Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Doubs

/ Daniel Bordür

Aussi curieux que cela puisse paraître, 22 élèves de terminale, 19 de première et 17 de seconde n'ont pas d'enseignement pratique sur le coeur de leur formation : l'entretien, le nettoyage et le dépannage des chaudières et autres systèmes de chauffage.

/ Daniel Bordür

Le parc Lafayette et la ZAC de Chateaufarine avaient 4 080 emplois en 2006, davantage aujourd'hui. Planoise comprend une zone franche avec plusieurs dizaines d'emplois. Le quartier est tout près du premier employeur local, le CHU, de Témis-Santé qui ne demande qu'à croître. Le quartier est pourtant rongé par un chômage important. Ce n'est pas une raison pour désespérer. Bien au contraire.

/ Daniel Bordür

Planoise, quartier le plus peuplé de Besançon avec près de 20 000 habitants, créé en 1968, n'est ni uniforme ni figé. Il y a une trentaine d'années, sa sociologie était très voisine de celle de l'ensemble de la ville. Portrait statistique.

/ Daniel Bordür

« Solidarité pour les locataires, pas pour les actionnaires », dit une banderole et chantent une centaine de manifestants à Planoise... Peint sur un drap réformé de l'hôpital de Gray ficelé à une grille de l'avenue de l'Ile-de-France, le slogan résume assez bien l'état d'esprit du rassemblement d'habitants de logements sociaux.

Les pionniers du compost

reportage

Dimanche 20 novembre 2011

/ Daniel Bordür

La copropriété du 11, rue du Muguet a adopté le compostage en février 2011. Les 200 habitants des 93 logements ne s'y sont pas tous mis, mais le pli est pris très régulièrement par 20 ou 25, ponctuellement par quelques autres.

/ Daniel Bordür

Le budget déchets du Grand Besançon est monté à 23 millions d'euros en 2011. Les investissements devraient être contenus autour d'un million par an, le fonctionnement progressivement passer de 19 millions en 2012 à 20 millions en 2015.

Corriger n'est pas compenser

brève

Vendredi 5 août 2011

/ Daniel Bordür

En service depuis le 12 juillet, la déviation sud-ouest dite « Voie des Mercureaux » fait l'objet d'un nouveau recours judiciaire pour non-respect des prescriptions environnementales. La Commission de protection des eaux vient de saisir une fois de plus le Tribunal administratif pour lui demander d'obliger l'État à respecter, d'ici un an et sous astreinte, le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux du bassin Rhône-Méditerranée (Sdage).

Pages