Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Elections

Christophe Perny, défendant à Poligny le projet de Center parcs. Sa politique de « grands projets inutiles » lui aura mis à dos une bonne partie de la gauche de la gauche... Photo d'archives

/ Daniel Bordür

Le seul binôme de la région est élu à Champagnole où le maire Clément Pernot (UDI), élu avec Sylvie Vermeillet, sera peut-être le successeur de Christophe Perny (photo ci-contre), sèchement devancé à Lons. Majorité citoyenne ne sera présente à aucun second tour, le FN y sera dans douze cantons sur seize...

Le président sortant Yves Ackermann (à g) conservera-t-il son fauteuil ? Tout reste possible... Photo d'archives

/ Daniel Bordür

Droite et gauche peuvent chacune espérer l'emporter dimanche prochain, mais une égalité est possible avec l'éventualité d'un canton basculant vers le FN. Dans cette optique, les électeurs de gauche peuvent-ils être indifférents au duel UMP-MoDem de Belfort-3 ?

Frédéric Burghard (UMP) sera réélu dimanche, mais a peu de chances de succéder à Yves Krattinger. Photo d'archives

/ Daniel Bordür

Le PS et ses alliés sont en position pour remporter dix ou onze des dix-sept cantons lors du second tour qui verra neuf triangulaires, quatre duels PS-FN, trois UMP-FN dont deux à Vesoul, et un seul classique droite-gauche. Frédéric Burghard (photo) devrait rester dans l'opposition.

/ Daniel Bordür

Avec sept candidatures, une primaire à droite, une concurrence interne au Front de gauche, des secteurs urbains sociologiquement contrastés, un territoire qui va de la promenade Micaud à l'échangeur autoroutier de Chaudefontaine, c'est le canton le plus disputé de toute la région. Moments de campagne.

Pages