Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Formation

/ Guillaume Clerc

Après plusieurs mois de crise entre élus et la direction, les membres du bureau de la section du Doubs de la mutuelle MGEN ont collectivement démissionné en fin de semaine dernière. L’ancien président, Sébastien Barbati, estime avoir été poussé vers la sortie et dénonce un affaissement des principes mutualistes, une gouvernance démocratique défaillante et une gestion désastreuse des ressources humaines. Tout cela questionne l’application pour elle-même des valeurs prônées par la MGEN, celles de l’économie sociale et solidaire. Selon la mutuelle, il s’agit d’une décision personnelle, de problèmes de relations humaines et d’une situation singulière.

/ Daniel Bordür

La haut-commissaire à la transformation des compétences, Estelle Sauvat, propose un « pacte régional d'investissement dans les compétences » de 25 millions en 2018 et 230 millions pour 2019-2022. Elle en a profité pour visiter un centre AFPA et un CFA industriel à Besançon. Elle a cosigné en 2017 un rapport de l'institut Montaigne pour changer le système de formation professionnelle, vivement critiqué par Gérard Filoche...

Cédric Tailhardat , Thierry Repentin.

/ Daniel Bordür

Thierry Repentin, le ministre de la formation professionnelle et de l'apprentissage a signé vendredi matin à Vesoul une vingtaine de contrats d'avenir sur les 360 alloués à la Haute-Saône. Il a ensuite visité le CFA tout neuf des métiers de bouche...

/ Roland Vasic

Une semaine après la promulgation du décret sur l'organisation du temps scolaire en maternelle et primaire, le recteur d'académie a tenu une conférence de presse. Il se place dans le cadre des priorités du projet de loi pour la « refondation » de l'école.

/ Daniel Bordür

L'audit sur la situation financière de la Mission locale du bassin d'emploi du Grand Besançon habille pour l'hiver l'ancien directeur, la présidente, l'ancien trésorier et l'actuelle directrice. Dans une lettre à Jean-Louis Fousseret, la CGT de la structure pointe une gestion antérieure marquée par "certaines décisions inappropriées, des dysfonctionnements, un manque de clairvoyance et d'anticipation, une information insuffisante données aux membres du conseil d'administration".

/ Daniel Bordür

Il y a trois ans, étudiants et enseignants de nombreux IUT s'étaient mobilisés contre l'une des conséquences de la loi LRU, la loi Liberté et Responsabilité des Universités votée à l'été 2007. En accordant une large autonomie aux présidents d'universités, elle leur permettait de récupérer les crédits « fléchés » destinés à leurs composantes que sont les IUT, en les noyant dans leur budget.