Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

histoire

/ Daniel Bordür

Ce spectacle construit à partir des lettres et poèmes écrits de sa caserne par Guillaume Apollinaire à son amante Louise de Coligny-Châtillon, est porté par une remarquable Moana Ferré (photo). La dernière mise en scène du Jurassien Christian Pageault propose un étonnant glissement progressif vers l'émotion totale.

/ Daniel Bordür

La friche industrielle faisait tâche depuis la fermeture de 1983 pour cause de délocalisation. Propriétaire après un long combat judiciaire, la ville de Besançon a lancé mardi la démolition qui doit déboucher sur un parc urbain en 2019. Une dizaine d'anciens ouvriers, maintenant retraités, avaient amené des photos de luttes...

 

/ Daniel Bordür

Fait prisonnier de guerre par les Allemands le 16 juin 1940, le Bisontin Maurice Pepe a payé, comme 22.000 soldats français et belges, ses tentatives d'évasion d'une déportation en Ukraine. A 98 ans, il est l'un des huit témoins d'un documentaire sur cette page oubliée de la Seconde guerre mondiale programmé jeudi 9 février sur France 3 (puis le 25/02 à 2h25). Il fut aussi, avant et après la guerre, un militant du mouvement ouvrier.

/ Daniel Bordür

Le candidat du FPÖ a perdu l'élection présidentielle. Il s'était prononcé en 2015 pour le retour du Tyrol du Sud, italien depuis 1919, dans le giron autrichien. Cela ouvrait la boîte de Pandore des nationalismes en Europe, craint l'historien bisontin qui a publié en 2013 un livre présentant le projet nazi d'installation des Sud-Tyroliens germanophones en Franche-Comté...

/ Daniel Bordür

Depuis plusieurs années des Bisontins commémorent la « répression sanglante » d'une manifestation d'Algériens qui défilaient pacifiquement en plein Paris à la fin de la guerre d'indépendance. Ils continuent à réclamer un lieu de mémoire dédié, l'ouverture des archives, ils attendent la reconnaissance imminente du statut de « Mort pour la France » aux victimes de l'OAS.

Jean-Pierre Léaud, Chantal Goya et Catherine Duport dans Masculin Féminin, de Jean-Luc Godard.

/ Michèle Tatu

Les œuvres présentées lors de la 44e édition de ce festival sans paillette ni palmarès étaient sur le fil ténu qui joint - ou distingue ? - la fiction et le documentaire. Signe des temps ? De Des Nouvelles du cosmos à Léa, d'Avant la rue aux Mémoires du sous-développement, de Masculin Féminin (photo ci-contre) de Jean-Luc Godard, restauré, à l'hommage à Wiseman...

/ Nina Guinot

La vente aux enchères a été décidée par le président du conseil départemental du Jura, Clément Pernot, sans soumettre le projet à la délibération de l'assemblée. Mais quel est ce lieu, dont les fabrications de poêles et cuisinières à bois ont cessé en 1958 ? Un lieu qu'un petit musée et des expositions animent chaque été...   

/ Michèle Tatu

Dans le cadre du Festival Diversité, Jean-Gabriel Périot a présenté au Kursaal de Besançon Une jeunesse allemande. Le film, constitué d’archives interroge le basculement de la bande à Baader vers le terrorisme et questionne l’écho de l’Histoire dans les médias.

/ Daniel Bordür

Le 12 février 1976, le dernier des 26 prisonniers de l'affaire des comités de soldats, alors secrétaire de l'union locale CFDT, sortait de prison après dix semaines d'incarcération. Retour sur un épisode mouvementé de l'histoire des relations contrastées entre le pays et son armée, dont le cœur est à Besançon, au 19e régiment du Génie.

Gérard Jussiaux et Henri Lombardi, l'un était secrétaire de l'union locale CFDT, l'autre responsable d'un petit groupe maoïste... Photos D.B.

/ Daniel Bordür

Factuel a réuni deux protagonistes de l'affaire des comités de soldats, Gérard Jussiaux, alors secrétaire permanent de l'union locale CFDT, et Henri Lombardi, universitaire et responsable d'une petite formation gauchiste, Révolution. Leurs propos distanciés éclairent l'ambiance d'une époque.

Pages