le maire sortant Jean-Louis Millet a été réélu dans la triangulaire qui l'opposait au conseiller régional socialiste Frédéric Poncet qui a fait l'ouverture vers LREM et au communiste Francis Lahaut qui a occupé deux fois la fonction… Il y a six ans, Jean-Louis Millet avait revendiqué la présidence de la communauté de communes et échoué. Cette fois, il a annoncé ne pas briguer le poste.

/ Daniel Bordür

La Boucle, Battant, des ilots ici et là Palente, Montrapon ou aux Chaprais ont permis à la coalition vert-rose-rouge de garder la principale ville comtoise à gauche. L'abstention massive à Planoise, Rosemont et dans d'autres quartiers jadis votant à gauche aura donné quelques frayeurs pendant le dépouillement aux partisans d'Anne Vignot, élue avec 11.145 voix. L'abstention est passée depuis 2014 de près de 30.000 électeurs sur 69.143 à plus de 40.000 sur 66.725…

/ Daniel Bordür

La liste conduite par Jean-Yves Ravier l'emporte sur celle de Christophe Bois (AGIR-LREM) avec 52,3% des voix, mais seulement 22% des électeurs inscrits en raison d'une abstention restée à plus de 56%. Après cinq mandats de Jacques Pélissard (LR), la liesse s'est emparée de 100 à 150 militants qui ont célébré leur victoire dans la MJC fermée par le maire il y a quelques années... Les maires des petites communes se font déjà entendre pour un changement de gouvernance de l'agglomération. 

/ Guillaume Clerc

Face aux listes qu'ils jugent gauchisante pour l'une et droitière pour l'autre, Éric Alauzet veut  porter un projet au centre, qu'il estime proche des habitants de Besançon, plutôt de centre-gauche. Il revient longuement sur sa trajectoire politique et mise sur un « plan de relance et de transformation » de 120 millions d'euros sur son mandat pour relancer l'économie et préparer la transition écologique, soit « le doublement du budget naturellement prévu ».

/ Daniel Bordür

Ancien adjoint de Jacques Pélissard, sa liste Atouts Lons est arrivée troisième du premier tour avec 21% des voix mais ne s'est pas maintenue ni n'a fusionné pour le second. Après un questionnaire programmatique adressé aux deux listes restantes, c'est celle dirigée par Jean-Yves Ravier qui a été préférée à celle de Christophe Bois, investi par LREM et soutenu par le maire sortant. La dynamique de fin de campagne penche à gauche...

/ Daniel Bordür

Les résultats en pourcentages des électeurs inscrits permettent de mieux saisir l'implosion institutionnelle et politique. Certains ont été élus le 15 mars avec moins de 20% des inscrits... Qu'en sera-t-il le 28 juin à Besançon où les trois qualifiés pour le second tour totalisaient moins de 28% des inscrits ? A Belfort, Lons-le-Saunier ou Saint-Claude où l'abstention avait atteint respectivement 64%, 57% et 53 % ?

Pages