Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Etat

/ La rédaction

La proposition de loi liberticide à peine adoptée le 24 novembre en première lecture, des mobilisations se sont construites en un temps record, boostées par l'agression de Michel Zecler par des policiers parisiens. Un large éventail de la gauche syndicale, associative et politique entend faire barrage à la « dérive autoritaire ».

/ Daniel Bordür

Les journalistes régionaux que Factuel a interrogés sont quasi unanimes à critiquer l'article 24 de la proposition de loi pour la sécurité globale qui a été voté vendredi soir (notamment par les députés comtois Ian Boucard, Fannette Charvier, Marie-Christine Dalloz et Christophe Lejeune). Nos confrères se réjouissent de la décision de nombreux éditeurs de presse de refuser l'accréditation préalable par les préfectures pour couvrir des manifestations. Ils pointent aussi un contexte général dégradé de l'exercice du métier d'informer.   

/ Daniel Bordür

Alors que des rassemblements de protestation contre une proposition de loi critiquée par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU se tenaient dans plusieurs villes à l'instigation de syndicats de journalistes et d'associations, à Besançon une centaine de personnes se sont réunies mardi 17 novembre à l'appel des gilets jaunes. Reportage et réactions, dont celle d'Emma Audrey, journaliste à Radio BIP Média 25, qui témoigne des questions pratiques que pose le texte aux rédactions, dont l'obligation de flouter les images de policiers.

/

Initialement publiée par Libération, cette tribune collective dénonce la proposition de loi liberticide « sécurité globale » qui arrive devant les députés ce mardi 17 novembre. Elle est signée par la Ligue des droits de l'homme, les syndicats de journalistes et de nombreuses personnalités. Factuel.info s'y associe.

Accès libre

/ La rédaction

Lors d’une conférence que Factuel.info avait organisée en partenariat avec Radio BIP le 27 février, Raphaël Kempf, avocat pénaliste, était revenu sur l’histoire des lois scélérates adoptées en France en 1893 et 1894. Dans son ouvrage Ennemis d’État, les lois scélérates des anarchistes aux terroristes, il retrace les effets de ces lois adoptées après une vague d’attentats terroristes et qui visent, non pas les poseurs de bombes, mais la propagande, la liberté d’expression et celle de la presse. Nous avons retranscrit ces propos, qui résonnent d’une manière particulière aujourd’hui.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Alors qu’une deuxième vague de patients Covid-19 est attendue dans les hôpitaux, les soignants ont manifesté une nouvelle fois le 15 octobre leur colère et leur épuisement. Près de deux ans après le début d’une mobilisation exceptionnelle dans les hôpitaux, ils regrettent toujours le manque de moyens. Ils dénoncent aussi une injustice. Le personnel médico-social, soumis aux mêmes contraintes, n’a pas eu droit à une hausse de salaire. Le lendemain, la fermeture définitive de 27 lits de SSR à Saint-Jacques était actée.

/ Daniel Bordür

Le recours en urgence déposé devant le Conseil d'Etat à l'encontre du Schéma national du maintien de l'ordre du ministère de l'Intérieur est doublé d'une procédure au fond, visant son annulation. Le Syndicat national des journalistes et la Ligue des droits de l'homme pointent notamment le risque d'arbitraire policier à l'encontre de la presse, et invoquent la jurisprudence européenne. La CGT a également saisi la haute juridiction administrative.

/

Le Syndicat national des journalistes ne mâche pas ses mots après l'adoption du Schéma national du maintien de l’ordre : « Sous Christophe Castaner, la liberté de la presse a été sérieusement piétinée avec plus de 200 journalistes empêchés de travailler par les forces de police et de gendarmerie. Gérald Darmanin, lui, propose carrément aux journalistes couvrant les manifestations de se mettre au pas ! » Avec la Ligue des droits de l'homme, le SNJ a attaqué en référé le SNMO devant le Conseil d'Etat.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Un rapport du département du Doubs surévalue les couts de réfection du fort Griffon dont il est propriétaire pour mieux faire passer au privé la vente de ce monument inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Cette question n’a pas été débattue par les élus, mais tout semble déjà écrit. Plusieurs scénarios sont étudiés pour attirer les promoteurs, dont la marge est évaluée à 2,8 millions d’euros pour une opération qui doit comprendre des logements pour être rentable et avec, en bonus, une opération de défiscalisation menée par Next Financial Partners.

/ Guillaume Clerc

Ils se réclament de l’écologie radicale et ont voulu agir contre la 5G, mais les indices qu’ils ont laissés les ont conduits très vite à la barre du premier procès du genre en France. Entre craintes légitimes, absence de débat public et fausses informations au sujet de ces nouvelles ondes, deux Jurassiens ont été condamnés à 4 et 3 ans de prison par le tribunal de Lons-le-Saunier pour l’incendie en plein confinement du McDonald’s de Champagnole, d’engins de chantiers et d’une antenne relais à Foncine-le-Haut.

Pages