Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Jura

Paul Polis : « quel bonheur de travailler avec des animaux d'élevage : vaches, poules, canards...! »

/ Daniel Bordür

Partageant largement les analyses de la Confédération paysanne, les Verts s'inspirent aussi d'une approche critique qui dessine les grandes lignes d'une utopie qu'ils estiment incontournable. Mais de là à avoir un vrai programme régional pour l'agriculture, il y a encore une réflexion à mener. D'où une réunion électorale commençant par la conférence de Paul Polis, vétérinaire homéopathe...

Les baroudeurs devenus paysans

entretien

Vendredi 16 octobre 2015

/ Michèle Tatu

Utopie rendue possible par le travail et le courage d'un jeune couple, la ferme de l'Iserole, à Orchamps, fait du maraîchage bio en s'orientant vers la permaculture, l'agroforesterie, l'autonomie. La production est vendue à des consommateurs locaux regroupés en AMAP et quelques restaurateurs. Un exemple alors que se tient le festival Alternatiba à Besançon.

/ Daniel Bordür

D'origine associative, le plan ESSE (économie sociale, solidaire et écologique) a débouché l'an dernier sur une journée nationale. Son édition 2015 a mobilisé à Montain, dans le vignoble jurassien, plusieurs dizaines de personnes autour d'initiatives simples : faire ensemble du jus des pommes locales pendant que se tenait un atelier cuisine et un petit concert. Sympa et réfléchi.

Raphaël Perrin (à gauche) n'entend pas céder la présidence au maire de Saint-Claude Jean-Louis Millet.

/ Daniel Bordür

La majorité municipale très à droite de Saint-Claude boycottait les travaux de la communauté de communes depuis avril 2014. La modification de la répartition des délégués à la suite d'une question prioritaire de constitutionnalité a fait revenir le maire de la ville, mais pour combien de temps ? Il réclame la démission du bureau ! « On n'est pas des lapins de six semaines », lui répond Raphaël Perrin...

/ Daniel Bordür

Le maire d'Eclans-Nénon, Hervé Prat, conteste devant le tribunal administratif la différence de 905.000 euros entre la facture de collecte et de traitement des déchets ménagers présentée par le Sictom au Grand Dole, et la taxe que ce dernier a votée en avril dernier. Un collectif organise un rassemblement samedi matin à Dole pour le passage à la redevance incitative. Le président du Grand Dole, Jean-Pascal Fichère, n'est « pas intimidé ».

Pages