Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Théâtre

La conjuration des jardins

Jeudi 28 mai 2020

/ Michèle Tatu

A Besançon mardi soir on a pu assister à une performance poétique organisée dans le plus grand secret par les artistes locaux. 18h. Place de la Révolution. Des porteurs apportent un cercueil. Ils le posent sur des tréteaux. Quelqu’un installe du rubalise : symbole de l’ère du Covid-19 ou mise à distance de la mort de l’art ? Ou les deux ? Peut-être.

Accès libre

/ Michèle Tatu

Diffusé la plupart du temps en milieu confiné, l'art - cinéma, théâtre, musée… - souffre de la pandémie. Alors il s’invente : le cinéma réapparaît dans certaines villes sous forme de drive-in ou en plein air. Comme dans d'autres villes de France, à Besançon des artistes locaux ont présenté mardi 26 mai place de la Révolution une éphémère et puissante performance poétique. 

/ Daniel Bordür

La Stratégie de l'abeille, one man show théâtral d'anticipation totalitaire inquiète par sa véracité et rassure parce qu'il parle des risques que font courir les biotechnologies associées à la banque, l'industrie et les neurosciences. A voir si vous passez par Saint-Etienne les 17 et 18 mai, ou la Saône-et-Loire cet été…

/ Michèle Tatu

Le Festival du Bitume et des plumes anime le quartier Citadelle Tarragnoz de Besançon. La cinquième édition, de la programmation aux cuisines, déborde sur les alentours, songe à se professionnaliser… Au menu du 5 au 7 octobre le Théâtre de L'Unité, Gravitation, la Compagnie Non Négociable... et plein d'autres.

/ Daniel Bordür

Habitué du Festival de Caves, cet artiste lyonnais est dans deux spectacles de l'édition 2018 qui dure jusqu'à la fin du mois de juin. On l'avait apprécié dans Charly Chanteur et Amours de loin avec Léopoldine Hummel. Il va plus loin dans Les Garçons ne pleurent pas. Et s'attaque à Shakespeare avec Juliette...

/ Daniel Bordür

Élu local et régional, Pierre Grosset est aussi comédien amateur. A Digna, dans le Sud-Revermont, il interprète encore trois soirs Cette année-là, un texte qu'il a écrit sur l'entrée en sixième d'un garçon de 10 ans dans un collège religieux de Normandie en 1963... Un sacré souffle et une nécessaire colère mise à distance par l'humour et les années.

Pages